Comment piscines et bains traquent les pervers

SociétéMarginal mais récurent, les voyeurs sont sous surveillance, rappellent les gardes-bains après l'affaire du pervers du centre thermal d'Yverdon. Ils en appellent à la vigilance des baigneurs.

A Yverdon comme ailleurs, on s'inquiète plus de la montée des incivilités et des comportements indélicats des baigneurs que des voyeurs comme celui arrêté en novembre 2018. Pour les professionnels, l'heure est à la prévention des baigneurs, appelés à signaler les cas à problème.

A Yverdon comme ailleurs, on s'inquiète plus de la montée des incivilités et des comportements indélicats des baigneurs que des voyeurs comme celui arrêté en novembre 2018. Pour les professionnels, l'heure est à la prévention des baigneurs, appelés à signaler les cas à problème. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est le jour d’après au bord de l’eau, même si elle est doucement chaude et délicatement chargée de soufre.

Il y a deux mois, «24 heures» révélait l’affaire du pervers qui avait filmé, à leur insu, des centaines de baigneuses, notamment au Centre thermal d’Yverdon, avant de diffuser plus de 520 vidéos voyeuristes sur des sites pornographiques. Il s’amusait parfois à se filmer lui-même, en train de se toucher, près des couples de baigneurs, voire à filmer dans les douches et les vestiaires. Se hissant au triste niveau de quasi-professionnel, suivi sur la Toile, équipé de minuscules caméras waterproof.

Aujourd’hui, le milieu des bains et des piscines hésite: soit il s’agit d’une affaire unique, d’un pervers ayant réussi à passer entre les gouttes pendant… près de cinq ans (lire encadré), soit il s’agit d’un détraqué parmi d’autres, à qui internet a simplement donné une ampleur qu’il n’aurait pas eue il y a dix ans.

Une poignée de cas par an

Des indélicats, chaque établissement en sort de l’eau «quelques-uns par an sur des centaines de milliers d’entrées», disent leurs dirigeants. La police cantonale rapporte qu’une dizaine d’affaires lui sont signalées par année, sans plus. Reste que le voyeur d’Yverdon illustre bel et bien une certaine réalité, reconnaît la profession. «Des pervers, il y en a toujours eu. La clientèle des bains reflète la société, et nous devrons évoluer avec, réagit Sophie Cook, directrice adjointe du Centre thermal d’Yverdon. La différence, c’est que maintenant l’information circule très rapidement, même fausse. Ça rend visible toutes sortes de comportements inadéquats, qui vont des gestes inappropriés aux vols ou à tous ceux qui refusent de se doucher avant de rentrer dans une piscine. Le respect de l’espace public et de l’autre s’efface. La question, c’est de savoir où s’arrête notre responsabilité.»

D’une institution à l’autre, les dispositifs s’adaptent aux «comportements indélicats». À Yverdon, on prépare une «charte du baigneur» en pictogrammes: pas de prises d’images, des distances entre les baigneurs, le rappel des règles de base, etc. On va aussi surveiller les sites de rencontre, où les voyeurs et exhibitionnistes se refilent les adresses de saunas mixtes. Dans le même ordre d’idées, les Bains Hürlimann de Zurich ont parié sur la multiplication des caméras et l’interdiction des papouilles entre usagers. Lavey a ajouté une vidéosurveillance plus qu’explicite dans les vestiaires et la dénonciation immédiate des comportements suspects à la direction. Président de l’Association des piscines romandes et tessinoises, Christian Barascud mise, lui, sur la révision des règlements internes afin d’adapter le cadre légal et de sensibiliser encore plus le personnel.

Quant aux pervers, les invétérés, on avoue entre les lignes qu’ils auront sans doute toujours une longueur d’avance, non pas dans les bassins, mais au niveau du matériel photographique. Si certains établissements songent à interdire les maillots trop larges, allez repérer, par exemple, le stylo espion avec lequel un sexagénaire filmait des enfants à la piscine de Zurich, en juin dernier.

«Interdire totalement les appareils photo, c’est impossible, soupire Christian Lehni, président de l’Association romande des maîtres de bains. D’abord parce que notre priorité c’est la sécurité, et que ce n’est pas le smartphone qui met les gens en danger. Toute une génération utilise son téléphone comme un nouvel organe, et on ne peut pas empêcher une mère de photographier son enfant. Ce qu’on fait, c’est repérer vite celui qui ne vient pas pour se baigner. En réalité, on le voit très rapidement.»

