Une mosaïque rarissime découverte à Avenches

ArchéologieMise au jour lors de travaux, une mosaïque unique en son genre permet de mieux comprendre les faubourgs de l’antique capitale des Helvètes.

Large de 2,25 mètres, cette mosaïque a été découverte lors d'habituelles fouilles de surveillances sous la route cantonale.

Large de 2,25 mètres, cette mosaïque a été découverte lors d'habituelles fouilles de surveillances sous la route cantonale. Image: Crédit : L. Francey/O. Heubi, Site et Musée romains d’Avenches

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Comment on se sent quand on découvre une mosaïque? Disons qu’on s’est regardé avec mon collègue et qu’il y a eu un grand silence. Ça n’arrive qu’une fois dans une carrière.» Avenches, mardi dernier en début d’après-midi, les fouilleurs Olivier Heubi, Laurent Francey et Aurelie Schenk ont mis au jour un vestige qualifié «d’exceptionnel» par les archéologues. Dans une banale et étroite fouille préventive, qui vise à s’assurer que des canalisations modernes prévues sous la route cantonale ne fassent pas de dégâts dans l’antique capitale des Helvètes, sont apparues une, puis deux tesselles, puis une mosaïque de couleurs vives et presque intactes de 2,25 m de long. C’est déjà rare. Le sol suisse ne livrant qu’une mosaïque antique tous les 8 à 10 ans.

Marbre méditerranéen

Ce qui est rarissime voire unique, c’est la mosaïque en soi. «En 20 ans de carrière, je n’ai jamais rien vu de comparable», souligne Sophie Delbarre-Bärtschi, archéologue à Avenches et, ce qui tombe bien, spécialiste suisse des mosaïques. «L’étude est encore à mener, mais pour l’instant je ne vois rien de comparable. C’est un mélange inédit de techniques: un carré central classique (ndlr : deux oiseaux penchés sur un canthare, un vase à vin), très fin, mais entouré de décors en opus sectile (appareil découpé). On y a inséré des morceaux de marbres issus des meilleures carrières du pourtour méditerranéen. Du jamais-vu en Suisse. Normalement, les artisans se fournissaient avec des matières locales.» Les archéologues cherchent encore à expliquer cet unicum typologique. Et aussi pourquoi une mosaïque, sol déjà réservé aux riches Romains, a été rehaussée de marbres, quelque chose d’encore plus riche. «Ça nous dit quelque chose du luxe et de l’importance de la commande», souligne la spécialiste.

La datation est encore inconnue. L’œuvre pourrait être postérieure au tournant des IIe et IIIe siècles, l’âge d’or des mosaïques d’Avenches. De quoi disserter longuement sur sa signification dans ce quasi-no man’s land archéologique: jusqu’ici, ce secteur de la ville antique n’avait pas été fouillé.

Cette découverte permet de mieux cerner l’organisation et le quotidien des quartiers périphériques de la cité antique. La multitude de chantiers modernes et leurs fouilles consécutives ouvrent des fenêtres sur des entrées ouest et est de l’agglomération qui semblent loin d’être des périphéries défavorisées. «Là, cette mosaïque devait se trouver dans une pièce de réception, une maison qui donnait sur la rue, illustre Pierre Blanc, responsable des fouilles. On voit globalement que ce sont des maisons de qualité.» Situés près des axes de circulation principaux, et pour l’ouest de la ville, près des plus grands temples, ces quartiers donnent de plus en plus le visage de secteurs cossus et privilégiés.

Bourg tardif

La poursuite des fouilles dans ce secteur, où la station-service attend par exemple une nouvelle citerne souterraine cet automne, pourrait permettre également d’éclairer une page peu documentée de l’histoire d’Avenches. Durant l’Antiquité tardive, c’est en effet dans ce quartier que devait se situer le bourg de l’ancienne capitale romaine. «Un peu plus au nord se trouve le lieu-dit Saint-Étienne, où plusieurs tombes avaient été découvertes, ajoute Pierre Blanc. Au sud et à quelques mètres de la mosaïque, l’église Saint-Martin sous le cimetière actuel.» Quelques indices d’une ville des Ve et VIe siècles, période où la riche mosaïque avait déjà été oubliée sous plusieurs constructions postérieures.

Une fois lavée et consolidée, la précieuse mosaïque sera prélevée en un bloc et prendra le chemin des laboratoires d’Avenches. Les archéologues n’excluent pas de la montrer au public une fois les études abouties. (24 heures)

Créé: 05.09.2018, 21h18

Articles en relation

Avenches veut cautionner les fouilles du pôle de santé

Patrimoine En cas d’accord du Conseil communal, la cité cautionnera les fouilles archéologiques liées à la construction d’un centre médical privé. Plus...

Avenches souhaite une nouvelle école primaire

Construction Dans le secteur Sous-Ville, un nouveau bâtiment de quatre niveaux est attendu pour la rentrée 2020. Plus...

Deux ouvrages pour démystifier la vie de la «plèbe» d’Aventicum

Archéologie Les habitudes, le niveau d’éducation, mais aussi la société des classes modestes de l’Avenches antique sont mieux connus. Plus...

Des infiltrations menacent les arènes d’Avenches

Patrimoine Afin de limiter les risques de chutes de pierres, deux des trois voûtes menant à l’amphithéâtre ont été fermées. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...