A un «acte de terreur», l'IENA veut opposer les valeurs du monde équestre

AvenchesMalgré l'incendie qui a emporté 24 poneys et chevaux, la vie continue à l'ancien haras fédéral. Son directeur parle de reconstruction

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Deux jours après le terrible incendie qui a ravagé l’Institut équestre national (IENA), les responsables ont multiplié les séances lundi pour faire le point sur la situation. «La vie continue, résume Jean-Pierre Kratzer. Nous avons perdu 24 chevaux et poneys mais il en reste toujours quelque 180 sur le site.»

Le directeur de l’IENA explique ainsi que les courses prévues pour mardi en fin d’après-midi et retransmises sur la chaîne française Equidia sont maintenues. «Après la course, les spectateurs et les propriétaires ont coutume de s’attarder au restaurant. Je profiterai de ce moment pour prononcer une brève adresse.»

Emu, Jean-Pierre Kratzer témoigne de l’élan de solidarité qui s’est manifesté dès samedi matin. «J’ai reçu des messages de sympathie de partout. Des personnes sont venues proposer spontanément leur aide. Beaucoup de gens sont choqués par cette tragédie, ou plutôt par cette violence.»

Jean-Pierre Kratzer parle d’un acte de terreur qui a frappé l’IENA et plus largement le monde du cheval en Suisse. «Nous ne pouvons y répondre qu’en faisant triompher nos valeurs, qui sont celles du fair-play, du respect, des valeurs qui se manifestent dans la relation quotidienne entre l’entraîneur, le cavalier et sa monture.»

Dès samedi matin, le directeur de l’IENA a pris contact avec l’Etablissement d’assurance contre l’incendie (ECA). Ses spécialistes étaient sur place lundi après-midi afin d’estimer l’ampleur des dégâts. «Je vois les architectes mardi, indique Jean-Pierre Kratzer. Nous allons tout reconstruire.» Pour mémoire, l’écurie des poneys, une maison d’habitation et une écurie abritant des trotteurs de course ont été la proie des flammes.

Pour les 50 élèves qui suivaient le cours de poneys trotteurs, le coup est terrible: les onze équidés ont tous péri. «J’ai reçu des téléphones de parents désemparés à l’idée de devoir annoncer la nouvelle à leurs enfants.» Le site de l’Ecole de poneys trotteurs, animée par la fille du directeur, annonce sobrement que, «suite aux incendies, tous les stages d’été sont annulés jusqu’à nouvel avis».

Il en va de même des Passeports Vacances que l’IENA accueille depuis des années. Il n’y a plus ni poneys, ni équipements, ni matériel. L’Ecole de poneys est anéantie. Quant à son animatrice, son mari et leurs enfants, ainsi qu’un entraîneur, qui habitaient sur le site, ils ont tout perdu.

«La vie continue», répète Jean-Pierre Kratzer. Sur place, les soins aux chevaux ne souffrent aucun retard, malgré le sinistre. Et le site de l’IENA dispose d’infrastructures suffisantes pour faire face aux besoins dans l’immédiat. (24 heures)

Créé: 17.07.2017, 19h22

Articles en relation

Après les flammes d'Avenches, le monde équestre est sous le choc

Incendies dans la Broye L'enquête se poursuit après la série de sept incendies vraisemblablement criminels qui a ravagé la Broye vaudoise et fribourgeoise. A Avenches, l'Institut équestre pleure ses équidés. Plus...

«Je ne sais pas qui a fait ça. On ne se laissera pas abattre»

Série d'incendies dans la Broye Émotion et stupeur à Avenches. Sur le site de l'Institut équestre national, les professionnels sont sous le choc. A les entendre, les chevaux ont été piégés. Plus...

Chevaux et champs brûlés par sept incendies suspects

Incendies En moins d'une heure cette nuit, sept sinistres ont enflammé la région d'Avenches. Des champs, mais aussi des édifices de l'Institut équestre national. Une vingtaine de chevaux et poneys sont morts. La police enquête. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Christian Constantin dérape une fois de trop», paru le 23 septembre 2017.
(Image: Valott) Plus...