Passer au contenu principal

Près de 820 paraphes pour Caroline Gebhard

Une pétition demande au conseil d’administration de «La Région Nord vaudois» de reconsidérer sa position sur son ex-cheffe.

Selon Nicolas Rochat Fernandez, «La Région Nord Vaudois» perd «une excellente rédactrice en chef».
Selon Nicolas Rochat Fernandez, «La Région Nord Vaudois» perd «une excellente rédactrice en chef».
Keystone/Jean-Christophe Bott

«On exprime notre désapprobation», explique Nicolas Rochat Fernandez, conseiller national et responsable de la section Unia Nord vaudois. Environ 820 personnes ont signé la pétition que le socialiste combier a lancée en soutien à Caroline Gebhard. Le texte demande au conseil d’administration de «La Région Nord vaudois» de revenir sur sa position.

Cette initiative fait suite au départ subit de la rédactrice en chef du quotidien et à ce qui l’a précipité. Pour rappel, le conseil d’administration du titre l’avait convoquée pour lui faire part de plusieurs griefs. Il a notamment été question d’une lettre de mécontentement envoyée par la Municipalité d’Yverdon le 23 mai, qui concernait sa ligne éditoriale, et d’autres désaccords entre la journaliste et sa hiérarchie. «L’avocat de «La Région» parle d’un départ volontaire et celui de Mme Gebhard d’un licenciement abusif, poursuit l’élu. Ce dont je suis personnellement sûr, c’est qu’il m’est déjà arrivé d’être en dés­accord avec les opinions exprimées par ce journal – ce qui est très sain, c’est la liberté de la presse. Ce n’est pas pour autant que j’ai envoyé une lettre pour dire que je n’y apparaissais pas suffisamment en photo ou qu’on ne citait pas mes propos tenus lors d’un point presse.»

Très critique vis-à-vis de la démarche de la Municipalité de la Cité thermale – dont les élus de gauche se sont désolidarisés depuis en rompant la collégialité –, Nicolas Rochat Fernandez s’inquiète de l’avenir du journal basé à Yverdon. «Mme Gebhard n’a jamais eu peur d’aborder des sujets qui fâchent, insiste-t-il. Et elle l’a toujours fait en donnant la parole à toutes les parties, de manière impartiale et équitable. «La Région» perd une excellente rédactrice en chef.»

La pétition, une initiative «citoyenne» comme la qualifie l’élu socialiste, fait tousser le président de l’UDC locale, Ruben Ramchurn: «C’est le sommet de la récupération politique, peste-t-il. Au lieu d’attendre que toute la lumière soit faite sur le départ de Mme Gebhard, ce conseiller national, candidat à sa réélection, saute sur l’occasion pour être sous le feu des projecteurs.» Et d’ajouter: «Son syndicat n’est pas concerné. Lui non plus. Qu’a-t-il à gagner si ce n’est un peu de visibilité?»

«Un politicien qui en accuse un autre de faire de la récupération, ce n’est pas très crédible, rétorque Nicolas Rochat Fernandez. Soit on peut avoir un vrai débat de fond sur la presse locale, soit on continue de se balancer des anathèmes. En tous les cas, j’invite toutes les personnes, de gauche comme de droite, à soutenir Mme Gebhard.»

De son côté, l’avocat de la société Région Hebdo SA, qui édite le titre, n’était pas disponible pour répondre à nos questions.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.