L’élue qui fait pencher Yverdon à droite appelle à la sérénité

Election complémentaireValérie Jaggi Wepf accède à l’Exécutif de la deuxième ville du canton dans un fauteuil. Son collègue PLR Jean-Daniel Carrard est pressenti syndic.

La PLR Valérie Jaggi Wepf était félicitée dimanche par son adversaire, le socialiste Stéphane Balet.

La PLR Valérie Jaggi Wepf était félicitée dimanche par son adversaire, le socialiste Stéphane Balet. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Embrassades, accolades, gerbes de fleurs et photos souvenirs: dimanche, le jour le plus court de l’année a aussi été le plus heureux pour le PLR yverdonnois. En plaçant sa candidate Valérie Jaggi Wepf à la Municipalité, la droite ravit un quatrième siège à la gauche et reprend ainsi la majorité qu’elle avait perdue en 2009. L’élection complémentaire faisait suite à la démission du syndic socialiste Daniel von Siebenthal.

Le succès du PLR est d’une rare netteté dans une ville où gauche et droite font d’ordinaire jeu égal. La libérale-radicale recueille 62,83% des voix tandis que son adversaire, le conseiller communal socialiste Stéphane Balet, plafonne à 36,04% (taux de participation: 31%). Le PS boit le calice jusqu’à la lie: son score riquiqui est encore inférieur à celui qu’il avait obtenu au premier tour, soit 37,6%. Une bonne partie de l’électorat UDC qui avait voté pour le candidat Pascal Gafner a suivi le mot d’ordre de ce dernier et a soutenu, comme prévu, Valérie Jaggi Wepf, qui avait déjà un pied à l’Exécutif au soir du 30 novembre. Pas de surprise, donc. Le vote sanction contre une Municipalité jugée peu à l’écoute des citoyens est confirmé.

«J’ai de la peine à l’avaler, commentait à chaud Stéphane Balet. On dit que mon score est le reflet d’un mécontentement, j’ai du mal à le comprendre. On a fait une campagne honorable et défendu des valeurs de gauche. Je pense que je n’étais pas le bon candidat et, si je m’écoutais, je renoncerais à mes mandats politiques locaux.»

Les socialistes ont rapidement mis la pression sur le camp opposé après l’avoir congratulé. «Il y a eu beaucoup de critiques et de promesses de la part du PLR, nous allons maintenant voir ce qu’il fait, car il ne peut plus se cacher: il est majoritaire à lui tout seul à la Municipalité», martèle le président du Parti socialiste yverdonnois, Pierre Dessemontet.

De son côté, la nouvelle élue lançait les premiers appels à la pacification. «Il faut que la sérénité revienne, que l’on renoue le dialogue avec les habitants et entre les partis de gauche et de droite. Je n’ai pas peur d’aller discuter avec les gens.»

Jean-Daniel Carrard syndic?

Le grand absent de ce dimanche électoral aura été le municipal PLR Jean-Daniel Carrard, qui passe les fêtes de Noël à La Réunion auprès de son fils. Car c’est vers lui que les regards se sont rapidement tournés dimanche. Le président du PLR yverdonnois, Christian Weiler, a en effet annoncé que l’édile était le candidat de la droite à la syndicature. Or il semble inconcevable que la gauche ait quelque prétention sur ce poste-là. «Il n’y a aucun intérêt à être syndic en étant minoritaire», relève Pierre Dessemontet.

Sauf coup de théâtre, cette élection devrait donc se régler de manière tacite le 26 janvier prochain, date officielle du dépôt des candidatures. Architecte âgé de 56 ans, Jean-Daniel Carrard siège à la Municipalité depuis 2002. Joint par téléphone, il préfère ne pas trop s’avancer sur sa future accession à la tête du collège exécutif. Il dit néanmoins vouloir inscrire son action dans la durée. «On ne se lance pas dans un tel projet avec l’intention d’arrêter dans dix-huit mois», lance-t-il en écartant du coup l’éventualité d’une syndicature de pure transition jusqu’aux élections générales de 2016.


