La nouvelle présidente des Brandons d'Yverdon claque la porte

Yverdon-les-BainsSur fond de désaccord, Malika Ajlani quitte la présidence du carnaval, cinq mois seulement après y être arrivée.

Au total, selon Malika Ajlani, la manifestation devrait encore environ 20'000 francs à différents fournisseurs.

Au total, selon Malika Ajlani, la manifestation devrait encore environ 20'000 francs à différents fournisseurs. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je n’ai pas démissionné de gaieté de cœur, mais il était impossible pour moi de travailler dans ces conditions, confie Malika Ajlani, présidente des Brandons d’Yverdon depuis le mois de décembre. Je ne partageais pas la même vision de l’événement que le reste du comité.» La nouvelle a de quoi surprendre. L’Yverdonnoise, qui compte dix années d’expérience en gestion d’entreprise dans les domaines de la communication et de l’événementiel, devait être celle qui allait donner un nouveau souffle à la manifestation en perdition depuis plusieurs années.

En 2016 et 2017, la Ville avait dû éponger une partie des dettes de la fête qui marque la fin de l’hiver, respectivement pour 68'000 francs et 10'000 francs. En 2018, les Brandons annonçaient un nouveau déficit de 30'000 francs. C’en était trop pour le carnaval, sommé par les autorités politiques de passer son tour cette année. But de cette pause forcée? Un retour aux affaires en 2020 avec des comptes équilibrés. «J’espère sincèrement que l’organisation y parviendra, poursuit Malika Ajlani. Nous avions validé un plan d’action. Des nouveaux venus veulent cependant le remettre en question, du moins en partie. Et le temps passe.»

«Pour moi, la priorité était d’assainir les finances des Brandons»

Au mois de mars, Malika Ajlani avait annoncé à la presse plusieurs mesures pour éponger les dettes de la manifestation: «Créer une confrérie des Brandons, comme à Payerne, tenir des stands au marché d’Yverdon-les-Bains, collaborer avec des festivals… La liste était longue, énumère la présidente démissionnaire. Mais aujourd’hui je ne sais pas si ces différentes pistes seront exploitées ou non.» Elle ajoute: «Pour moi, la priorité était d’assainir les finances des Brandons. Je suis venue avec une vision et des objectifs de gestion stricts qui ne correspondaient visiblement pas au monde du carnaval et à ses codes.»

Au total, selon Malika Ajlani, la manifestation devrait encore environ 20'000 francs à différents fournisseurs. Ces derniers patientent encore, mais jusqu’à quand? «Je ne le sais pas, reconnaît l’Yverdonnoise. J’espère que mes quelques mois à la tête de l’organisation auront au moins permis de tirer au clair la situation. Nous avons renoué le contact avec eux et nous communiquons mieux qu’auparavant et plus régulièrement. Je suis confiante pour l’avenir du carnaval et je pense que, grâce au soutien de la Municipalité, des solutions vont finir par émerger.»

Reste que l’année 2019 ne devait pas seulement permettre à l’association de payer ses dettes. Elle devait aussi trouver de quoi mettre sur pied la future édition des Brandons. Le comité y parviendra-t-il? «La manifestation n’est pas dans une situation critique, tempère la présidente démissionnaire. J’estime que les membres ont les capacités pour y arriver, et c’est en tout cas tout le mal que je leur souhaite.»

Malika Ajlani dit «partir le cœur léger et dans l’intérêt du carnaval» après «avoir fait du mieux qu’elle pouvait». En outre, toujours selon elle, le Bonhomme Hiver aura de nouveau chaud aux fesses l’année prochaine: «C’est l’objectif, et tout le comité travaille énormément dans ce sens.»

Contacté, par la voix d’un de ses membres, ce dernier se refuse à tout commentaire, arguant être «en discussion avec la Ville». Carmen Tanner, municipale chargée de la Culture à Yverdon, ne commente pas non plus le fond de l’affaire. Elle dit toutefois être au courant de ce qui se passe au sein de l’association et indique attendre avec impatience la rencontre programmée avec l’organisation dans les prochaines semaines.

Créé: 29.04.2019, 21h50

Malika Ajlani, présidente démissionnaire des Brandons

Articles en relation

Les Brandons d'Yverdon renaîtront plus longs

Carnaval La manifestation reviendra l’année prochaine avec plus de place pour les enfants et les aînés. Une confrérie va être créée. Plus...

Le Bonhomme Hiver ne brûlera pas en 2019 à Yverdon

Manifestation Après le départ du président du comité d’organisation des Brandons, la Ville annonce qu’il n’y aura pas d’édition l’année prochaine Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.