Comment? Chaque professionnel a son truc. Le garde-bains yverdonnois Jeremy Buache ne quitte pas les bassins des yeux. «Sans tout révéler, disons que le coin, là, est un angle mort, donc on le surveille différemment. Dans les vestiaires, on jette un œil au sol à chaque passage. La cadence est irrégulière pour que personne ne puisse prévoir les contrôles. Dans la zone des bulles, juste ici, on coupe parfois les remous, vite fait, pour mieux voir ce qui se passe en dessous. Dans quelques semaines, avec les températures, l’eau va faire plus de petits bancs de vapeur. Il faudra être attentif.»

À la cité thermale, les usagers continuent de venir barboter, disent-ils, sans trop penser à l’affaire de l’an dernier. «J’avoue, ça m’a fait froid dans le dos, glisse une mère de famille, les cheveux encore mouillés, sur le parking. Surtout pour les enfants. Mais on est revenu quand même. C’est mieux surveillé visiblement. On a bien senti que le comportement des gardes-bains a changé.»

Refus du tout sécuritaire

Les gardes-bains devront-ils à terme afficher un visage plus sécuritaire pour dissuader les voyeurs? «Pas à mon sens, estime Christian Lehni, également gérant de la piscine de Pully. Avant, le garde-bains, c’était un gars musclé qui intervenait en cas de noyade. Il y a eu la période où c’était un cabossé de la vie qui restait au bord de l’eau. Maintenant, on doit montrer qu’il s’agit de professionnels formés, dont le travail comprend 50% de prévention, de psychologie et de relation humaine. Il faut travailler l’autorité, oui, mais pas multiplier les gars en rangers au bord de l’eau.»

En fait, l’heure est à l’anticipation des futures installations. «On essaie d’associer hygiène et sécurité, avance Christian Barascud, également gérant des piscines lausannoises. Ça peut passer par l’amélioration de la visibilité ou la séparation des douches.» Même son de cloche à Yverdon, où BOAS prépare une refonte du centre thermal. Il faudra s’attendre à des bassins faciles à surveiller et construits de manière à minimiser certains risques. Globalement, on se demande s’il faut rendre non mixtes certains saunas ou espaces de détente.

«Éradiquer les cas de voyeurisme et les incivilités passe par la collaboration de tout le monde. Il arrive que des baigneurs nous signalent des cas suspects une semaine après les faits, se désole Sophie Cook. C’est trop tard et nous ne pouvons plus faire grand-chose. Il faut augmenter la prévention et la sensibilisation. Les gens ont tendance à reporter toute la responsabilité de ce qui arrive sur l’exploitant. Alors qu’avec un minimum de bon sens et de respect nombre de ces incivilités n’auraient même pas lieu.»

Créé: 10.10.2019, 06h42

Une unique plainte a été déposée

On en sait un peu plus sur le voyeur exhibitionniste arrêté au Centre thermal d’Yverdon en novembre 2018.

Pour l’institution, le fait qu’il y ait été interpellé sur place, à la suite d’une enquête, prouve que le dispositif fonctionne. Reste que parmi la longue liste de vidéos tournées dans les mêmes bassins, les plus anciennes remontaient à 2015. Aujourd’hui, le Ministère public estime que les faits reprochés au prévenu ont débuté en 2013 ou en 2014.

Cet individu, qui se présentait parfois comme Monégasque sur ses différents profils en ligne, sur des sites pornographiques ou des sites de rencontre homosexuels, aurait agi sur territoire suisse et français.

Sur son profil, aujourd’hui supprimé, ses vidéos et images de femmes, voire de mineurs inconscients d’être observés semblaient avoir été réalisées aussi bien sur des plages corses que dans des magasins français et suisses, ainsi qu’évidemment aux bains.

Malgré les centaines de victimes potentielles, une seule plainte a été déposée à ce jour. L’enquête est toujours en cours d’instruction.

Articles en relation

Qui est le pervers qui a écumé les bains thermaux pendant trois ans?

Yverdon-les-Bains Arrêté l’an dernier, le maniaque des images volées était très suivi. Son principal profil a été supprimé. Plus...

Le pervers a publié 512 vidéos de femmes piégées

Yverdon-les-Bains L’année dernière, un voyeur a baladé sa caméra indiscrète dans les bassins yverdonnois. Il a ensuite posté ses vidéos sur des sites à caractère pornographique. Il a été interpellé. Plus...

BOAS va enfin transformer Grand Hôtel et Centre thermal

Yverdon-les-Bains Le groupe hôtelier annonce ce jeudi matin les travaux prévus pour ces deux sites réunis en une seule entité. Des dizaines de millions seront investis. Plus...

Filmée à son insu dans une cabine des Bains d’Yverdon

Voyeurisme L’employé voyeur a été licencié sur-le-champ. Une plainte a été déposée Plus...

Des voyeurs sévissent dans les bains thermaux vaudois

Fait divers Une jeune femme a été victime dimanche à Yverdon de ce phénomène régulier contre lequel les établissements veulent lutter. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.