Cand-Landi s’occupe des déchets du Nord vaudois

VoirieL’entreprise grandsonnoise est le nouveau partenaire de la STRID depuis le 1er juillet.

Usine Cand-Landi à Grandson

Usine Cand-Landi à Grandson Image: JEAN-PAUL GUINNARD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Si vous n’avez rien remarqué de particulier le 1er juillet, c’est que la STRID et Cand-Landi ont réussi leur coup. Depuis ce lundi, la société qui gère les déchets de 62 communes du Nord vaudois a changé de prestataire pour la collecte de ses déchets. Cand-Landi reprend ainsi le rôle auparavant occupé par la société Transvoirie, avec quelques modifications.

«Avant, il existait trois marchés: les ordures ménagères, les biodéchets et le papier/carton, explique le directeur de la STRID, Jean Paul Schindelholz. Nous avons profité de ce nouveau contrat pour regrouper tous les marchés.» Les effets de ce rassemblement? «Aucun pour la population, assure Jean Paul Schindelholz. Par contre, cela occasionnera une simplification de la tarification pour les communes et une baisse des coûts, puisque nous pourrons faire des prix de groupes.»

Pour assumer la tâche proposée par la STRID, l’entreprise Cand-Landi a dû investir du temps et de l’argent depuis janvier 2018, date à laquelle elle a remporté l’appel d’offres devant Transvoirie. La société a acheté quatre nouveaux camions, «un gros investissement», selon Xavier Prudhomme, directeur général de Cand-Landi. «Il a fallu tout préparer, notamment l’itinéraire pour la collecte, en six mois seulement.»

C’est notamment pour cette raison que l’appel d’offres a été fait au 1er juillet et non au 1er janvier. «La ville est plus calme et il y a moins de déchets à cette période, détaille le directeur de la STRID. En plus, si le temps de collecte est plus long que prévu, ce qui est normal au début, le soleil se couche plus tard.»

La containérisation

Les deux partenaires, qui avaient déjà collaboré pour le triage des plastiques, espèrent également déclencher un changement dans les communes: la containérisation. «Nous proposons des containers à un très bon tarif, annonce Jean Paul Schindelholz. Ils sont équipés d’une petite puce qui pèse et localise le container.» Ce système permettra notamment de lutter plus efficacement contre le problème des sacs non taxés ou des ordures mal triées.

La containérisation implique aussi une hausse de qualité en matière de santé des employés de la voirie. «Conduire un container jusqu’au bras mécanique du camion est moins épuisant que de se baisser pour ensuite envoyer un sac dans la benne, affirme le directeur de la STRID. C’est principalement pour eux que nous souhaitons augmenter le nombre de containers.»

Le contrat qui lie désormais les deux entreprises durera jusqu’en 2025. (24 heures)

Créé: 10.07.2018, 10h09

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 24 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...