«La vie continue, nous nous réjouissons de ne plus voir les séquelles de l’incendie»

AvenchesAprès le sinistre intentionnel ayant détruit deux bâtiments, l’IENA vient de déposer un dossier de reconstruction à l’enquête.

Le 15 juillet dernier, deux bâtiments de l’IENA, une grange et une écurie, ont été ravagés par les flammes.

Le 15 juillet dernier, deux bâtiments de l’IENA, une grange et une écurie, ont été ravagés par les flammes. Image: JEAN-PAUL GUINNARD - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’événement est encore dans toutes les mémoires. Samedi 15 juillet dernier, un (ou des) incendiaire(s) provoquai(en)t sept sinistres criminels, au petit matin, dans les environs d’Avenches. Les deux principaux incendies ont touché deux bâtiments de l’Institut équestre national d’Avenches (IENA), entraînant la mort de 24 équidés, soit 11 poneys, 12 trotteurs et un cheval de thérapie équestre. Deux habitations, dont celle de la famille de la fille de Jean-Pierre Kratzer, fondateur et directeur des lieux, ont également été la proie des flammes. Moins de deux mois plus tard, l’IENA présente déjà un dossier de reconstruction à l’enquête publique. Interview de son directeur.

Comment expliquer que les choses aillent si vite? Est-ce pour faire table rase du passé?
Il est vrai que nous nous réjouissons de ne plus voir les séquelles de l’incendie, mais cette rapidité est aussi liée à mon état d’esprit. Dès le matin du 15 juillet, j’avais décidé de reconstruire la ferme des Longs Prés et la poneyterie. Malgré la violence ignoble de cet acte, ma seule envie est de dire que la vie continue et doit reprendre le dessus. Et comme elle est courte, il n’y avait pas de temps à perdre.

L’enquête concerne la reconstruction de la ferme des Longs Prés. Qu’en est-il du bâtiment abritant les poneys?
On travaille sur les deux dossiers, mais celui de la ferme va plus vite, alors qu’il pouvait paraître plus compliqué de prime abord. Ainsi, le bâtiment était classé en note 2 à l’inventaire des monuments historiques et fait l’objet d’un droit de superficie avec la Confédération. Il y a donc plusieurs interlocuteurs à réunir. Mais tant au niveau de l’ECA, du service des immeubles de la Confédération, des Monuments historiques vaudois ou de l’architecte mandaté, tout le monde a montré une forte volonté d’aller de l’avant. Et si tout va bien, le bâtiment pourrait être reconstruit dès le printemps prochain. Concernant les poneys, j’ai bon espoir que le dossier puisse suivre dans quelques semaines.

Outre la reconstruction matérielle, votre famille a aussi été touchée par l’incendie. Comment se passe la reconstruction psychologique?
C’est principalement la famille de ma fille qui a été touchée. Il y aura forcément un avant et un après. Mais l’élan de solidarité autour de la famille de l’IENA, et j’insiste sur l’aspect famille, a été incroyable. Cela nous aide à continuer d’avancer. Mes petits-enfants ont aussi pu retrouver leurs copains à l’école, ce qui leur fait du bien. J’espère que la fin de l’enquête criminelle nous aidera à passer encore un cap. En tout cas, la famille de ma fille a participé à l’élaboration des plans soumis à l’enquête avec la perspective de revenir, mais toutes les options restent ouvertes pour la suite.

Au-delà des personnes, les principales victimes sont les chevaux. Comment reconstitue-t-on une écurie?
Ces animaux n’étaient pas assurés et appartenaient pour l’essentiel à l’IENA. Les poneys ont permis de créer une école, qui réunissait une cinquantaine d’enfants. Leur disparition est aussi un deuil pour eux, car ils ont perdu quelqu’un qu’ils aimaient. Grâce à un formidable soutien financier, nous sommes en train de reconstituer tout ce qui est nécessaire au fonctionnement de cette école, à savoir des poneys, mais aussi des sulkys (ndlr: petite voiture hippomobile à une place), des harnais ou tout matériel d’enseignement. Pour les chevaux, les propriétaires concernés doivent désormais décider s’ils vont les remplacer ou pas. Pour ma part, cela dépendra si j’ai un coup de cœur. Il existe un lien sentimental entre le cheval et l’homme et je crois que si cet incendie a suscité un tel émoi, c’est à cause de ce lien. (24 heures)

Créé: 11.09.2017, 21h42

Cheval à la fête ce week-end

Alors que les plaies de l’incendie ne sont pas encore toutes pansées, la vie équestre reprend son cours. Près de 1000 chevaux s’affronteront pour les meilleures places à Avenches du 15 au 17 septembre 2017 lors de la 9e édition d’Equus Helveticus. La manifestation regroupera quatre grands événements organisés conjointement par le Haras national suisse (HNS), l’Institut équestre national d’Avenches (IENA), la Fédération suisse du franches-montagnes (FSFM) et la Fédération d’élevage du cheval de sport CH (FECH). Dressage, saut, monte western, débardage, gymkhana, attelage ou encore courses, dont une en chars romains, devraient réunir quelque 20 000 spectateurs. Les meilleurs jeunes chevaux de la race franches-montagnes et chevaux de sport présenteront notamment leur savoir-faire au cours des finales annuelles d’Avenches.

Reconstruire à l’identique

Mis à pa rt quelques modifications de confort et de sécurité dans l’appartement, qui avait été fortement endommagé par le sinistre,
le projet à l’enquête prévoit une reconstruction à l’identique. «Pour les Monuments historiques, qui avaient inventorié le bâtiment, l’essentiel était de bâtir en conservant le caractère de l’époque. On a finalement trouvé un bon compromis, puisque les écuries retrouveront leur place et l’appartement sera réaménagé sur trois niveaux, ce qui n’était pas le cas auparavant», se réjouit Jean-Pierre Kratzer.

Le directeur ne souhaite pas dévoiler le montant budgétisé de la construction. «On va tenter de reconstruire selon l’enveloppe donnée par l’ECA, sachant que ce sera à l’IENA d’assumer tout éventuel dépassement», poursuit le propriétaire. Les dons reçus après l’incendie ne serviront pas à la reconstruction en vue, mais permettront de remplacer une partie de ce qui n’était pas assuré.

Articles en relation

Chevaux et champs brûlés par sept incendies suspects

Incendies En moins d'une heure cette nuit, sept sinistres ont enflammé la région d'Avenches. Des champs, mais aussi des édifices de l'Institut équestre national. Une vingtaine de chevaux et poneys sont morts. La police enquête. Plus...

Inquiets, les paysans «se lèvent la nuit»

Incendies Une ferme ravagée à Payerne, une étable à Domdidier (FR), 55 bovidés tués dans la nuit de samedi. La Broye est sur le qui-vive. Plus...

Inquiets, les paysans «se lèvent la nuit»

Incendies Une ferme ravagée à Payerne, une étable à Domdidier (FR), 55 bovidés tués dans la nuit de samedi. La Broye est sur le qui-vive. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Le géant de l'or noir basé à Genève se fournit auprès d'une entreprise dont les droits de forage ont été obtenus par un homme, aujourd'hui sous enquête pour corruption.
(Image: Bénédicte) Plus...