L’avenir du centre-ville suscite des inquiétudes

PayerneLa commune va se lancer dans une seconde démarche participative sur l’avenir de son centre.

La volonté des Payernois par rapport à l'avenir du centre-ville sera sondée par la commune.

La volonté des Payernois par rapport à l'avenir du centre-ville sera sondée par la commune. Image: SEBASTIEN GALLIKER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce pourrait être le libellé d’une petite annonce de la Commune de Payerne: «Recherche propositions pour dynamiser le centre-ville.» En effet, la réouverture prochaine de la place du Marché et le déménagement prévu de la Migros dans le bâtiment agrandi de son voisin Coop vont modifier la vie des habitants. Quelle sera leur volonté pour le centre-ville? Tant la Municipalité que le groupe PSIP (socialistes et indépendants) ont planché sur la question en vue du Conseil communal de jeudi. À la clé, une démarche participative communale et une motion de la gauche.

«Quels aménagements et accès souhaite la population au centre, quelles animations sur la nouvelle place du Marché ou quel avenir pour le Café du Marché sont autant de questions sur lesquelles nous voulons sonder la population. Sous l’égide du Secteur intégration et jeunesse, une démarche participative sera lancée dès le mois de juin», a présenté la syndique Christelle Luisier Brodard. La localité broyarde s’était déjà essayée au sondage à large échelle en 2016, au sujet de la place du Marché. Plus de 1300 personnes avaient donné leur avis.

Pour cette nouvelle opération, la formule de l’époque sera reconduite et améliorée. À l’issue de la récolte d’informations, des ateliers seront encore organisés pour prioriser les pistes à suivre.

Dans leur motion, les conseillers communaux Régine Bucher, Logan Duc et Nicolas Schmid visaient à «lancer une réflexion sur les possibilités d’augmenter l’attractivité de l’hypercentre de notre cité (Grand-Rue, rue de Lausanne), et plus largement de l’ensemble de ses espaces publics». Pour ce faire, il leur semblait indispensable de revoir la gestion du trafic en redynamisant notamment la mobilité piétonne sur ces deux axes.

«Un espace public libre de toute voiture serait une possibilité concrète pour les citoyens de se réapproprier l’hypercentre payernois et d’en faire un vrai espace de vie commun et convivial», commentait Nicolas Schmid. Au vote, la motion n’était toutefois suivie que par douze des 54 conseillers présents (une abstention), les autres préférant laisser le champ libre à la Municipalité pour son étude. (24 heures)

Créé: 19.05.2019, 17h10

Refus d’un crédit informatique

Par 16 oui, 19 non et 18 abstentions, le Conseil communal de Payerne a refusé de débloquer un crédit de 390'000 francs pour autoriser le renouvellement d’infrastructures informatiques, le centre de calcul existant, le wi-fi et le cœur du réseau, ainsi que la création d’un centre de calcul de secours, jeudi. Spécialiste du domaine, le conseiller communal Cédric Moullet (PLR) a notamment tiqué à la lecture d’un préavis «relevant de l’amateurisme.» «On nous présente une technologie du siècle passé», a-t-il tonné, tout en pointant du doigt la dépendance informatique de la commune sur une seule personne.

Articles en relation

Les Payernois rêvent d’une place du Marché sans voitures

Urbanisme Plus de 1300 personnes ont été invitées à repenser l’une des places les plus emblématiques de la ville. Plus...

Payerne va s’essayer à la démarche participative

Aménagement Les citoyens pourront se prononcer sur le futur aménagement de la place du Marché. Le lieu est très prisé des automobilistes, ça devrait changer. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.