La Thièle sera sécurisée et renaturée à Yverdon

EnvironnementDigue rehaussée et étanche, cours d’eau rendu plus naturel, le projet coûtera près de 20 millions de francs aux collectivités publiques.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les terrains, pour la plupart agricoles, qui bordent la Thièle au sud d’Yverdon sont très souvent gorgés d’eau. La rivière n’est pas à proprement parler en cause: elle ne déborde presque jamais. Mais, au moment de la fonte des neiges ou lors d’épisodes de fortes précipitations, l’eau envahit les champs par exfiltration de la digue créée à la fin du XIXe siècle, ou par la remontée du niveau de la nappe phréatique de base très proche du sol.

Près d'un million à charge de la Ville

Un partenariat entre le Canton et la Commune a conduit à un concept de protection contre les crues, mais aussi de renaturation du cours d’eau. Globalement, le projet se monte à 20 millions de francs, dont 5% environ (930'000 francs) à charge de la Ville. C’est le premier chapitre d’un projet plus vaste, qui doit régler la délicate question hydrologique de la plaine de l’Orbe. Taille de la surface totale? 50 km2 répartis sur dix-sept communes.

Sandro Rosselet, chef du Service des travaux, Yverdon

«L’objectif de base de cette première étape est de sécuriser les berges en regard de la carte des dangers», souligne Sandro Rosselet, chef du Service des travaux et de l’environnement d’Yverdon. Pour ce faire, les berges doivent être rendues étanches. Elles seront par ailleurs rehaussées (de 10 cm à 80 cm) sur un tracé de 3 km, depuis l’entrée sur le territoire d’Yverdon jusqu’au pont du Curtil-Maillet. Elles supporteront ainsi les crues centennales. Le début de ces travaux est prévu pour l’automne prochain.

Elargie et libérée

Sur la première partie de ce tracé (soit 1750 m), la Thièle doit être élargie. En fonction de son niveau, elle pourra quitter son lit majeur, large de 9 m, et sinuer librement dans un gabarit de 35 m. Le projet ne remplit en effet pas uniquement un objectif de sécurisation.

L’écomorphologie est elle aussi améliorée. Notamment en rendant au cours d’eau un espace plus naturel que le tracé très strict qui est le sien depuis la fin du XIXe siècle. Par ailleurs, le potentiel écologique du secteur sera développé via la création d’un site d’escale pour les limicoles, ces oiseaux migrateurs qui survolent deux fois par an la Suisse et cherchent des étendues d’eau peu profondes pour se poser

Les cultures prévues là-bas seront choisies en fonction de la période retenue pour une inondation, contrôlée au moyen d’un important réseau de drainage, soit au printemps, soit en automne. La première mise en eau volontaire est prévue pour ce printemps. (24 heures)

Créé: 27.12.2016, 08h42

Articles en relation

9 millions pour éponger les inondations de la Thièle

Le projet de correction fluviale est à l’enquête. Il est présenté ce mercredi soir. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Soumise au vote populaire le 4 mars prochain, l'initiative «No Billag» vise à supprimer la redevance radio et télévision. Si tel devait être le cas, la RTS fermerait boutique, selon son directeur, publié le 22 novembre 2017
Plus...