Un siècle de bonnes œuvres passent aux archives d'Yverdon

PatrimoineL'histoire de l'Association du Bâtiment de l'Etoile, fief des bonnes œuvres de la Croix-Bleue locale et de la société protestante d'alors, passent aux archives d'Yverdon. Un trésor pour l'histoire de la région.

La fanfare de la Croix-Bleue d'Yverdon, ici immortalisée autour de 1907, était l'une des utilisatrices du pieux bâtiment de l'Etoile, siège des bonnes œuvres chrétiennes de la ville et de la région.

La fanfare de la Croix-Bleue d'Yverdon, ici immortalisée autour de 1907, était l'une des utilisatrices du pieux bâtiment de l'Etoile, siège des bonnes œuvres chrétiennes de la ville et de la région. Image: Philippe Quartier (coll.)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour le commun des mortels, ce sont de simples archives. Des liasses de documents jaunis, parfois écornés, qui empilent des procès-verbaux de séances, des correspondances ordinaires et des factures du quotidien. Mais pour Philippe Quartier, ce sont de véritables trésors: «Là il y a la signature de mon grand-père. Là sur cette photo, c’est mon père.»

Les classeurs fédéraux de l’association du Bâtiment de l’Étoile, solennellement remis jeudi aux Archives de la Ville d’Yverdon, c’est un peu aussi celles de cette infatigable figure de la Croix-Bleue et de la vie paroissiale de la région, dont l’historique familial se conjugue avec celui de ces institutions de bienfaisance. Elles ont marqué la vie collective yverdonnoise durant un siècle, et seront disponibles pour études.

Retour au début du siècle. La section locale de la Croix-Bleue, qui s’évertue à lutter contre l’alcoolisme dans le tissu ouvrier du Nord vaudois, ainsi que l’Union chrétienne des jeunes gens et celle des jeunes filles, deux mouvements issus du Réveil protestant, se regroupent pour acquérir un bâtiment commun. La famille Tschumy met à disposition son hangar et écurie de la rue du Fourg, sur laquelle sera édifié le pieux édifice en 1922. Il servira de «café chocolat», autrement dit d’estaminet sans alcool, et surtout de base pour toutes les bonnes œuvres du siècle à venir. Le cœur d’un mouvement mêlant œcuménisme, œuvre sociale ou évangélisatrice.

Réunions fréquentes

Entre les lignes, les archives témoignent de toute une société qui se retrouvait là, et plutôt souvent. Un planning du début du siècle répertorie au moins quatre réunions par jour entre les cadettes et les aînées, la section espoir, les lectures bibliques, les cours de couture, les réunions de prières, l’orchestre évidemment, les abstinents, l’amicale des sourds… «Il serait intéressant d’étudier les noms et les familles qui faisaient vivre ces institutions, puis de croiser les informations et voir si les milieux – ceux de la fanfare ouvrière, ceux des autres sociétés – se mariaient entre eux ou au contraire restaient bien séparées», imagine Catherine Guanzini, archiviste de la Ville.

Entre les très soignées invitations aux kermesses (ce qui permettait de lever des fonds), les rapports des visiteurs aux abstinents et des lettres de dons, quelques notes révélatrices du climat religieux d’alors: l’assemblée extraordinaire du 17 juin 1927 décide de ne plus louer ses salles aux mouvances qu’elle désapprouve, comme les pentecôtistes, les scientistes, les Étudiants de la Bible et l’Ange de l’Éternel. Quelques bribes sur le poids de la morale et du rôle des femmes aussi. «La section des jeunes filles était représentée au comité par un homme», souligne Philippe Quartier.

Tout n’a pas toujours été simple. On lit que le comité manque parfois de bras. Que la première guerre a été très difficile pour le mouvement. Dans les années 40, la correspondance illustre la difficulté de monter des fêtes et des ventes avec le rationnement. On recherche des coupons de tissus pour les cours de couture. Et au programme de Noël de l’Étoile de 1945, les Compagnons de Joyeuse Foy donnent le ton: «Il ne fera pas toujours sombre» croise «Noël sceptique», la «Prière du déporté» et un allegro de Mozart.

«Le travail social et les sociétés se sont adaptés à leur temps, estime Philippe Quartier, feuilletant un classeur de calques carbones. Il a fallu recréer une société après 14-18 par exemple. Et après les années 60-70, on voit diminuer les lectures bibliques au profit d’autres événements ou œuvres. Les locations de salles ont été de plus en plus ouvertes.» Et de poursuivre: «Ce qui est drôle c’est de voir que les concerts en plein centre-ville posaient moins de problèmes à l’époque.»

Le Bâtiment de l’Étoile, construit pour moins de 90'000 francs au début du siècle dernier, attend désormais d’importants travaux devisés à 475'000 francs. L’association espère y arriver pour son centenaire. (24 heures)

Créé: 25.05.2019, 08h03

(Image: Archives de la Ville d'Yverdon)

Articles en relation

Plus de deux siècles d’infos locales se dévoilent

Presse La BCU a mis en ligne sur la plateforme Scriptorium les archives de neuf journaux du Nord vaudois. Plus...

Au service des personnes dépendantes à l’alcool

Lully Secrétaire général de la Croix-Bleue romande, Jérôme Livet chapeaute une organisation qui lutte contre certains tabous. Plus...

L’archivage, une passion au service des communes

Patrimoine Fondée il y a dix ans par un Nyonnais, la société Pro Archives classe le patrimoine de 70 communes vaudoises. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.