Des appartements évolutifs pour les seniors

ImmobilierVia sa société Swiss Evolife, le groupe Boas créera 1000 logements adaptés dans les dix ans.

Dans deux ans, 60 logements évolutifs verront le jour à Chavannes-près-Renens.

Dans deux ans, 60 logements évolutifs verront le jour à Chavannes-près-Renens. Image: Image de synthèse/BCO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le groupe Boas, qui détient les Bains d’Yverdon ou encore la société qui gère Aquatis, revient à ses premières amours. Après avoir tiré un trait sur ses activités pour les personnes âgées en 2015, il annonce se lancer dans les appartements protégés via sa nouvelle société, Swiss Evolife. «L’objectif est de proposer 1000 logements évolutifs dans les dix ans sur toute la Suisse romande, dont près de 60% dans le canton de Vaud», explique le PDG Bernard Russi, appuyé par ses collaborateurs, lors de l’inauguration de l’Atrium Airport Hotel à Meyrin (lire encadré), mercredi matin.

«Prestations à la carte»

Le terme «évolutif» a son importante, insiste-t-il en substance en détaillant les différences entre ses futurs logements et les appartements protégés déjà existants. «Il s’agit d'un nouveau concept, plus dynamique, argumente-t-il. Nous proposons un produit qui pourra se transformer selon l’évolution et les besoins des résidents et qui n’est pas exclusivement réservé aux seniors. Un jeune dans la vingtaine pourra parfaitement y habiter, même si nous nous attendons à accueillir des gens âgés entre 60 et 70 ans.»

«Toutes nos prestations sont à la carte, comme dans un hôtel, complète Tamara Chièze, directrice de Swiss Evolife. Qu’il s’agisse des soins à la personne, du service de nettoyage, des transports individuels, des animations collectives… Il sera possible de prendre toutes les options ou de composer à sa guise. Nous nous adapterons à chaque personne, à ses souhaits et ses rêves d’indépendance.»

À Orbe et à Chavannes

Par ailleurs, ces futurs appartements, qui vont du simple studio au grand trois-pièces, devraient favoriser la participation des personnes âgées à la vie sociale. «Il y aura des parties communes et une réception dans les complexes, décrit la directrice de la nouvelle société. On remarque que les seniors qui vivent chez eux, à moins d’avoir une famille très présente et des amis actifs, sont souvent isolés. Notre offre permet aussi de tisser des liens.»

Toujours selon Boas, des appartements évolutifs sortiront prochainement de terre dans la région lausannoise, dans le Nord vaudois et non loin de Payerne. Deux projets de construction devraient d’ailleurs bientôt se concrétiser dans le canton. «Soixante logements vont voir le jour à Chavannes-près-Renens, du côté de l’avenue de la Concorde, vers l’ancien garage Majestic, se réjouit Bernard Russi. Nous allons parallèlement construire un hôtel d’une centaine de chambres à destination des personnes qui gravitent autour de l’UNIL et de l’EPFL. C’est une association que nous essayerons de faire le plus souvent possible.»

D’après le PDG, qui estime le coût des opérations à environ 50 millions de francs, les travaux débuteront au mois de mai pour une ouverture du site prévue dans deux ans. Un délai vraiment réaliste, au vu de l’ampleur du chantier à venir? «Tout à fait, estime Jean-Pierre Rochat, syndic de la commune de l’Ouest lausannois. Rien ne semble s’y opposer.»

Le second projet vaudois dévoilé mercredi matin est prévu à Orbe. Mais cette fois sans hôtel. «Dans les détails, il se compose de 80 appartements évolutifs, poursuit Bernard Russi. Les travaux vont aussi débuter cette année et tout devrait être fin prêt d’ici à deux ans.»

À quel prix?

Service à la carte, appartements flambant neufs… Ces logements seront-ils accessibles à toutes les bourses? Combien coûteront-ils? «Ils sont PC (ndlr: prestations complémentaires) compatibles, garantit Tamara Chiéze, sans donner plus de précisions. Les appartements évolutifs pourront aussi séduire des personnes plus fortunées.» Aucun ne sera cependant vendu. «Nous accueillerons uniquement des locataires, explique le PDG de Boas. D’autres modèles pour ce type d’offres existent – notamment en France - où il est possible de devenir propriétaire. Mais cela devient compliqué lors des successions. Notre système nous paraît le plus adapté.»

Créé: 26.02.2020, 19h11

Boas inaugure son fleuron

Six ans après l’ouverture de son premier établissement genevois, le groupe Boas Swiss Hotels a inauguré mercredi l’Atrium Airport Hotel, à Meyrin. Situé au centre du complexe Atrium Park sur la gare de Zimeysa et à proximité du Campus Genevois de Haute Horlogerie, l’établissement quatre étoiles est composé de 163 chambres, trois restaurants et d’un centre de conférence de 1200 m2.

Si Bernard Russi, le PDG du groupe Boas, ne souhaite ni dévoiler le nom de l’investisseur ni les montants engagés dans ce projet hôtelier, il assure être confiant quant à la localisation du nouveau fleuron de son groupe. Et ce, même s’il se trouve en pleine zone industrielle.

«L’emplacement est idéal, il y a beaucoup de passage, assure-t-il. Il y a de nombreuses entreprises autour. Il existe une forte demande pour du haut de gamme. Nous sommes à quelques minutes de l’aéroport de Genève. Cela nous permet de cibler les personnes qui arrivent tard et qui repartent tôt.»

Articles en relation

BOAS a vendu un bijou pour des raisons «stratégiques»

Hôtellerie La vente du Petit Manoir, après d’autres objets à Morges, interpelle. Un lien avec les problèmes d’Aquatis? Le boss Bernard Russi parle d’un recentrage. Plus...

Trois ans de lifting pour rajeunir les bains d'Yverdon

Yverdon-les-Bains Le Groupe BOAS a enfin dévoilé son projet pour le complexe thermalo-hôtelier. Il envisage notamment un espace détente sur pilotis. Plus...

Aux Rasses, l'autre Grand Hôtel de BOAS

Nord vaudois Avant de prendre possession du complexe thermalo-hôtelier d'Yverdon, le groupe avait acquis l'établissement trois étoiles centenaire du Balcon du Jura. Plus...

BOAS va enfin transformer Grand Hôtel et Centre thermal

Yverdon-les-Bains Le groupe hôtelier annonce ce jeudi matin les travaux prévus pour ces deux sites réunis en une seule entité. Des dizaines de millions seront investis. Plus...

Le groupe BOAS critiqué pour son management

Accusations Des employés du Centre thermal d’Yverdon s’insurgent contre leur patron, évoquant mobbing et conditions de travail délétères. Le groupe se vante de ses bons résultats. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.