Pas de quinoa made in Moudon cette année

BroyeLa première tentative d’IP Suisse de faire pousser du quinoa dans la Broye n’a pas été concluante. Trop humide, la récolte a dû être jetée.

Michel Richardet ne se laisse pas abattre. «J'ai appris de mes erreurs. Je m'y prendrai différemment l'an prochain.»

Michel Richardet ne se laisse pas abattre. «J'ai appris de mes erreurs. Je m'y prendrai différemment l'an prochain.»

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Tout a fini au fumier, déplore Michel Richardet. Je n’ai même pas osé le donner en pâture aux poules ou aux bovins, de peur qu’ils ne tombent malades.» Il y a deux semaines, à l’heure de moissonner son quinoa 100% suisse, l’agriculteur moudonnois a dû se résoudre à tout jeter. «La récolte était gorgée d’eau. On a tout essayé pour tenter de la sauver. On l’a emmenée au centre collecteur de Moudon pour essayer de la sécher, mais ça n’a rien donné», continue-t-il.

C’est en mai dernier que Michel Richardet, avec l’appui de l’Association agricole IP-Suisse, décide de se lancer «un peu à l’aveugle» dans l’aventure du quinoa. Sur un demi-hectare, il sème cette pseudo-céréale aux vertus nutritionnelles multiples, cultivée d’ordinaire sur les hauts plateaux des Andes. Sans prêter attention, il mélange quinoa rouge et quinoa blanc. «C’était une erreur, confie-t-il. Les deux variétés n’ont pas la même période de maturité.» A cela s’ajoutent un désherbage compliqué et un été particulièrement sec.

De là à baisser les bras? «Non, assure l’agriculteur. J’ai appris de mes erreurs. L’an prochain, je m’y prendrai différemment.» Cette semaine, ce dernier se rendait d’ailleurs en France, près d’Angers, pour rencontrer des cultivateurs. «On va tenter de glaner quelques techniques et voir ce que l’on peut améliorer», indique-t-il. Du côté d’IP-Suisse, qui chapeaute le projet, on continue également à croire que le quinoa est une culture qui peut s’adapter à nos latitudes. «Ce n’est pas du tout un échec. C’était une première expérience de laquelle on a appris beaucoup de choses pour l’an prochain», confirme Jacques Demierre, responsable de l’antenne romande de l’association. (24 heures)

Créé: 19.10.2015, 16h42

Trop humide le quinoa a été jeté. (Image: Vanessa Cardoso)

Articles en relation

Plante exotique, le quinoa se hasarde dans la Broye

Culture Exporté des Andes, le «riz des Incas» pourrait bientôt coloniser nos champs. Un Broyard tente de le cultiver sur les hauts de Moudon. Plus...

Des bocaux qui mènent la vie dure aux intolérances

Vevey N & Co, espace gourmand situé à Vevey, propose des repas en bocaux sains, végétariens, sans gluten et sans produits laitiers. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

La drague au parlement fédéral (paru le 16 décembre 2017)
(Image: Valott) Plus...