Un bunker top secret ouvre au public

PremierRare exemplaire de bunker construit avec une tourelle de char Centurion, une casemate qui visait en secret l'autoroute A9b depuis 1995 sera ouverte samedi au public pour la 30e saison du Fort de Vallorbe.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Vous n’en avez certainement jamais entendu parler, et c’est normal. Dans un recoin de la forêt de Bretonnières et Premier, un témoin des dernières années de la guerre froide va être sorti de son sommeil ce week-end. Non pas par une guerre qu’il a attendue en vain, mais par une ouverture au public organisée par les mordus du fort de Vallorbe, qui célèbrent leur 30e saison. «Les gens ne se doutent pas de tout ce qu’il y a sous nos pieds. Personne ne l’avait encore vu, sourit le président de l’association et ancien commandant de compagnie, Jean-Michel Charlet. Même le gars qui a coulé les murs ne savait rien et ne devait rien dire.»

Derrière les épais murs justement, tout est paré. Des lignes téléphoniques «à n’utiliser qu’en cas de mobilisation». Les fameux bougeoirs pliables, des couchettes pour trois hommes, les jerricans, des outils parfaitement alignés et huilés. Le panneau électrique, où des loirs ont eu la mauvaise idée de s’enfiler, a été révisé il y a peu. Manque juste les munitions destinées à la tourelle de char et son canon de 10,5 qu’on promène d’un coup de manivelle sur Lignerolle et l’A9b. Il y a même le bouton rouge de mise à feu, heureusement jamais enclenché. À peine humide. L’odeur du propre. Comme si tout avait été laissé là hier par la troupe. Ce qui est en réalité pas loin d’être le cas. La notice d’utilisation, en allemand, porte la date de «tusig nünhundert füfenüntzg»: 1995.

Tout juste déclassé

«Après la guerre, les bunkers ont été entretenus pendant des années. Mais c’est dans les années 1970-1980 qu’on réfléchit à l’avenir», développe Maurice Lovisa, architecte et historien chargé de l’inventaire des fortifications des ouvrages pour le compte de la grande muette. «On va alors passer à de multiples petites installations destinées à bloquer des axes de passage. Il y en a eu plusieurs types, dont certains ne sont toujours pas déclassifiés.» Au contraire du Centi de Premier. Conçu avec une tourelle de char Centurion, son calibre encore graissé, une caméra thermique et une dizaine d’hommes entraînés, le bunker devait durer encore des années et empêcher en un instant les chars soviétiques de passer. Quelque 120 casemates allaient être réalisées, mais une vingtaine seulement a finalement été dissimulée aux quatre coins du pays avant que le programme ne soit abandonné. C’est l’ultime génération des bunkers suisses. «Un exemple à conserver, poursuit l’historien. Il n’a peut-être jamais servi, mais c’est un témoignage de comment la défense du territoire a été pensée à la toute fin du XXe siècle. Il faut l’expliquer.»

La survie de l’édifice n’est pas assurée. «On a dû négocier pendant huit ans avec Armasuisse pour pouvoir l’ouvrir, reprend Jean-Michel Charlet, appuyé sur le râtelier des Fass 90, mais on l’a seulement en prêt. Espérons qu’on pourra le garder et qu’il ne sera pas muré ou détruit comme d’autres fortifications. C’est notre patrimoine!» Pour les mordus du fort de Vallorbe, qui entretiennent pieusement une vingtaine de positions dans la région, c’est l’occasion de montrer l’évolution de la défense et de faire parler le béton. «Ça a été bien pensé», témoigne Daniel Bischoff, dont la voix résonne dans l’étroite tourelle de métal. Mordu délégué à la surveillance de l’ouvrage, ses yeux détaillent chaque soudure. «Ici, les douilles pouvaient s’évacuer et glisser en bas. Là, vous pouvez injecter de la graisse directement. Ici, vous réglez la hauteur du tir. L’énergie dégagée était de 50 tonnes… C’est impressionnant, un complément à l’histoire. Certains peuvent se demander à quoi ça a servi, ou où sont partis leurs impôts. Pour moi, c’est un tout. On doit raconter ce qu’ont vécu nos parents ou nos grands-parents.»


30 ans d’ouverture au public du fort Pré-Giroud, le samedi 19 mai. Visites guidées de 10 à 15 h. Expo 1918 à Vallorbe. Ouverture rarissime des ouvrages de Premier, Lignerolle et Ballaigues. Détails sur www.yverdonlesbainsregion.ch (24 heures)

Créé: 13.05.2018, 19h23

En détail

L'ouverture ce samedi

Seule journée d'ouverture prévue pour l'heure, le bunker de Premier sera accessible ce samedi de 10h à 15h avec visites guidées par les membres du Fort de Vallorbe qui fête sa 30e saison.

Expo sur le thème du centenaire de 1918 au Fort de Vallorbe. Ouverture rarissime des ouvrages de Premier, Lignerolle et Ballaigues. Balisage sur place. Détails sur www.yverdonlesbainsregion.ch

Articles en relation

Le fort Pré-Giroud ouvre ses portes

Vallorbe Le fameux fortin de 1939-1945, camouflé dans le massif du Jura, ouvre sa saison ce week-end. Les passionnés veulent dynamiser leur site, et offrent la soupe aux pois aux mamans à l'occasion de la Fête des Mères. Plus...

Un week-end pour revivre la Mob de 1940

Immersion L'association «Mob Romande» ouvre ce week-end les portes des anciens fortins de Lignerolle et de Ballaigues. Le public est invité à découvrir le quotidien de la dernière guerre, notamment dans les Gardes locales. Plus...

Un gendarme vaudois exhume le récit de la guerre à la frontière

Vallée de Joux L'adjudant Alexandre Cornu, de la police cantonale, publie un véritable cold case des années sombres 1939-1945, entre Vallée et France voisine. Plus...

Plongée dans Pré-Giroud, vestige enterré de la guerre

Vallorbe Actuellement, c’est l’un des endroits les plus frais du canton: à peine 8?degrés. Ce?fort de la Seconde Guerre mondiale s’enfonce 30?mètres sous terre. Visite. Plus...

Le jour où la montagne explosa

1946 - Histoire d'ici Des dépôts de munitions partent en fumée et détruisent le fort de Dailly, au-dessus de Saint-Maurice, faisant dix morts. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

«Les agriculteurs sous pression et les vaches orphelines», paru le 26 mai 2018
(Image: Valott) Plus...