Passer au contenu principal

L’Abbaye modifie son droit du Risoud de 1344

L’argent issu d’un droit ancestral à la Vallée, provenant de l’exploitation de la forêt, servira à aménager des abris au bord du lac.

Pendant des siècles, une partie des revenus de l'exploitation des bois du Risoud était reversée aux Combiers.
Pendant des siècles, une partie des revenus de l'exploitation des bois du Risoud était reversée aux Combiers.
MICHEL DUPERREX-ARCHIVE

L’histoire remonte au XIVe siècle. En 1344, François de La Sarraz, fortement endetté, vendait ses droits sur la Vallée à la Savoie. En contrepartie, les Combiers ont été autorisés à couper tout le bois nécessaire à leur usage dans le Risoud. Modifié à moult reprises au cours des siècles, ce fameux droit du Risoud – devenu une indemnité de quelques dizaines de francs issue de l’exploitation forestière versée aux habitants – a failli disparaître en juin dernier à L’Abbaye.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.