Les voitures à l’abbatiale, c’est bientôt fini

PayerneLes véhicules seront interdits sur la place du Marché et 63 places de parc vont disparaître. Des compensations sont prévues.

Sur la place du Marché de Payerne, les voitures pourraient être rem placées dès 2019 par des piétons, des arbres et des parasols.

Sur la place du Marché de Payerne, les voitures pourraient être rem placées dès 2019 par des piétons, des arbres et des parasols. Image: Commune de Payerne

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Rendre les environs de l’abbatiale aux piétons, ce projet répond au souhait des Payernois. Lors d’une récente enquête, 70% des sondés ont indiqué qu’ils voulaient que les voitures soient bannies de la place du Marché. Ils pourraient voir leur souhait se réaliser. C’est en tout cas ce qui ressort des Assises du commerce, réunissant la Municipalité et la Société industrielle et commerciale (SIC), dont les premiers résultats ont été présentés jeudi soir.

La place devrait être pavée, des arbres plantés et du mobilier facilement modulable installé. Les coûts se montent à 2,5 millions de francs, et la mise à l’enquête devrait être effectuée ces prochaines semaines. Municipal de l’Urbanisme, André Bersier a un souhait: «Que les travaux soient terminés en mai 2019, en même temps que la réouverture de l’abbatiale et son nouveau parcours de visite, qui pourrait attirer 30 000 personnes par année.»

Mais le retrait des 63 places de parc des alentours de l’abbatiale irrite une partie des commerçants. A l’image de la responsable d’une pharmacie: «Chaque année, près de 90'000 clients parquent facilement près de nos commerces, et c’est très important pour nous. Je vais me battre pour garder ces places de parc.»

«Payerne dispose aujourd’hui de 1100 places au centre-ville. C’est beaucoup!»

Christelle Luisier Brodard, syndique de Payerne, lui a répondu avec calme et conviction, en s’appuyant également sur des chiffres: «Payerne, qui offre 1 h 30 de stationnement, dispose aujourd’hui de 1100 places au centre-ville. C’est beaucoup. Aigle et Epalinges, qui comptent le même nombre d’habitants que nous, n’en dénombrent que 300 à 400. Nous allons en garder près du restaurant La Scala, en ajouter dix à la rue du Temple, qui sera à sens unique, et on comptera quarante places supplémentaires dans un parking souterrain en construction près de l’église catholique, à 2 minutes à pied du centre. Nous devons trouver des équilibres et satisfaire tout le monde.»

«Une place de parc représente un chiffre d’affaires annuel de 150 000 francs.» Tel est le constat de Noé Zanotta, président de la Société industrielle et commerciale. «Mais il ne faut pas se lamenter. Gardez votre feu d’entrepreneur et soyez souriants avec les clients», a lancé avec énergie celui qui possède deux boutiques de mode à Payerne et à Avenches.

Plusieurs projets pourraient voir le jour sur l’espace libéré des voitures, comme la construction d’une patinoire en hiver ou la mise sur pied d’un marché hebdomadaire. L’objectif d’André Bersier? «Rendre cette place attractive, et tout le monde y sera gagnant.» (24 heures)

Créé: 03.06.2017, 13h02

Une première ligne de bus pour Payerne

Le trajet définitif de la première ligne de bus de la ville, d’une longueur de 7 kilomètres, a également été dévoilé jeudi soir.

Doté de 40 places, le bus partira du nouveau quartier de la Coulaz (du côté de Fétigny), passera par l’église catholique puis la gare, avant de remonter jusqu’à l’hôpital. Le retour passera également par la gare mais empruntera ensuite la Grand’Rue puis la rue de Guillermaux.

Une cadence à la demi-heure sera assurée en semaine, de 6 h du matin jusque vers 19 h. Les arrêts (treize au total) se feront sur la chaussée pour éviter de devoir supprimer d’autres places de parc. «L’objectif est d’amener au centre-ville les gens qui habitent en périphérie afin qu’ils fassent leurs achats sur place et non à l’extérieur de la commune», a déclaré Christelle Luisier Brodard.

Cette première ligne urbaine, qui fonctionnera le samedi mais pas le dimanche, sera mise sur pied dès décembre 2017, en même temps que l’introduction des nouveaux horaires de trains.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

«Les agriculteurs sous pression et les vaches orphelines», paru le 26 mai 2018
(Image: Valott) Plus...