Extinction Rebellion spraye les menhirs d'Yverdon

Yverdon-les-BainsLa section locale du mouvement pro-climat a utilisé les menhirs de Clendy dimanche. Cinq d’entre eux portent encore des stigmates roses.

Extinction Rebellion affirme que les marques roses disparaîtront avec la pluie.

Extinction Rebellion affirme que les marques roses disparaîtront avec la pluie. Image: JEAN-PAUL GUINNARD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La section yverdonnoise d’Extinction Rebellion (XR) voulait ouvrir le débat, créer la polémique. Par sa première action dimanche, elle y est parvenue. Bien au-delà de ses attentes. Au lendemain de l’«intervention» de sa quinzaine de membres, les traces roses qui subsistent sur cinq menhirs du site de Clendy n’ont de loin pas plu à tout le monde. Et certains ne se sont pas privés d’asséner leurs quatre vérités au mouvement militant pour le climat face à ce geste qu’ils considèrent comme une atteinte au patrimoine historique de la région.


Lire aussi: Extinction Rebellion et l’âge de pierre


Fondée en septembre, XR Yverdon avait participé dans la foulée au Festival Alternat’Yv. «Notre but était alors de nous faire connaître, une opération de communication en quelque sorte. Dimanche à Clendy, c’était vraiment notre action initiale», explique l’un deux, Pascal. Le choix du site était tout sauf innocent. À l’époque, les gens y venaient pour remercier la Terre de ce qu’elle leur apportait. «Aujourd’hui, on épuise ses ressources; agir ici, c’est vraiment symbolique pour nous», reprend-il.

Avant de s’allonger sur le sol, les membres d’XR Yverdon ont sprayé à la craie rose leur logo – un sablier qui représente le temps qui file –, utilisant la surface de cinq menhirs. Les activistes s’en sont ensuite allés, mais les marques de leur passage sont restées sur l’herbe et sur la pierre. De quoi provoquer la colère de certains face à un mouvement qu’ils n’ont pas hésité à taxer d’«Extinction Nazillon» en constatant que sur certaines des stèles, la couleur s’était étendue comme si on avait frotté, en vain, pour la faire disparaître. De manière plus prosaïque, un archéologue regrette que ces mégalithes soient «une nouvelle fois l’objet de récupération». «Dans le fond, c’est bien que les gens s’approprient ce site, mais qu’ils le fassent sans y causer des dommages. Ce n’est pas parce que les menhirs sont en pierre qu’ils résistent à tout.»

Biodégradable, écolo

Certes, XR clame haut et fort qu’il prône la désobéissance civile pour forcer les gouvernements à agir pour le climat. «Mais de quel droit détériorerait-on des vestiges de notre passé? Ce serait stupide vu notre position par rapport à la Terre dont on déplore la destruction par l’homme», relève un autre militant, Philippe. Et d’expliquer que le produit utilisé – de la craie – est biodégradable, écologique et qu’il ne causera aucun dégât à la végétation. «Quant aux marques sur les menhirs, elles s’effaceront avec la pluie, comme les dessins à la craie que les enfants font sur sol...» Pour lui, les réactions sont donc clairement disproportionnées. «On se fait traiter de terroristes, de nazillons sur les réseaux sociaux par des gens qui feraient mieux de se renseigner au lieu de profiter de l’occasion pour déverser leur haine contre XR», conclut-il.

Créé: 26.11.2019, 06h50

Articles en relation

Les vulves féministes disparaissent d'Yverdon

Grève des femmes Le collectif de la grève des femmes d’Yverdon avait orné le site de Clendy, le plus grand alignement de menhirs de Suisse, de vulves en tissu. Elles ont été arrachées au petit matin. Plus...

Yverdon veut réhabiliter la «friche» de Clendy

Nord vaudois Un quartier avec 250 habitants et des bâtiments modernes doit s'insérer dans ce recoin disparate et un peu oublié, au cœur de la ville. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...