Quatre Vaudois en gris-vert vont faire vibrer les arènes

AvenchesSous la baguette de Stéphane Terrin, la fanfare de l’école de recrues et ses trois musiciens vaudois se produiront lors du Tattoo.

Directeur de la fanfare de l’école de recrues 16-2/2019 d’Aarau, le Broyard Stéphane Terrin a 80 hommes sous sa baguette, dont les Vaudois Ludovic Dupraz, Michael Girod et Guillaume Masnari.

Directeur de la fanfare de l’école de recrues 16-2/2019 d’Aarau, le Broyard Stéphane Terrin a 80 hommes sous sa baguette, dont les Vaudois Ludovic Dupraz, Michael Girod et Guillaume Masnari. Image: JEAN-PAUL GUINNARD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Jouer des morceaux par cœur durant un tableau d’une dizaine de minutes, tout en se rappelant des déplacements prévus pour la chorégraphie. Directeur de la fanfare de l’école de recrues d’Aarau, Stéphane Terrin n’en fait pas mystère: la participation de son ensemble au Tattoo d’Avenches est le projet phare de leur formation. De jeudi à samedi, les militaires se produiront lors des quatre représentations du festival (lire encadré).

Les 80 musiciens ont consacré quatre semaines à l’apprentissage des pièces. Ils se sont concentrés sur la mise en place du show dès leur 5e semaine de formation. Sous la baguette du capitaine ayant grandi à Corcelles-près-Payerne, on retrouve notamment Guillaume Masnari (21 ans), percussionniste d’Aigle, Ludovic Dupraz (22), joueur de cornet de Carrouge, et Michael Girod (21), spécialiste de l’euphonium de Gland.

Alors qu’ils commencent leur 11e semaine de formation sur 18, les voici enfin confrontés à du concret, ce mardi matin, dans les arènes. «J’ai déjà effectué divers tests de son, lundi après-midi avec la percussion et les onze tambours, et la résonance est assez impressionnante», glisse Guillaume.

Un «piège»

Lors des répétitions prévues jusqu’à la première de jeudi soir, les 80 instrumentistes devront apprendre à composer avec le «piège» des arènes d’Avenches, réputé dans le milieu des festivals de musique militaire: «On verra une fois dedans, mais il paraît que c’est compliqué de s’aligner car c’est ovale et très grand», souffle Michael.

Chaque année, la forme ovoïde de l’amphithéâtre romain pose bien des soucis d’alignement aux formations professionnelles qui s’y produisent. Autant dire qu’il en va de même pour les amateurs de l’école de recrues, même si deux ficelles tendues au centre de l’arène permettent désormais de mieux se disposer. «Malgré ces difficultés, cela s’annonce comme une expérience extraordinaire et plutôt rare pour des recrues», ajoute Ludovic.

Tous musiciens au civil, les trois jeunes Vaudois, stationnés pour l’occasion à Müntschemier, dans le Seeland bernois, ont réussi un examen musical en parallèle au recrutement pour pouvoir troquer l’arme contre un instrument. «L’époque des quotas cantonaux de musiciens est désormais révolue et tous ceux qui remplissent les critères de sélection sont retenus», présente leur chef, qui a suivi la même filière. Après son école de recrues en 2005, il est resté milicien jusqu’au grade de premier-lieutenant. Parallèlement, il a pris la direction des fanfares de Porsel, puis Promasens/Rue.

Ancien pigiste de «24 heures» notamment, il se serait bien vu journaliste. Mais une rencontre avec le commandant de la musique militaire en 2013 remet tout en question. «Il m’a dit que deux places de l’encadrement professionnel se libéraient et que ce serait bien d’y intégrer un Romand», se souvient celui qui joue toujours de l’alto dans la fanfare de Châtonnaye, lui qui vit désormais à Torny-le-Petit. Engagé comme contractuel, il suivra l’académie militaire de 2016 à 2018 pour devenir officier de carrière.

Ayant déjà participé une fois au Tattoo d’Avenches dans l’encadrement d’un ensemble, mais sans descendre dans les arènes, il en ressent désormais la pression. «J’ai dû voir quasi toutes les éditions, mais quand j’étais dans le public, jamais je n’aurais pu imaginer que je serais dans la fosse un jour», poursuit Stéphane Terrin.

À domicile, il jouera devant ses amis et sa famille, cette fin de semaine. Et espère que son programme plaira au public. Selon la tradition militaire, son école de recrues pénétrera dans les lieux sur une marche. Mais Stéphane souhaite aussi présenter le dynamisme de la jeunesse et le répertoire suisse. «Il y aura notamment un clin d’œil appuyé à l’abbé Bovet», conclut dans un sourire le directeur de 33 ans.

Créé: 04.09.2019, 08h16

Avenches à l'heure écossaise

Écosse Le prestigieux Tattoo d’Edimbourg et l’Écosse entière sont à l’honneur de cette 15e édition d’Avenches Tattoo, du 5 au 7 septembre. Un repas «Fish & Chips» est ainsi prévu samedi à midi et une dégustation de whiskies est organisée au caveau de l’Hôtel de Ville, sans compter la présence d’un Massed Pipes and Drums avec ses cornemuses.

Programme Quatre représentations sont prévues sur trois jours avec huit formations internationales, soit 500 musiciens dans les arènes. Icônes des tattoos dans le monde, les tambours bâlois du Top Secret Drum Corps et la chorégraphie caribéenne du Trinidad & Tobago Defence Force Steel Orchestra seront de la partie. À relever aussi, la présence du Band of the Coldstream Guards de la garde royale britannique ou la Musique Royale de la Marine Belge. Il reste des billets sous www.avenchestattoo.ch.

Off Plusieurs activités gratuites se dérouleront en dehors des arènes, dont des concerts de folk écossais et la grande parade de samedi (14h30) avec la Landwehr de Fribourg ou la Fanfare de la police cantonale bernoise.

On Tour Divers concerts décentralisés sont prévus les 6 et 7 septembre à Fribourg, Berne, Estavayer-le-Lac, Moudon ou Morat.

Articles en relation

Whisky Time au festival Tattoo d’Avenches

Manifestation La 15e édition du rendez-vous de musique militaire prendra des airs écossais, du 5 au 7 septembre. Plus...

Les arènes prendront l’accent vaudois le temps d’un tableau

Avenches Tattoo Le spectacle vaudois «Y en a point comme nous» sera joué ce week-end dans les arènes. Reportage lors d’une répétition. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.