Le policier notait «dealer de coke» dans les passeports

Yverdon-les-BainsL’agent profitait de contrôles au poste pour détériorer les documents de migrants. Il sera jugé à la semaine prochaine.

Un des migrants montre son passeport anoté par le policier, poursuivi pour suppression de titres étrangers et abus d'autorités

Un des migrants montre son passeport anoté par le policier, poursuivi pour suppression de titres étrangers et abus d'autorités Image: VANESSA CARDOSO - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Mon client regrette bien évidemment ce qu’il a fait. C’était l’expression d’un certain ras-le-bol. Dans la lutte contre le trafic de stupéfiants, il ne se sentait pas soutenu par sa hiérarchie et par les autorités locales.» Nicolas Stucki est l’avocat de l’homme que de jeunes Nigérians accusaient d’avoir écrit «dealer de coke» dans leur passeport à Yverdon-les-Bains, et cela à plusieurs reprises entre 2017 et 2018. Une affaire d’autant plus impensable que l’homme qu’ils mettaient en cause était un agent de Police Nord Vaudois au moment des faits. Il les a pourtant bien reconnus. Il doit répondre de suppression de titres étrangers et abus d’autorité.

Un témoignage accablant

Yusuf* est le migrant qui a porté plainte et qui a enclenché une enquête diligentée par la Division affaires spéciales du Ministère public central. Nous l’avions rencontré dans un parc lausannois au printemps 2018. Il était arrivé en Suisse en mars, en provenance d’Italie. C’est la seconde fois qu’il visitait le pays. Il se trouvait à Yverdon-les-Bains avec deux autres compatriotes, «pas vraiment des amis», quand ils avaient été contrôlés par des policiers municipaux vers la gare, puis conduits au poste pour y être entendus. Deux agents s’étaient partagé la tâche: le premier interrogeait les Nigérians et le second, dans une autre pièce, vérifiait les identités et leurs permis de séjour sur la base de leurs différents papiers. Yusuf était rapidement relâché, sans autre forme de procès, ainsi que ses deux compagnons.

Ce n’est que plus tard que les Nigérians avaient constaté que leurs cartes de crédit et leurs cartes d’assurance maladie italiennes avaient été rendues inutilisables. Elles comportaient des traces de profondes griffures sur les puces et sur les bandes magnétiques, probablement faites à l’aide d’un couteau ou d’un cutter. Pire: lors d’un nouveau contrôle en gare d’Yverdon, Yusuf allait s’apercevoir que la mention «dealer de coke» figurait dans son passeport. D’où sa plainte.

«Il a été suffisamment puni»

Les mêmes faits se sont déroulés à plusieurs reprises, toujours à l’occasion de contrôles dans le poste d’Yverdon-les-Bains. Les inscriptions dans les passeports ne variaient guère: «vendeur de drogue», «dealer of coke» ou encore «dealer». L’accusé confirme. Il nie toutefois avoir détérioré les cartes de crédit et les cartes sanitaires des personnes interpellées.

«La culpabilité de l’accusé est importante. Il a agi en sa qualité de fonctionnaire de police pour nuire intentionnellement à des personnes contrôlées, et abuser ainsi de la confiance mise en lui», estime le Ministère public. Ce dernier juge les explications du policier, selon lesquelles il aurait agi par frustration, «guère crédibles et pertinentes». La peine demandée est de 180 jours-amendes avec sursis pendant 2 ans, le jour-amende étant fixé à 50 francs. Le policier a fait opposition à l’ordonnance pénale, raison pour laquelle il se retrouvera devant le Tribunal de police d’Yverdon, la semaine prochaine.

Pour l’avocat du policier, la justice veut faire un exemple en réclamant la peine maximum. «Mon client a été licencié. Il a certes commis un geste maladroit, mais j’estime qu’il a été suffisamment et lourdement puni comme ça.» Rappelant que les plaintes à son encontre ont été retirées, il demande que son client soit exempté de toute peine, ou pour le moins qu’elle soit largement réduite afin de ne pas figurer sur son casier judiciaire.

*prénom d’emprunt

Créé: 02.10.2019, 16h44

Articles en relation

Qui a écrit «dealer» dans leur passeport?

Enquête Une enquête est ouverte pour savoir qui est l'auteur des inscriptions trouvées dans les papiers d’identité de jeunes Nigérians. Eux mettent en cause un policier d’Yverdon. Plus...

«Si je n’avais pas été noir, ça se serait passé différemment»

Justice Pris pour un dealer, Claudio a subi une interpellation musclée de la police de Lausanne en 2016. Sa plainte est en passe d’être classée. Plus...

Encadrement ou expulsion, les députés s’interrogent sur les jeunes migrants

Grand Conseil Le Conseil d’Etat est attendu sur les conditions de vie des mineurs non-accompagnés dans les foyers de l’EVAM. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.