Les EHNV doivent continuer à soigner leurs finances

SantéLes Hôpitaux du Nord vaudois ont fortement résorbé leur déficit en 2016. Mais les comptes restent dans le rouge.

Les EHNV souhaitent renforcer les prises en charge ambulatoires. Ici le centre de chirurgie ambulatoire DaisY, inauguré en 2009.

Les EHNV souhaitent renforcer les prises en charge ambulatoires. Ici le centre de chirurgie ambulatoire DaisY, inauguré en 2009. Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est une surprise plutôt agréable pour les Etablissements hospitaliers du Nord vaudois (EHNV). Alors que le budget de l’année dernière tablait sur un déficit de près de 1,9 million, celui-ci s’élève à un peu plus de 422 000 francs. «C’est principalement dû à une forte hausse de l’activité, remarque Luis Villa, ancien directeur administratif et financier, qui a chapeauté les budgets 2016 et 2017. Mais aussi à une meilleure gestion et maîtrise des frais de personnel, qui représentent 70% des dépenses. Par exemple, au lieu de faire appel à des intérimaires externes, nous avons mis en place notre propre système de «poolistes».»

Pour autant, l’heure n’est pas à la fanfaronnade. Car les comptes présentés jeudi lors de l’assemblée générale sont pour la deuxième année consécutive dans les chiffres rouges, et l’avenir s’annonce tout aussi grenat. «La tendance se retrouve dans beaucoup d’hôpitaux en raison de tarifs à la baisse. En 2017, on a budgété un déficit dépassant les 2 millions», note Luis Villa.

Diminuer la durée moyenne des séjours

Pour réduire leurs coûts sans répercussions sur la qualité de leurs prestations, les EHNV comptent sur le projet de centralisation des soins aigus à Yverdon, dont les détails devraient être esquissés prochainement. Et sur une constante augmentation des prises en charge ambulatoires. Avec l’objectif de diminuer la durée moyenne des séjours, qui s’élève à 6,5 jours en soins aigus. «Actuellement, l’ambulatoire représente 35% de notre activité, nous visons un taux de 50% à 60%», souligne Bertrand Vuilleumier, fraîchement élu président du comité directeur des EHNV.

Le spécialiste en chirurgie orthopédique, ancien directeur médical, remplace André Perret, qui passe le flambeau après 23 ans à cette fonction. Il mise sur son expérience du terrain pour faire face aux différentes pressions financières tout en maintenant les compétences du corps médical. (24 heures)

Créé: 21.05.2017, 17h44

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Une irlandaise remet les coucous à l'heure, publié le 18 août
Plus...