Le référendum sur la place d'Armes n'aura pas lieu à Yverdon

Nord vaudoisLe comité qui s'opposait au projet de parking souterrain au cœur de la ville a échoué à récolter les signatures nécessaires à un scrutin. Ce projet de 1000 places peut aller de l'avant.

Selon le comité référendaire, les 1300 signatures obtenues sans réels moyens, dans un contexte tendu, est déjà un message adressé au monde politique yverdonnois.

Selon le comité référendaire, les 1300 signatures obtenues sans réels moyens, dans un contexte tendu, est déjà un message adressé au monde politique yverdonnois. Image: E.L.B.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Yverdonnois ne voteront pas sur le parking souterrain de la place d’Armes, projet de la législature qu’on ne présente plus. En un mois, le comité référendaire devait récolter près de 3000 signatures valables, soit 15% du corps électoral.

Le comité militant a déposé jeudi, dernier jour du délai imparti, quelque 1300 signatures. Un geste symbolique donc. «On espère que la Municipalité en tiendra compte. Avoir réuni ces signatures, créé un engouement et un débat en période de vacances et sans soutien financier ou de distribution, c’est déjà beaucoup», a lancé en substance Marie-Pascale Le Bé, ancienne enseignante au collège voisin de la place, et membre du comité référendaire. Ils demandent un débat large, notamment portant sur la circulation liée au projet («On va doubler le trafic sur la rue des Remparts»), ses coûts («seuls nos enfants verront le prix final») et le contexte («on vote l’urgence climatique et Yverdon discute sur le nombre de voitures à mettre au centre-ville»).

Côté partisans du projet, on oscille entre fierté non dissimulée, et prudence prophétique. La municipale de l’Urbanisme, la PLR Gloria Capt, se garde notamment de tout triomphalisme. «C’était une étape, mais il en reste encore d’autres dans ce dossier. On peut en déduire qu’il y a un soutien pour ce parking, sinon les gens auraient effectivement signé en masse. On peut avoir sa propre philosophie en termes de mobilité, mais on voit que plus personne ne veut de parking en surface, et surtout ici sur la place d’Armes. N’importe quoi serait mieux en l’état.»

Les désormais ex-référendaires parlent de lancer un mouvement citoyen fédérateur avec la complicité de l’ancien parti Solidarité et Écologie. Ils n’excluent ni une entrée au Conseil communal lors des prochaines élections, et encore moins une nouvelle tentative de référendum lorsque le plénum se prononcera sur le réaménagement de surface, le futur cœur d’Yverdon.

Créé: 09.05.2019, 17h16

Articles en relation

A Yverdon, les référendaires refusent de rendre les armes

Politique Dans une ambiance délétère, ceux qui ne veulent pas d’un parking souterrain n’ont plus que deux jours pour obtenir un scrutin populaire. Plus...

Le non au parking souterrain s'allie l'ex-chef de l'UDC

Yverdon-les-Bains Surprise ! L'opposition au projet de parking souterrain de la place d'Armes, issue des milieux de gauche et associatifs, est rejointe par l'ancien patron de l'UDC. Il s'inquiète pour les finances communales. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...