Une cotte de mailles gauloise analysée au scanner

ArchéologieUne rare découverte faite au Mormont a été étudiée au scanner et reconstruite en 3D. Une avancée majeure pour la recherche, exposée ce week-end à Lausanne.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On n’a pas encore très bien compris ce qui s’est passé un beau jour de 100 av. J.-C., au sommet du Mormont, quand un Gaulois dépose au fond d’une des 250 fosses de ce site sacré une série d’objets en fer et en bronze, ainsi qu’un pan de cotte de mailles. Mais on s’en approche. Il aura fallu plus d’un an aux scientifiques, archéologues associés à des ingénieurs de l’EPFL pour percer un petit bout du mystère, et surtout pour écrire une page de l’histoire de la recherche. Le tout sera exposé lors des 4es Journées vaudoises d’archéologie qui débutent ce vendredi.

Reprenons. En 2012, sur le site d’Éclépens, un dense amas de rouille attire l’attention des fouilleurs. «Dès le début, on a pressenti qu’il s’agissait de quelque chose d’important. On avait repéré la cotte de mailles, une invention gauloise, pensant qu’elle avait peut-être servi à envelopper une offrande», explique Lionel Pernet, directeur du Musée cantonal d’archéologie et d’histoire, en charge du laboratoire de restauration.

«Tout était entremêlé, on risquait de devoir détruire une partie pour savoir ce qu’il y avait au centre. Alors on a d’abord fait un scanner, au CHUV.» Sans réellement avancer. C’est là qu’intervient la plateforme PIXE de l’EPFL, que deux archéologues découvrent par hasard. Des installations de microtomographie à rayons X de précision nanométrique. Un scanner amélioré en quelque sorte, d’ordinaire utilisé pour analyser des structures de génie civil (l’intérieur de bétons par exemple) sans les ouvrir. «Il a fallu paramétrer le logiciel, accumuler plus de 1600 images, et ensuite passer des heures à analyser les résultats», sourit Gary Perrenoud, technicien au laboratoire. En cherchant à isoler numériquement dans cet amas de ferraille les objets par densité (de rouille par exemple), quelque 160 éléments ont ainsi été découverts. Un petit trésor endormi depuis deux millénaires. Plusieurs objets qu’il aurait été impossible d’extraire à la main ont ensuite été reconstruits grâce à une imprimante 3D.

Verdict? «Difficile de savoir s’il s’agit d’une offrande, estime Matthieu Demierre, archéologue spécialiste du petit mobilier métallique chez Archeodunum. On est dans des fosses annexes au centre du site. Quelqu’un a rassemblé des fibules, des éléments de parures et des éléments de chaudrons. Une collecte en vue de servir plus tard peut-être, tout en restant dans la zone sacrée.»

Plus important, cette opération pilote confirme le potentiel des radiographies sur des objets complexes. «On peut imaginer examiner des urnes funéraires ou l’intérieur d’objets en bois, comme la statue en bois d’Yverdon, poursuit Matthieu Demierre. On pourrait ainsi la dater. Globalement, ces outils vont nous servir à optimiser les stratégies de fouilles.» Reste à établir des protocoles.

Les Journées vaudoises d’archéologie, thématisées cette année sur les chasseurs-cueilleurs, présenteront en outre les découvertes issues d’une année «normalement très chargée» sur le front des fouilles. Citons les objets médiévaux fraîchement restaurés des sites de l’extension du Musée du Jeux de La Tour-de-Peilz, des jardins de Montpelier de Payerne, et surtout d’Orbe. Sous le futur quartier de Gruvatiez, les archéologues ont mis au jour un impressionnant cimetière du VIe-XIIe siècle de notre ère, comportant au milieu une vénérable tombe du campaniforme (2100 à 2000 av. J.-C.). Une autre énigme.


Lausanne, Palais de Rumine
Présentation de l’actualité de la recherche (ve 13 h-18 h), animations et visites guidées (sa et di) au Palais de Rumine.
www.j-v-a.ch

(24 heures)

Créé: 24.04.2019, 19h54

Articles en relation

Un bras de fer programmé à la carrière du Mormont

Eclépens Le canton relance le projet d'extension du site sans en changer une virgule. Un recours est assuré. Plus...

Le véritable casque des Gaulois dévoilé aux Vaudois

Patrimoine Trouvé au Mormont, l’objet peut changer l’image de la guerre des Gaules. A voir à Lausanne du 28 au 30 avril. Plus...

La carrière d’Eclépens dévoile ses mystères

Portes ouvertes Haut-lieu naturel et patrimonial, le site du Mormont sera exceptionnellement ouvert au public sur une demi-journée. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.