Un OVNY végan veut parcourir les routes pour servir des plats bio

Yverdon-les-BainsUne association veut combler un vide dans l’offre des food trucks de la région en créant un restaurant itinérant sans produits d’origine animale.

Jim Wüst (à dr.) et Benjamin Fernandez de l'association Ovnyvore, remettent un état une roulotte pour en faire un foodtruck vegan.

Jim Wüst (à dr.) et Benjamin Fernandez de l'association Ovnyvore, remettent un état une roulotte pour en faire un foodtruck vegan. Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les badauds affamés de la région d’Yverdon trouvent presque autant de food trucks à portée de fourchette qu’il existe de styles de nourriture. «Sauf un proposant des plats végétaliens, soit sans produits d’origine animale», assurent en chœur Benjamin Fernandez, président de l’Organisme pour un vent nouveau à Yverdon-les-Bains (OVNY), et Jim Wüst, membre de l’association.

Pour combler l’absence d’un restaurant itinérant végan, les deux amis ont cofondé l’OVNY avec trois autres proches. Tous viennent de la région. «Nous avions commencé à réfléchir à notre association depuis un an, mais le temps nous manquait pour nous y consacrer», explique Benjamin Fernandez. Et pour cause. Les deux associés étaient bien occupés sur le plan professionnel. Âgé de 29 ans, le président de l’OVNY est, lui, géographe de formation et travaillait pour un bureau réputé de Suisse romande. De son côté, Jim Wüst, 26 ans, roulait sa bosse chez Solar Impulse et devait encore accomplir son service civil.

Une ancienne friterie

Une fois libérés de leurs différentes obligations au printemps de cette année – Benjamin Fernandez a quitté son poste et est aujourd’hui livreur à vélo pour se dégager du temps –, les comparses ont mis la main à la pâte et ont commencé à concrétiser leur food truck végétalien baptisé l’Ovnyvore. «Nous avons acheté une roulotte d’occasion. C’est une ancienne friterie, détaille Jim Wütz. Mais son apparence ne nous convenait pas: tout était en inox et cela faisait un peu penser à une boucherie.»

Pour accorder le look de son futur gagne-pain motorisé à ses valeurs, l’association s’est lancée dans des travaux conséquents. «A cause de son ancienne utilisation, notre friterie était remplie de graisse qu’il a fallu nettoyer, dit en riant Benjamin Fernandez. Mais cela n’était que la première étape: les peintures, le buffet, les ouvertures pour les clients ou encore le gaz et l’eau: tout reste à bricoler!»

Financement participatif

Ces rénovations ont un coût. L’association a lancé un financement participatif sur la plateforme de crowdfunding Wemakeit afin de réunir les 30'000 francs nécessaires au décollage. «Nous venons de dépasser les 10'000 francs, ce qui est encourageant», indique Benjamin Fernandez. Pour trouver la somme manquante, les associés se démènent pour faire connaître leur concept: «Nous avons, notamment, participé au festival yverdonnois AlternatYve à la mi-septembre. Sur place, nous avons eu beaucoup de retours positifs et des visiteurs nous ont donné pas mal d’astuces culinaires.»

L’équipe cuisine ses propres sandwichs frais à base des différents légumes bio de la région et essaie de proposer un menu principal en plus. «Comme nous utilisons que des produits de saison, le menu changera régulièrement, promet Jim Wütz. Aubergine, petits pois, courgette, champignon, oignons, chou… Tout aura sa place dans notre cuisine.»

(24 heures)

Créé: 27.09.2017, 07h54

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.