Yverdon rejoint Montreux

La deuxième ville du canton qui «tombe» aux mains de la droite: voilà qui ne peut que réjouir le Parti libéral-radical vaudois. Au fil des ans, ce dernier a en effet perdu le contrôle de la plupart des principales villes. Des sept plus grandes communes du canton, seules Yverdon et Montreux sont maintenant dirigées par le camp bourgeois. Et ce n’est peut-être que temporaire puisque la Perle de la Riviera pourrait éventuellement, elle, basculer à gauche: une élection complémentaire disputée y est agendée le 11 janvier déjà.

Présent à Yverdon dimache, le président du PLR vaudois, Frédéric Borloz, voit un signal positif dans le succès de Valérie Jaggi Wepf: «C’est le résultat d’un travail de longue haleine qui a permis de motiver et fédérer notre section au-delà de son noyau dur. En ayant repris la majorité à Montreux fin 2010, on voit que nous avons redonné un nouveau souffle à cette ville et c’est aussi ce qui va se passer à Yverdon», prédit-il. Son homologue du PS, Stéphane Montangero, relativise quant à lui le cuisant échec subi dans le Nord vaudois. «Nous avons repris un siège à Penthalaz et en avons perdu un à Yverdon ce dimanche: il s’agit de configurations locales qui ne présagent rien de ce qui peut se passer à l’échelle cantonale lors des élections générales de 2016. Le cas d’Yverdon montre qu’une Municipalité doit être à l’écoute de la population et peut-être encore plus quand elle est de gauche et qu’elle défend une vision progressiste de la société.»

A noter que le chef-lieu nord-vaudois est assez coutumier du revirement de majorité: il s’agit du huitième depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et l’émergence du Parti socialiste au sein des autorités locales. La dernière fois que deux syndics du même camp politique se sont succédé à Yverdon, c’était en 1982, quand le socialiste André Perret a pris le relais de son coreligionnaire Pierre Duvoisin. Ces trente dernières années, cinq basculements de majorité ont eu lieu dans la cité thermale. La gauche y était au pouvoir depuis 2009. (24 heures)

Créé: 21.12.2014, 21h59

Articles en relation

A Yverdon, les deux candidats croisent le fer à la veille du deuxième tour

Election complémentaire La PLR Valérie Jaggi Wepf a beau avoir largement remporté le premier tour face à Stéphane Balet (PS), les dés ne sont pas jetés, affirment les deux candidats. Plus...

Le PLR a un boulevard devant lui pour reconquérir Yverdon

Election complémentaire A l’issue du 1er tour de l’élection municipale, le ballottage est très favorable à Valérie Jaggi Wepf, en tête devant les candidats PS et UDC. Plus...

Un triomphe électoral qui met le PLR sous pression

Le score écrasant qui a propulsé la PLR Valérie Jaggi Wepf à la Municipalité marque le désaveu d’une Municipalité de gauche en rupture avec les citoyens. Il montre aussi que l’attente de ceux-ci est immense auprès d’une nouvelle majorité qui a beaucoup à prouver. Depuis 2011, le PLR a habilement su capitaliser sur le mécontentement des habitants, mais il s’est surtout présenté comme force d’opposition et non comme force de proposition, si l’on excepte le dépoussiérage d’une vieille idée de route de contournement qui s’est transformé en une triomphale initiative populaire. Brocardé par ses adversaires comme «nostalgique de l’Yverdon d’avant-hier», le PLR doit maintenant leur donner tort et montrer que lui aussi a une véritable vision d’avenir de la deuxième ville du canton, de son développement et de son rayonnement. Que la sauvegarde de quelques places de parc et le tout-à-la-voiture ne constituent pas l’alpha et l’oméga de son programme politique. Il va sans dire que le camp rose-vert l’attend au contour et n’est pas sans munition. Le Conseil communal, s’il est strictement paritaire sur le papier, penche très souvent à gauche au moment de voter. La logique de guerre totale qui prévaut entre les deux bords politiques depuis le début de la législature laisse des plaies béantes, que de tardifs appels au calme ne suffiront pas à cicatriser. D’autant que la campagne électorale de 2016 va démarrer très vite. Le PLR a devant lui le réveillon de Noël et la Saint-Sylvestre pour fêter son succès comme il se doit. Et puis il faudra vite se retrousser les manches, car l’état de grâce ne durera pas.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...