Yverdon va dire adieu à sa dernière papeterie

CommerceLa célèbre enseigne Schaer, ce sera bientôt de l’histoire ancienne. Elle était le dernier commerce du genre de la ville.

Le magasin situé à la place Pestalozzi, d’origine familiale et fondé il y a plusieurs dizaines d’années, est dans une situation économique difficile depuis environ 10 ans.

Le magasin situé à la place Pestalozzi, d’origine familiale et fondé il y a plusieurs dizaines d’années, est dans une situation économique difficile depuis environ 10 ans. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les Yverdonnois sont tous forcément déjà passés devant la Papeterie Schaer, sise depuis quelques années dans l’ancien Bazar d’Yverdon, à la place Pestalozzi. Mais bientôt, cette enseigne d’origine familiale fondée il y a plusieurs décennies ne sera plus qu’un souvenir. En effet, deux ans après la fermeture de la Papeterie Porchet, qui était située à la rue du Lac, le magasin propriété du groupe Offix a lui aussi annoncé sa fermeture, pour la fin du mois de juin. Cette cessation d’activité laissera un vide béant à Yverdon: la deuxième ville du canton se retrouvera sans aucun commerce de ce type. Et tous les articles qui y sont proposés ne se retrouveront pas forcément en grande surface.

Pour les professionnels

Après deux ans et de nombreuses tentatives infructueuses pour essayer de maintenir le magasin ouvert, Jürg Detzel, directeur d’Office Leader AG, la société du groupe dont dépend l’établissement yverdonnois, a dû se résoudre à l’évidence. «Cela fait dix ans que la papeterie est en difficulté, explique-t-il. On a essayé d’augmenter les chiffres mais les coûts du personnel, par rapport aux bénéfices de l’enseigne, restaient trop élevés, malgré quelques réussites.»

Que va donc devenir la dizaine d’employés du site yverdonnois, dont le bâtiment historique abrite aujourd’hui la Librairie Payot? «Deux ou trois personnes continueront de travailler pour notre nouvelle mission», détaille le directeur. Car si le magasin ferme, le groupe continuera de vendre ses produits aux professionnels de la branche et se concentrera sur ce secteur d’activité. Aussi, les privés pourront toujours faire leurs achats sur le magasin en ligne de la papeterie.

Par ailleurs, Jürg Detzel affirme que des alternatives à la fermeture du magasin ont été cherchées, mais sans succès: «On voulait trouver des partenaires. Mais personne ne voulait reprendre l’enseigne avec ses employés. Ni à Yverdon, ni à Neuchâtel, ni à Lausanne, ni en Valais.»

Victime de la digitalisation

«Trois facteurs expliquent le recul des revenus, affirme Jürg Detzel. Premièrement, le développement de la vente en ligne fait mal à tous les commerces. Ensuite, les clients ont tendance à penser que les articles comme les stylos, les classeurs, etc., sont moins chers en grandes surfaces, alors que c’est complètement faux. Ils viennent uniquement en papeterie pour acheter des articles introuvables ailleurs.»

La digitalisation serait le troisième. «Les gens utilisent de moins en moins de papier et écrivent de plus en plus sur leurs tablettes ou leurs smartphones. C’est difficile pour une papeterie d’évoluer dans ce sens.» Il poursuit: «Le marché des classeurs est un bon exemple de la nette baisse des ventes: il recule de 5% à 10% par an.» (24 heures)

Créé: 10.04.2018, 07h39

À Grandson, une écopapeterie fait son nid

Avec la fermeture de la Papeterie Schaer, il ne reste plus beaucoup d’enseignes spécialisées dans la région. Toutefois, Grandson en accueille une depuis deux ans, rue Basse 34. La Papeterie Coeye se démarque par sa philosophie: si tous les articles propres aux magasins spécialisés du genre sont disponibles en rayon (papier, stylo, colle, peinture, ciseau, scotch, etc.), quantité de produits destinés à la vente son écologiques et viennent de matériaux recyclés. À noter que les emballages sont réduits au minimum. De plus, des créations artistiques uniques et faites main, toujours avec des matériaux recyclés, sont à retrouver à la boutique.

Les prix pratiqués à Grandson sont loin d’être prohibitifs, car la propriétaire essaie constamment de ne pas vendre ses produits plus chers que les grandes surfaces. De nombreux exemples sont à retrouver sur le site Internet du magasin. Un futur lieu immanquable de la région?
coeye.sphax.com

Articles en relation

Une application à gratter ambitionne de promouvoir le commerce local

Yverdon-les-Bains «GRAT’ICI» permet aux commerçants de faire des offres à leurs clients en temps réel. Plus...

Les commerçants d'Yverdon se dotent d’une identité

Achats Les états généraux du commerce montrent que les magasins doivent se fédérer et mieux mettre en avant leurs atouts. Notamment via le site Les Vitrines d’Yverdon, qui va voir le jour. Plus...

«L’horaire des commerces doit être repensé»

Yverdon-les-Bains Laisser les magasins ouverts jusqu’à 18 h le samedi appelle à d’autres changements selon le président de la SIC. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.