Une vidéo montre la réalité d'un abattoir vaudois

Cause animaleL'association Pour l'égalité animale (PEA) a mis en ligne une vidéo destinée à provoquer une prise de conscience chez les consommateurs.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des animaux apeurés tentant de s'échapper, du sang ou des têtes coupées gisant au sol. En mettant en ligne ce mercredi matin une vidéo de quatre minutes tournée à l'abattoir régional d'Avenches, l'association Pour l'égalité animale (PEA) ne dénonce pourtant rien. Elle cherche a provoquer une prise de conscience. «Nous avons en Suisse la réputation d'avoir une des législations les plus sévère au monde en matière de protection animale, constate Pia Shazar. Mais nous voulons montrer que, quelle que soit la méthode de mise à mort utilisée, cet acte inflige aux animaux des souffrances injustifiables».

Selon les informations fournies par l'association, les images ont été tournées - vraisemblablement de manière clandestines - entre juin et octobre de cette année. «On nous les a fournies de manière anonyme», explique la présidente de cette association active depuis 2014. «Mais nous avons procédé à des vérifications. Nous disposons notamment d'une séquence-preuve que nous n'avons pas diffusée, car elle ne présente pas d'autre intérêt particulier».

«Les personnes qui ont posé les caméras ont donc peut-être profité d'une porte laissée ouverte durant la nuit, mais ça reste une violation de domicile»

Président du comité de la société coopérative de l'abattoir régional où ont été tournées ces images, Heinz Herrmann trouve surtout «dégueulasse» le procédé. «Nous avons vérifié les portes, qui n'ont pas été forcées. Les personnes qui ont posé les caméras ont donc peut-être profité d'une porte laissée ouverte durant la nuit, mais ça reste une violation de domicile». Pour le reste, et d'autant plus qu'aucune anomalie ne lui est reprochée, le président n'a pas grand chose à ajouter. «Je regrette que ces gens ne soient pas venus directement me poser des questions, car nous y répondons toujours. On sent dans le montage de la vidéo la volonté de choquer et de faire peur, mais si les gens veulent manger de la viande, il faut bien que quelqu'un tue les animaux».

D'ailleurs, les images ne choquent pas Luc (prénom d'emprunt), un boucher de campagne pratiquant lui-même l'abattage des bêtes dans un autre lieu. «A part l'abattage des cabris, où il serait mieux d'être à deux parce qu'ils sont très difficiles à maîtriser, tout me paraît correct. Le cheval bougeant au sol est déjà mort. Pour moi, il n'y a donc rien à redire sur ces images. Mais je ne doute pas qu'elles auront beaucoup d'impact dans le grand public».

Pour augmenter la résonance de la mise en ligne de la vidéo, l'association annonce l'organisation de projections sur des bâtiments ce mercredi soir à Lausanne, Fribourg, Genève, Neuchâtel et Sion. (24 heures)

Créé: 14.12.2017, 15h07

Les images projetées à la Riponne



Après avoir posté sa vidéo sur Internet tôt mercredi matin, l’Association Pour l’Égalité Animale (PEA) l’a projetée sur un mur de la place de la Riponne, juste à côté du Palais de Rumine, à Lausanne, en début de soirée. La manifestation a duré moins d’un quart d’heure. Peinant dans un premier temps à trouver le mur idéal pour projeter ces images, la quinzaine de manifestants ont interpellé les passants à l’aide d’un mégaphone. Ils dénonçaient l’abattage des animaux comme «un luxe morbide», dans un pays qui «réglemente l’exploitation et la mort».
Cinq agents de la police municipale ont ensuite contrôlé les identités de certains militants, qui seront dénoncés pour infraction au règlement général de police. «Cette manifestation était non autorisée», explique Michel Gandillon, porte-parole du Service de protection et de sauvetage de Lausanne. Pia Shazar, présidente de PEA, se dit malgré tout satisfaite. «Les passants ont regardé ces images et certains s’arrêtaient. Notre but n’était pas de semer la zizanie en ville.»

Articles en relation

Vich: fin dans le calme de l'occupation de l'abattoir

Vaud Après 10 heures de blocus, les militants de l'abattoir vaudois ont mis fin jeudi après-midi à leur manifestation. Plus...

Un abattoir régional s’est ouvert à Avenches

Broye Dépourvue d’un grand abattoir depuis la fermeture de celui de Payerne, la région du Nord vaudois dispose à nouveau d’une installation. Elle a coûté 3,5 millions de francs. Plus...

Quelle place à La Côte pour un abattoir régional?

Bétail Obligé de quitter Rolle, l’abattoir veut renaître à Aubonne. Mais sa coopérative doit convaincre élus et professionnels. Plus...

Paid Post

Les meilleurs commerçants lausannois récompensés
Pour la 5ème année consécutive, le Prix du Commerce a récompensé des commerçants de la capitale cantonale qui excellent dans leur domaine.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Woody Allen dans la tourmente de l'affaire Weinstein, paru le 20 janvier 2018.
(Image: Vallott) Plus...