Action «choc» des anti-éoliens au Brassus

Vallée de JouxL'association «Eoliennes, vraiment?» a représenté une hélice, avec un pied de 15m de diamètre et d'une hauteur de 200 m, aux Grands Plats.

«Eoliennes, vraiment?» ont travaillé de nuit, à la lampe frontale, dans un pâturage le long de la route au Brassus, se cachant dans l'herbe à chaque passage de voiture.

«Eoliennes, vraiment?» ont travaillé de nuit, à la lampe frontale, dans un pâturage le long de la route au Brassus, se cachant dans l'herbe à chaque passage de voiture. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans la nuit de dimanche à lundi, des membres de la toute nouvelle association «Eoliennes, vraiment?» ont travaillé, à la lampe frontale, dans un pâturage du Brassus, se cachant dans l’herbe à chaque passage de voiture. Ils y ont monté en toute discrétion une structure d’un diamètre de 15 m, soit de la taille des futures éoliennes prévues dans le cadre du projet d’EolJoux, visible loin à la ronde. Elle se trouve en contrebas des Grands Plats, où sont prévus les sept mâts.

Au-dessus de ce cercle, deux gros ballons ont été attachés, l’un à 152 m, soit à la hauteur du rotor de la machine, le second 50 m plus haut, où devrait culminer la pale. «Personne ne peut se rendre compte de la grandeur de ces hélices, regrette Pierre-Alain Dufour, du comité. Le but est d’informer la population sur l’énergie éolienne avant que les conseillers communaux ne se prononcent sur la levée ou non des oppositions au parc EolJoux.» «Si on n’agit pas tout de suite, on subira cet impact paysager pendant vingt-cinq ans, avant que les machines soient remplacées par de nouvelles, ajoute Romain Gauthier, membre de l’association. Il y a une désinformation publique volontaire: au début, on parlait d’éoliennes à 98 m, tout le monde était d’accord. Maintenant il s’agit de mastodontes de 206 m que l’on place dans un endroit superbe.»

Il s’agit de la première «action choc» du groupe, qui compte déjà 10 membres. Il est affilié à la fédération vaudoise Paysage-Libre Vaud. «On reproche parfois aux opposants de ne pas proposer d’alternatives à l’énergie éolienne, poursuit Pierre-Alain Dufour. C’est faux, nous allons organiser deux conférences, sur la géothermie profonde et l’énergie générée par le gaz de bois.»

Hier matin, des membres de SOS Vent d’Amont, l’association du village français le plus proche du futur parc éolien, étaient aussi présents. «La population française a été ignorée, il n’y a eu aucune d’étude d’impact sur nous alors qu’il y en a eu pour le grand tétras. On ne vaut pas un coq, c’est ça?» a tonné Jean-Pierre Lacroix, de Vent d’Amont, désormais partenaire de Paysage-Libre Vaud. L’opposition française fait des émules. Une autre association, du côté de Jougne cette fois, est en train d’être mise sur pied. Elle vise le projet éolien du Bel Coster, au-dessus de Ballaigues.

Créé: 17.08.2015, 12h21

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.