Avenches s’habille aux couleurs du tricot-graffiti

BroyePendant dix jours, à l’occasion de la première édition des Arts Textiles Contemporains, la cité romaine se mue en capitale des arts du fil.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Commune d’Avenches a-t-elle perdu la tête? Dans un élan de folie, le Conseil communal a-t-il décidé de voter un crédit d’investissement afin d’habiller le mobilier urbain d’écharpes, de pulls et de bonnets pour passer l’hiver? C’est en tout cas ce que l’on est en droit de penser lorsque l’on déambule dans le centre-ville. Bancs publics, lampadaires, fontaines, bouches à incendie: depuis jeudi matin, tous arborent une parure de laine haute en couleur.

De nombreux rendez-vous

Que l’on se rassure, il ne s’agit là que de la première édition d’une nouvelle manifestation consacrée aux arts textiles contemporains. Jusqu’au 18 octobre, la cité d’Avenches se mue en véritable petite capitale des arts du fil. Outre quatre expositions, six conférences et dix ateliers payants, l’organisatrice de l’événement, Christiane Studer, a décidé de faire la part belle au tricot-graffiti urbain, une nouvelle discipline qui a déjà fait ses preuves dans plusieurs grandes villes européennes.

«L’idée est d’habiller le centre-ville avec des ouvrages en tricot», explique Christiane Studer. Ces œuvres serviront de fil rouge pour aiguiller les visiteurs et leur indiquer l’emplacement des différents locaux où se déroulent les expositions.

Sortir des sentiers battus

Passionnée de tricot et d’art en général, Christiane Studer fait part de son projet, il y a une année, à Avenches Tourismes, qui s’est tout de suite montré très intéressé. L’habitante de Vallamand-Dessous s’entoure alors d’une vingtaine de femmes de la région, âgées de 12 à 70 ans, pour réaliser plusieurs dizaines de mètres carrés de tricots. «Notre objectif est de montrer qu’avec de la laine on peut faire autre chose que de simples chaussettes, pullovers ou bonnets. Qu’on peut passer de l’aspect utilitaire du tricot à un côté plus artistique», continue-t-elle.

Cette dernière compte sur un regain d’intérêt pour le tricot observé depuis quelques années auprès des jeunes. «Le tricot est redevenu à la mode. Il est commun de croiser des jeunes femmes pelote et aiguilles à tricoter en mains», se réjouit l’organisatrice. Par ailleurs, elle réfléchit déjà à une seconde édition. «Si le succès est là, j’aimerais organiser un rendez-vous biennal.» (24 heures)

Créé: 09.10.2015, 06h52

Pratique

Arts Textiles Contemporains,
du 9 au 18 octobre, de 11h à 18h.
Info sur www.elogedufil.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.