Le policier a tiré sept fois et tué un jeune de 18 ans

Drame de l'A1Révélations du juge enquêtant sur le drame du tunnel de Sévaz: le policier a tiré sept coups de mitraillette, touchant l'auto des voleurs présumés quatre fois et tuant le passager de 18 ans. Publié le 20 avril 2010.

Le juge d'instruction fribourgeois Olivier Thormann a levé le voile sur quelques pans de l'affaire.

Le juge d'instruction fribourgeois Olivier Thormann a levé le voile sur quelques pans de l'affaire. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Dimanche aux premières heures, lors de la course-poursuite avec trois véhicules volés dans un garage à Lyss (BE), le passager d'une des trois voitures a été mortellement atteint par un coup de feu.

Tué par le tir d'un gendarme vaudois dans le tunnel de Sévaz (FR), le jeune Français avait 18 ans et non 20 comme indiqué initialement.

"Un quiproquo regrettable a induit la police fribourgeoise en erreur", a indiqué cet après-midi Olivier Thormann, le juge d'instruction fribourgeois en charge de cette affaire.

Le complice de la victime et conducteur de la voiture est un compatriote de 19 ans, aujourd'hui placé en détention. Les fuyards n’étaient pas armés.

Sept coups de feu, quatre impacts, une balle mortelle Côté police, n'étaient présents dans le tunnel que le policier auteur du tir et son coéquipier. Il se confirme qu'un seul des deux policiers qui venaient d'établir un barrage a fait feu.

L'appointé vaudois d'une trentaine d'année a "fait usage à sept reprises de sa mitraillette". Il s'agit d'une arme plus précise que l'arme de poing habituelle des policiers. Mais le gendarme n'a pas tiré en rafale, souligne le juge: l'arme était bloquée au coup simple, le tireur a donc dû appuyer sept fois sur la détente.

Aucune chance de réanimation Quatre impacts ont été relevés sur la voiture volée (un break Audi). Un tir a traversé le pare-prise. L'autopsie a indiqué qu'un seul coup de feu a atteint la victime. Le juge d'instruction Olivier Thormann l'a qualifié d'»absolument fatal. Il n'y avait aucune chance de réanimation», a-t-il expliqué.

Le policier vaudois est prévenu d'homicide, éventuellement d'homicide par négligence. Il a été auditionné dimanche soir par le juge.

Ce dernier a également procédé le même soir à une audition contradictoire du policier auteur du tir fatal et de son coéquipier, entendu quant à lui comme témoin. Il s'est en revanche strictement refusé à donner la moindre information sur ces auditions.

Aucune collusion entre les deux policiers vaudois n'ayant été possible avant ces auditions, le juge a pu à leur suite «libérer sans autre» le policier vaudois. Agé d'une trentaine d'années, au bénéfice de huit ans d'expérience, cet appointé a été mis en congé sur le plan administratif par sa hiérarchie.

Le juge a souligné avoir pu compter sur un excellent travail de la police fribourgeoise. «Elle a assumé son rôle avec professionnalisme dans une situation désagréable», puisqu'il lui fallait interroger des confrères et des collègues.

L'enquête sera longue Cette première phase de l'instruction a été qualifiée de cruciale car elle permet de sécuriser des preuves, telles par exemple les enregistrements des conversations entre voitures de police. Le juge l'a annoncé d'entrée de jeu: commence maintenant une phase longue et technique au cours de laquelle aucune information ne sera plus donnée de la part de l'Office des juges d'instruction.

Pour des raisons de collusion, le juge a en outre annoncé qu'il ne donnerait aucune information sur l'instruction concernant le vol de voiture dont il a aussi la charge.

De son côté, la famille de la victime a pris possession du corps et a décidé de mandater un avocat français - qui devra avoir un avocat-relais en Suisse. (24 heures)

Créé: 21.12.2011, 17h45

Dossiers

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.