L’oppidum du Vully aurait été déserté plus rapidement

ArchéologieDe nouvelles fouilles conduites au sommet du Mont Vully remettent en cause la chronologie de son occupation.

Le chantier a permis de retrouver le niveau de circulation de la période gauloise, quelques structures en creux, des foyers ainsi que du mobilier métallique et céramique.

Le chantier a permis de retrouver le niveau de circulation de la période gauloise, quelques structures en creux, des foyers ainsi que du mobilier métallique et céramique. Image: SEBASTIEN GALLIKER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«La chronologie précise du site est remise en question par ces fouilles. Selon les recherches menées dans les années 1980 à 1990, on pensait que les Helvètes avaient quitté l’oppidum du Vully en 58 av. J.-C. Mais, avec ces nouvelles explorations, il semble que le site ait été abandonné vers 100 avant notre ère.» Professeur ordinaire à l’Institut d’archéologie et des sciences de l’Antiquité de l’Université de Lausanne, Thierry Lüginbühl a présenté hier le résultat de nouvelles fouilles archéologiques menées de concert avec le Service archéologique de l’Etat de Fribourg (SAEF), au sommet du Mont-Vully.

Le site est bien connu pour la vue qu’il offre sur les Alpes ainsi que sur les lacs de Neuchâtel, de Bienne et surtout de Morat. Il a aussi été occupé à différentes périodes pré- et protohistoriques jusqu’à la construction d’un important oppidum – une agglomération fortifiée – à la fin du second âge du fer. Vraisemblablement fondée entre 150 et 120 avant notre ère, cette dernière forteresse n’aurait donc été occupée que par deux ou trois générations seulement. Pour les visiteurs férus d’histoire, une aile de la porte de cet imposant mur gaulois a été reconstituée sur le site.

«Sous la direction de Michel Mauvilly, les services archéologiques ont commencé les opérations de recherche par des prospections avec détecteurs à métaux en 2016. Une prospection géophysique a suivi en novembre dernier, ainsi que les sondages de diagnostic conduits par l’UNIL sous la responsabilité de Pascal Brand et José Bernal», a détaillé Carmen Buchillier, archéologue cantonale fribourgeoise. Ces sondages, encore en cours, ont permis de retrouver le niveau de circulation de la période gauloise, quelques structures en creux, des foyers ainsi que du mobilier métallique et céramique.

«La partie ouest du sommet du Mont-Vully n’a pas permis de trouver des structures profondes, si bien que le chantier a duré à peine trois jours. Par contre, à l’est, l’érosion est différente, permettant de relever davantage de traces», ajoutait pour sa part Pascal Brand, lors de la visite. D’ici à la semaine prochaine, ce chantier de fouilles devrait être remblayé. Pour autant que les budgets soient réunis, le plateau inférieur du site, au nord, sera aussi exploré, dans le courant de 2018. Selon les chercheurs, le cœur de l’habitat devait s’y trouver, car la zone est mieux abritée du vent.

Créé: 13.09.2017, 21h51

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.