«Sans cette agence postale, la sensation d’abandon s’installe»

CombremontsLa fermeture de l’agence postale de Combremont-le-Petit oblige les habitants à un détour d’une demi-heure.

Avec la fermeture de l'agence postale de l'épicerie centenaire de Combremont-le-Petit, les habitants du plateau des Combremonts doivent désormais aller chercher leurs envois à la poste de Granges-près-Marnand.

Avec la fermeture de l'agence postale de l'épicerie centenaire de Combremont-le-Petit, les habitants du plateau des Combremonts doivent désormais aller chercher leurs envois à la poste de Granges-près-Marnand. Image: GEORGES MEYRAT - Image d'illustration

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Nous voici obligés de faire 20 km aller-retour, soit une demi-heure de voiture, pour aller retirer un envoi à l’office postal de Granges-près-Marnand. Sans cette agence, la sensation d’abandon s’installe de manière concrète.» Cet habitant de Champtauroz s’est indigné de la dégradation alarmante des prestations de distribution de courrier par La Poste, sur le plateau des Combremonts, en début de semaine. «On se moque de nous, renchérit une citoyenne de Treytorrens. Moi je travaille de nuit et peux rejoindre l’office de Granges quand il est ouvert de jour, mais pour celui qui rentre du travail après 17h30, ce sera trop tard.»

Fin janvier, suite à l’abrupte fermeture de l’épicerie One Stop Shop de Combremont-le-Petit, qui faisait aussi office d’agence postale pour les villages voisins de Combremont-le-Grand, de Treytorrens et de Champtauroz, La Poste a été contrainte de proposer le retrait à Granges-près-Marnand pour les colis non distribués ou envois recommandés. Soit à une bonne dizaine de kilomètres, et selon des horaires nettement moins favorables.

«Ces habitants disposent depuis plusieurs années du service à domicile. Ils peuvent faire leurs transactions sur le pas de la porte auprès du facteur. Mais désormais les envois devront être retirés à la filiale de Granges-près-Marnand, lieu déjà défini pour le retrait des envois spéciaux, comme les actes de poursuite», répond Laurent Savary, porte-parole du géant jaune. Il rappelle aussi que les clients ont toujours la possibilité de demander une deuxième distribution gratuite d’une lettre recommandée ou d’un colis à une date qui leur convient. Et en cas d’inscription sur le site de La Poste, il est possible de guider la distribution des envois.

«On est dans la norme»

L’ordonnance fédérale régissant les activités de La Poste stipule que le réseau doit être conçu de telle sorte que 90% de la population résidente permanente d’un canton puisse accéder à un office de poste ou à une agence postale, à pied ou par les transports publics, en 20 minutes. Et si La Poste propose un service à domicile, cette durée est portée à 30 minutes. «Pour les quatre villages concernés, des liaisons sont possibles en une vingtaine de minutes et on est donc dans la norme», ajoute Laurent Savary, qui signale que La Poste connaissait la volonté de son partenaire de remettre son commerce, mais n’a appris sa fermeture que jeudi dernier.

«Si les habitants du plateau des Combremonts avaient joué le jeu et fait vivre le magasin, on n’en serait peut-être pas là, peste Jean-François Würsten, patron de One Stop Shop. Mais alors qu’on prône les circuits courts, les gens ne sont pas conséquents et prennent leur voiture pour aller acheter du pain ou une salade.» Ne pouvant plus couvrir ses charges avec les rentrées de son magasin, il a décidé de tirer le rideau de cette échoppe centenaire, après avoir vu trois repreneurs potentiels se désister. «Le salaire d’environ 1100 francs par mois pour l’agence postale est prévu comme un revenu annexe et n’était pas suffisant pour vivre», ajoute le patron.

Autorités fatalistes

Si ce service postal depuis Granges-près-Marnand ne réjouit pas davantage les autorités politiques, celles-ci se montrent plutôt fatalistes. «Quand l’office postal de Combremont-le-Petit avait fermé, on s’était battus pour le garder et, finalement, on était bien contents de la solution trouvée avec l’épicerie. Mais là, on ne peut rien y faire si ce n’est lutter d’autant plus pour sauver la poste de Granges-Marnand, qui fait partie des offices menacés», lâche Guy Delpedro, syndic de Valbroye et habitant de Combremont-le-Grand.

François Laprés, son homologue de Champtauroz, avoue que sa commune n’a pas encore pris officiellement position: «On va en discuter lors de la prochaine séance, car ce qui nous est proposé pour l’instant n’est pas satisfaisant.» Reste qu’une autre solution sera difficile à trouver. Sauf si un partenaire devait répondre aux différents critères nécessaires pour accueillir une nouvelle filiale.

Créé: 06.02.2020, 06h56

Articles en relation

Une pétition circule pour améliorer la sécurité routière à Combremont

Combremont-le-Petit Un groupe de réflexion a déjà récolté une cinquantaine de signatures dans le but de renforcer la sécurité des usagers de la route au centre du village de Valbroye. Plus...

«La Poste fait des bénéfices sur notre dos»

Concise Une commerçante qui offre un service postal à près de 1900 personnes jette l’éponge. Un cas qui n’est pas isolé dans le canton. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 8

Paru le 26 février 2020
(Image: Bénédicte) Plus...