Le Nord vaudois cherche à maintenir sa qualité de vie

DéveloppementFruit de plus de trois ans de travaux, un Plan directeur régional est mis en consultation.

Le Plan directeur régional juge le patrimoine paysager, naturel et bâti du Nord vaudois «remarquable».

Le Plan directeur régional juge le patrimoine paysager, naturel et bâti du Nord vaudois «remarquable». Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce n’était pas une obligation formelle. Mais à l’initiative de l’Association pour le développement du Nord vaudois (ADNV), la région a décidé de se doter d’un plan directeur régional (PDR), qu’elle met en consultation publique jusqu’au 15 février. «Cette vision d’ensemble doit permettre de coordonner différentes thématiques à l’échelle supracommunale. Disons que grâce à ce document, on doit pouvoir développer la bonne activité au bon endroit, tout en tenant compte de la croissance attendue», résume Christine Leu, coordinatrice régionale à l’ADNV.

Point de départ, un diagnostic a été réalisé en collaboration avec de nombreux élus et différents services cantonaux. Quelque 300 personnes ont participé à l’élaboration de cette démarche définissant cinq enjeux majeurs.

Il s’agit ainsi de préserver au mieux le patrimoine paysager, naturel et bâti. Le PDR le juge «remarquable», bien que mis sous pression par la modification des pratiques agricoles, l’urbanisation ou la production d’énergies renouvelables. «Nous devons protéger la richesse de notre biodiversité et veiller à ce que nos nombreux bâtiments anciens conservent leur cachet», souligne Yves Pellaux, président du comité de pilotage. Aujourd’hui, le Nord vaudois présente une économie diversifiée, avec un ratio emploi/habitant jugé bon en moyenne. «Pour le maintenir, nous savons cependant qu’il faudra créer entre 6000 et 7200 emplois, selon la croissance attendue ces quinze prochaines années», reprend Yves Pellaux. Sans oublier de réfléchir à ce développement de zones d’activités d’un point de vue régional.

Rayon mobilité, le Nord vaudois peut s’appuyer sur un réseau dense. Même si la part des transports individuels motorisés semble pour l’heure maîtrisée, il paraît essentiel de tenter de la diminuer. Pour cela, deux axes: augmenter l’attractivité des transports publics en créant des interfaces de qualité et viser encore un renforcement de l’offre actuelle.

La question des centres urbains est plus préoccupante. Les maintenir vivants constitue un réel défi pour la région. Afin de ménager le plus possible les zones de production agricole, c’est aussi dans ces centres que l’offre en logements doit s’accroître. Et à cet égard, ce sont des petits appartements (une ou deux pièces) qui font défaut et doivent être construits pour répondre à l’évolution de la structure familiale.

Enfin, une gestion durable de l’environnement et des ressources est évidemment un objectif majeur à atteindre. «Nous devons chercher comment mieux valoriser notre bois et préserver les terres maraîchères», conclut le président.

Créé: 20.12.2018, 08h24

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.