Passer au contenu principal

Des abus poussent VTX Telecom à quitter les rues d'Yverdon

Des démarcheurs ont à nouveau usurpé l’identité de la Ville. L’entreprise responsable arrête le porte-à-porte.

Michel Duperrex

«Nous sous-traitions le démarchage à une société, détaille Yves Pitton, directeur général de VTX Telecom. Aujourd’hui, c’est terminé. Nous ne ferons plus de porte-à-porte à Yverdon et nous sommes en train de revoir fondamentalement notre approche.» Yves Pitton a pris connaissance des allégations postées par une dizaine de personnes sur les réseaux sociaux. Celles-ci estiment que des démarcheurs travaillant pour une société mandatée par VTX les ont trompées en se faisant passer pour des employés de la cité thermale. Pire, certains assurent avoir été «presque forcés» à signer un contrat de l’opérateur.

La problématique des démarcheurs sauvages n’est pas nouvelle à Yverdon. Au mois d’octobre dernier déjà, Yverdon Énergie mettait en garde la population sur sa page Facebook concernant des vendeurs travaillant pour VTX qui se faisaient passer pour des collaborateurs de la Ville afin de vendre des prestations télécoms (fibre optique). Plusieurs cas d’abus étaient alors remontés jusqu’au service du municipal des Énergies, Pierre Dessemontet. «Nous avions voulu informer la population sur le fait que les opérateurs qui vendent ces produits en porte-à-porte ne sont pas autorisés à le faire au nom de la Ville, explique l’élu socialiste. Ils ne sont pas partenaires de la Commune.»

Mais cette publication n’a pas suffi. Mercredi dernier, Yverdon Énergies republiait un avertissement sur les réseaux sociaux (voir ci-dessous) suite à des nouvelles dénonciations. «Nous avons contacté VTX Telecom, qui a reconnu la situation, explique Pierre Dessemontet. Concernant les personnes qui ont signé un contrat, elles peuvent le résilier dans les 10 jours.» Le municipal rappelle aussi que les lésés peuvent s’adresser à la Fédération romande des consommateurs (FRC).

«Ces cas, qui ne sont pas représentatifs des valeurs de VTX, me font du mal, soupire Yves Pitton. D’abord, parce qu’ils ne représentent pas l’éthique de l’entreprise, ensuite parce qu’en tant que consommateur ces comportements malhonnêtes me blessent.» Concernant les différents abus, le directeur fait savoir qu’un collaborateur peu scrupuleux de la société tiers en charge du démarchage de VTX a été identifié et que des mesures seront prises.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.