Audemars Piguet dote la Vallée d'un hôtel de luxe

Le BrassusL'horloger annonce vouloir raser son actuel hôtel des Horlogers cet automne. Il s'offre à la place un cinq-étoiles.

L'actuel Hôtel des Horlogers.

L'actuel Hôtel des Horlogers. Image: Vanessa Cardoso/Archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Au milieu des toits en plaques métalliques et l’alignement des ateliers d’horlogers, la vallée de Joux disposera d’un véritable monument d’architecture moderne. Mercredi, Audemars Piguet a mis fin à plusieurs semaines de rumeur en annonçant vouloir raser purement et simplement son actuel Hôtel des Horlogers, au Brassus. Ce quatre-étoiles de 27 chambres doit être remplacé d’ici à 2018 par un complexe d’une cinquantaine de chambres et de suites à quatre étoiles plus, voire cinq étoiles. Un petit bijou au design futuriste, signé par le bureau BIG, de l’architecte danois Bjarke Ingels. Des stars mondiales.

Ce jeune bureau a remporté en l’espace de quelques années les concours du nouveau campus de Google, d’un gratte-ciel à Kuala Lumpur et du World Trade Center 2 de New-York. On leur reconnaît, derrière un sens développé du marketing, une audace à la mode et une capacité à adapter les volumes et les formes. Leur projet, confié à la maison vaudoise d’architecture CCHE, s’ajoute à celui de la Maison des Fondateurs, musée d’Audemars Piguet prévu à côté de la manufacture et dont le permis de construire vient d’être délivré.

Topographie de verre

A la place de l’hôtel actuel, lui-même une rénovation de l’ancien Ecu de France, en 2005, la discrète maison horlogère projette un petit palace de 82 mètres de long, agencé avec quatre corps de bâtiment articulés en forme de vagues vers la Vallée. D’une capacité maximale de 65 chambres, il sera doté d’un restaurant gastronomique, de salles de séminaires, d’un bar et d’un spa. Chauffé au bois, tout de verre et de design, il doit permettre de gagner directement la campagne ou les pistes de ski de fond en passant par le balcon de plain-pied.

Bref, une petite prouesse bien partie pour faire date, dont les formes évoquent volontiers les tiroirs ouverts d’un meuble d’horloger. «C’est un bureau de référence, qui apprécie les schémas de constructions inhabituels, juge Bruno Marchand, professeur d’architecture à l’EPFL. La topographie paraît artificielle. Un peu comme le Rolex Learning Center, c’est un bâtiment qui n’apparaît pas comme un bâtiment de prime abord.»

La construction est annoncée pour cet automne, moyennant dérogations au règlement communal des constructions: les toits plats sont en théorie proscrits du paysage combier. Le coût annoncé est de «plus de 10 millions de francs». Audemars Piguet n’exclut pas d’associer d’autres maisons ou sociétés pour gérer la structure. L’hôtel actuel est déjà le fruit d’une collaboration entre les manufactures.

Développement

Reste que la nouvelle a surpris la Vallée. La trentaine de collaborateurs de cet hôtel fort prisé ont été remerciés pour la mi-juillet. L’horloger s’annonce prêt à en rengager le plus possible dans le nouvel hôtel. «On ne démolit pas parce que ça nous fait plaisir, mais bien parce qu’on en a réellement besoin», explique le directeur général d’Audemars Piguet, François-Henry Bennahmias. Usé, confiné dans ses murs, l’hôtel actuel ne peut plus être développé et rénové, argumente la manufacture. «On veut positionner la marque là où elle doit être, poursuit-il. L’accueil est important, et il doit être traité localement. On doit se promener ici dans le XIXe siècle avec les moyens du XXIe siècle.»

«On veut positionner la marque là où elle doit être»

Au-delà de son image, la marque souligne avec ses deux projets sa santé financière, et ce alors que les exportations horlogères suisses sont en souffrance (-3,8% en décembre 2015). Un signal également dirigé vers l’entier de la Vallée et de son bassin horloger. «On n’a jamais réellement réussi à capitaliser sur ce qui reste des sites de production, réfléchit Vincent Jaton, directeur de l’Espace Horloger, au Sentier. Un hôtel de ce rang est une piste pour garder les visiteurs au-delà d’une simple journée. C’est un challenge. Il faut maintenant en profiter pour profiler la région à l’international, et en faire connaître ses éléments significatifs.» Il y avait déjà les complications horlogères, il faudra compter avec l’architecture.

(24 heures)

Créé: 28.01.2016, 16h00

En bref

Sur le site de l’ancien Ecu de France, l’actuel Hôtel des Horlogers a été ouvert, en 1984, après un incendie. Le projet d’Audemars Piguet doit prochainement faire l’objet
d’une demande d’autorisation préalable d’implantation. L’inauguration est prévue en 2018. Plus bas de 3 m que l’hôtel actuel, le nouveau projet doit entrer dans un volume de 82 mètres sur 33, dans quatre corps désarticulés. Les horlogers espèrent faire doubler le nombre de nuitées annuelles, actuellement de 4500 dans le seul quatre-étoiles de la Vallée. Une fois réalisé, le nouvel Hôtel des Horlogers pourrait être le 10e cinq-étoiles du canton.

Un appel d'air touristique

L’hôtel d’Audemars Piguet fait figure de pari audacieux à la Vallée, où l’essentiel des nuitées reste le fait de familles et de randonneurs de passage, chaussures de marche aux pieds. Les nuitées en hôtellerie classique sont estimées à 25 000 par an. Le nouvel Hôtel des Horlogers en vise 9000 à lui seul.

«C’est une excellente nouvelle pour la Vallée, se réjouit pour sa part Cédric Paillard, directeur du tourisme combier. L’offre hôtelière était déjà diversifiée par rapport à ce qu’on voit ailleurs. Maintenant, on peut espérer une nouvelle clientèle: les passionnés de montres ou d’architecture. On peut attendre un rayonnement de rang international.» Même conclusion pour la syndique du Chenit, Jeannine Rainaud-Meylan, qui était membre du jury architectural. «Toute la Municipalité a été subjuguée», sourit-elle.

Ce sont aussi les organisateurs des Jeux olympiques de la jeunesse 2020 qui se frottent les mains. La Vallée doit accueillir les épreuves de ski de fond. Elle pourra dès lors compter sur un hébergement de haut standing à deux pas – au sens propre – des pistes. «On a tous à y gagner, ajoute Cédric Paillard. Chaque service de la vallée de Joux devra suivre, jusqu’aux bouchers et aux boulangers.»

Articles en relation

L’élégante Maison des Fondateurs devrait sortir de terre en 2016

Le Brassus Le projet de musée d’Audemars Piguet au Brassus, sous forme d’une audacieuse spirale vitrée, entre dans sa phase concrète. Plus...

Bjarke Ingels, l'architecte audacieux et impertinent

Architecture Derrière le rêve architectural d’Audemars-Piguet prévu au Brassus, il y a le bureau BIG, créé par le jeune «stararchitecte» danois qui ambitionne de recadrer l’architecture vers plus d’humanité. Portrait. Plus...

Une fleur photovoltaïque traque la course du soleil

Le Brassus La Smartflower suit la courbe de l’astre solaire pour en absorber un maximum d’énergie qu’elle transforme en électricité. Plus...

Audemars Piguet investit sur son site du Brassus

Horlogerie La manufacture veut remplacer un ancien bâtiment par un nouveau sur son site des Forges. Les employés concernés déménageront au Sentier. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Pro Infirmis aide à reconnaître les artistes handicapés. Paru le 24 avril 2018
(Image: Bénédicte) Plus...