Les EHNV se dotent d’une permanence pédiatrique

Yverdon-les-BainsLes jeunes patients dont le médecin traitant n’est pas disponible peuvent aller consulter dans une infrastructure mise en place à deux pas de l’hôpital.

Isaline Ferlberbaum, médecin-cheffe au Service de pédiatrie, dans les locaux mis en service cet été.

Isaline Ferlberbaum, médecin-cheffe au Service de pédiatrie, dans les locaux mis en service cet été. Image: JEAN-PAUL GUINNARD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans le milieu médical, Yverdon est confrontée à un manque depuis des années. Et il ne concerne pas que les généralistes, puisque les Établissements hospitaliers du Nord vaudois (EHNV) affirment que la région fait face à une pénurie de pédiatres installés. Conséquence de ce manque: les parents sont parfois contraints d’emmener leurs enfants aux urgences pédiatriques de l’Hôpital d’Yverdon, bien que l’état de santé de ces derniers ne nécessite pas forcément une prise en charge rapide.

L’augmentation de cas engendrée pour le service destiné aux jeunes patients a deux origines: soit les enfants n’ont pas de médecin traitant, soit ce spécialiste n’est momentanément pas disponible. Aux urgences, le temps d’attente s’allonge, dès lors que les cas potentiellement graves sont traités en priorité.

Dans un contexte où l’activité des urgences pédiatriques augmente de 5 à 10% par année, il fallait réagir. Les EHNV ont donc décidé de mettre en place, à deux pas de l’hôpital (rue d’Entremonts 19), une permanence pédiatrique ouverte cinq jours sur sept. Supervisée par les médecins cadres du service de pédiatrie, elle accueille les patients sur rendez-vous matin et après-midi (9-12h et 14h-17h30). Elle se compose d’une salle de consultation et de deux salles de soins, et a permis la création de deux postes de travail supplémentaires: un chef de clinique et une assistante médicale.

En service depuis le 10 juillet, cette permanence a déjà assuré 300 consultations. Il s’agit soit de patients des urgences dont le cas n’était pas trop grave, soit de jeunes venus pour un contrôle posthospitalisation. «Enfin, un tiers de notre activité est consacré aux enfants migrants qui passent ici ce que l’on peut appeler un examen médical d’entrée», précise Isaline Felberbaum, une des médecins-chefs du service de pédiatrie.

Les EHNV tiennent à préciser que ce service ne se substitue pas au médecin de famille.

Créé: 07.10.2019, 19h24

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...