Les antiques arènes d’Avenches ont besoin de soins colossaux

PatrimoineL’amphithéâtre doit subir de grands travaux, révèle un rapport. Une fermeture n’est pas impossible.

Utilisés par des manifestations bien ancrées dans les vestiges, l’amphithéâtre romain et sa tour médiévale attendent un programme de restauration complexe.

Utilisés par des manifestations bien ancrées dans les vestiges, l’amphithéâtre romain et sa tour médiévale attendent un programme de restauration complexe. Image: CHRISTIAN BRUN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On s’en doutait, c’est désormais une certitude. Mal en point, affaiblies par les années, les arènes romaines d’Avenches vont devoir passer aux soins intensifs. Des travaux sont nécessaires sur l’un des sites archéologiques les plus connus de Suisse, et ce de façon «relativement urgente», confirme le Canton, propriétaire du monument historique. «Si rien n’est entrepris de manière importante, il faut s’attendre à un déficit de sécurité du site», indique le chargé de communication du Département des infrastructures, Olivier Dessimoz.

C’est une étude complète des structures, portée à la connaissance des spécialistes en début d’année dernière, qui a révélé l’ampleur des dégradations: des vides se sont formés sous les plus anciens gradins en grès, remontés après-guerre, des fragments de parements en calcaire jaune montrent des signes de faiblesse, plusieurs autres portions de la structure du monument inquiètent, notamment les voûtes passant sous la tour médiévale et menant au centre de l’antique amphithéâtre. Plus question déjà de poser des charges lourdes sur certaines parties, reconstruites au XXe siècle, contraignant le festival Rock Oz’Arènes à déplacer sa scène.

«Un entretien approfondi»

En février dernier, l’archéologue cantonal ne parlait que d’éventuels travaux usuels sur les fondations de la tour. En réalité, ce sera certainement la série d’interventions la plus profonde depuis les travaux de 1986, qui ont permis d’adapter le site aux manifestations estivales, ainsi que des années 90 qui avaient restauré la tour du musée.

«Nous faisons face à un monument qui a été maintes fois restauré, et pas toujours avec les matériaux les plus durables ou les plus adaptés, et ils commencent à poser problème. Il ne faut pas oublier qu’on parle d’un monument. Il doit être entretenu, surtout s’il n’est pas sous toit», explique le nouveau directeur du Site et Musée romain d’Avenches, Denis Genequand.

Il cite les effets du gel, de l’humidité et des infiltrations. «Des mesures ponctuelles ne suffiront plus. Il faut un entretien approfondi.» En d’autres termes, il faudra changer des pierres, assainir les maçonneries, se poser la question de ce qui doit être conservé, ou non, des anciennes restaurations…

Intervenir sur les monuments d’Avenches, les archéologues du site en ont l’habitude. Un programme de valorisation de l’enceinte est en cours et un autre de sécurisation du théâtre a été lancé en 2012 avant de stagner faute de budgets. Dans tous les cas, des travaux de maçonnerie qui doivent évidemment avoir lieu surtout à la belle saison. Justement quand l’amphithéâtre est utilisé par trois manifestations annuelles d’envergure.

La mort des manifestations?

«On va devoir concilier l’avenir de deux cartes de visite d’Avenches. Son amphithéâtre et ses festivals», tranche un élu, inquiet. Selon nos informations, les spécialistes évoquaient initialement trois ans de travaux et une fermeture complète. «C’était la mort assurée des manifestations», glisse une source proche du dossier. Or, entre Rock Oz’Arènes, l’Opéra d’Avenches, l’Avenches Tatoo et les manifestations occasionnelles, plusieurs alignent les éditions difficiles. Un bureau de coordination a été spécialement mis en place en vue des travaux.

«L’utilisation intensive des arènes depuis les années 90 n’a pas aidé à leur conservation», poursuit un élu bien renseigné. Pour lui, l’installation de grandes scènes et de matériels lourds a contribué à la fatigue des vénérables arènes. «Ce qui compte maintenant, c’est de trouver une solution. Soit délocaliser les manifestations, soit coordonner des versions réduites avec les travaux.»

C’est là que les Avenchois interviennent. «Les gens viennent pour le site surtout, nous déplacer ne servira à rien. Fermer plus d’un an serait compliqué, les sponsors et le public changeront leurs habitudes. Il faut qu’on connaisse mieux les travaux pour pouvoir s’adapter. Nous, nous sommes flexibles», assure le directeur d’Avenches Opéra, Michel Francey. Son de cloche similaire pour le Tattoo: on verra en temps voulu.

Manifestation qui sollicite le plus l’amphithéâtre, Rock Oz’Arènes – qui bat son plein jusqu’à ce dimanche – joue aussi la montre. «Beaucoup de choses sont encore floues, il faudra plus d’informations pour prendre une décision», réagit Charlotte Carrel, directrice du festival, qui a par ailleurs lancé dans la presse plusieurs ouvertures quant à «une recherche de solutions» pour l’avenir du «plus petit des grands festivals» qu’elle cherche à remettre. «La question sera pour mon successeur quand il sera défini», conclut-elle. La Commune, elle, dit se réjouir que l’État investisse dans son patrimoine. Elle milite, en coulisses, pour éviter une trop longue fermeture du monument en échelonnant les travaux de zone en zone. «Il faut vraiment essayer de maintenir les manifestations sur leur site», répète la syndique, Roxanne Meyer Keller. Les décisions sont attendues pour cet automne. Peu avant qu’il ne gèle à pierre fendre.

Créé: 17.08.2019, 18h04

Articles en relation

Des infiltrations menacent les arènes d’Avenches

Patrimoine Afin de limiter les risques de chutes de pierres, deux des trois voûtes menant à l’amphithéâtre ont été fermées. Plus...

L’opéra n’est plus vraiment à la fête à Avenches

Bilan Une décision sera prise fin août quant à la pérennité du festival «Opéra en fête», qui n’a attiré que 7600 spectateurs. Plus...

Le premier musée cantonal d’archéologie entre dans le XXIe siècle

Avenches Le plus vieux musée vaudois d’archéologie célèbre ses 180 ans avec une muséographie inédite. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.