Grandson veut rhabiller les naturistes

Lac de NeuchâtelDes panneaux «interdit aux naturistes» ont été installés aux abords de la plage de La Poissine où la police fait des contrôles.

Ils sont moins nombreux que par le passé, mais les naturistes s’allongent encore sur la plage de la Poissine.

Ils sont moins nombreux que par le passé, mais les naturistes s’allongent encore sur la plage de la Poissine. Image: O. ALLENSPACH

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est un petit coin de paradis, non loin du hameau grandsonnois de Corcelettes, à quelques brasses à peine du camping des Pins, entre lac et roseaux. Mais, depuis des années, cet éden de petits cailloux ne s’offre qu’à une certaine clientèle dont la Municipalité de Grandson aimerait voir le dos, rhabillé si possible. La très jolie plage de la Poissine est en effet devenue chasse gardée de naturistes de tout poil.

«Nous n’avons rien contre le naturisme au premier sens du terme, celui du culte du corps au soleil. Mais des dérives d’ordre sexuel ont été constatées à plusieurs reprises», soupire Pascale Fischer, municipale des Domaines et des Affaires sociales. «Et puis cette très jolie plage – sans aucun doute l’une des plus belles de la commune – est située à proximité immédiate d’un camping prisé par les familles.

Nous avons reçu plusieurs plaintes de leur part, qui craignent que leurs enfants ne se retrouvent nez à nez avec des situations qu’ils ne doivent pas voir», reprend sa collègue en charge de la Police, Erika Prina Howald.

Les rives pour tous

Le problème n’est pas nouveau. Il y a presque dix ans déjà, les autorités étaient parvenues à faire fermer des sites Internet fréquentés par des homosexuels allemands et français qui vantaient mieux que n’importe quel Office du tourisme les beautés de ce coin et de ce qui s’y passait… La situation s’est certes améliorée par la suite, mais régulièrement des plaintes remontent jusqu’aux autorités.

Des autorités qui estiment en outre que les rives du lac doivent être ouvertes au plus grand nombre. «Ici, on a un peu l’impression qu’elles ont été soustraites à l’usage public», regrette Pascale Fischer.

Des mesures ont donc été prises. L’an dernier trois panneaux ont été dressés à l’entrée des accès conduisant à la plage de la Poissine. Leur message? Il est encore plus limpide que l’eau du lac, pourtant très claire à cet endroit: «Nudisme interdit sur le territoire communal. Enfants jusqu’à 5 ans exceptés.»

Croisé mercredi matin sur place, allongé sur sa chaise longue en slip de bain aux côtés de son épouse qui bronze seins nus, Gérard Busset regrette: «On aime cet endroit tranquille, même s’il est devenu textile, alors on joue le jeu.»

Autour de cet adepte de longue date du naturisme, réparties sur les petits cailloux jaunes d’une plage qui dessine un «Y» entre forêt, lac et roseaux, une dizaine de personnes, hommes et femmes, livrent au soleil et à l’eau leur corps nu, ceinture pelvienne exceptée. «Mais il y a encore quelques personnes qui font de la résistance», reprend Gérard Busset.

Au loin un homme se dissimule derrière un paravent artisanal composé de roseaux attachés les uns aux autres. Même si c’est vêtu d’un string qu’il réapparaît, manifestement contrarié par la présence de visiteurs, ce baigneur n’a pas encore cédé à l’appel des sirènes… policières.

300 francs d’amende

Depuis ce printemps en effet, la police cantonale effectue des patrouilles du côté de la Poissine, à la demande des autorités. Moins déterminés que Fougasse et Cruchot à Saint-Tropez, les gendarmes grandsonnois se contentent de prévenir. Dans un premier temps en tout cas. «Ils contrôlent les identités et avisent les personnes dont la tenue n’est pas décente qu’en cas de récidive elles seront dénoncées», précise Erika Prina Howald. «A 300 francs l’amende, ça donne à réfléchir», note Gérard Busset.

Comme lui, son épouse ne comprend toutefois pas cet acharnement: «Franchement, on ne gênait personne. Quand on se promène au bord du lac, on n’atterrit pas là.» Et son mari de conclure: «On faisait nous-mêmes la chasse à d’éventuels débordements. Et je pense sincèrement qu’on aurait pu gérer la situation.»

Créé: 13.08.2015, 10h45

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.