L’avenir de la pisciculture d’Estavayer fait encore des vagues

VaudAlors que les cantons annoncent les objectifs de la pisciculture de Colombier, des Broyards se mobilisent pour sauver celle d’Estavayer-le-Lac.

Le canton de Fribourg ne souhaite réinvestir dans l'écloserie à poissons d'Estavayer-le-Lac, truffée de défauts malgré un coût de 2,4 millions de francs.

Le canton de Fribourg ne souhaite réinvestir dans l'écloserie à poissons d'Estavayer-le-Lac, truffée de défauts malgré un coût de 2,4 millions de francs. Image: JEAN-PAUL GUINNARD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Produire 300'000 truites de lac et 200'000 ombles chevaliers chaque année, contre respectivement 200'000 et 100'000 auparavant, et poursuivre l’éclosion d’environ un à trois millions d’œufs et alevins de brochet, comme les années précédentes. Les Cantons de Vaud, de Fribourg et de Neuchâtel ont annoncé en début de semaine les nouveaux objectifs de la pisciculture de Colombier (NE), qui deviendra intercantonale. Mais dans la Broye, la décision fribourgeoise de fermer les installations d’Estavayer n’a toujours pas été digérée.

Suite à une visite des installations en berne, les onze députés de la Broye fribourgeoise ont communiqué en début de semaine leur volonté d’une remise en fonction. Ils soutiennent aussi une démarche citoyenne lancée dans la localité. Une récolte de signatures est en cours dans le cadre d’une motion populaire. «Nous avons l’espoir qu’il n’est pas trop tard, et l’objectif de notre démarche est la réouverture de la pisciculture. Ce ne serait pas la première fois que l’État devrait remettre de l’argent pour terminer ses infrastructures, et c’est regrettable que le Canton ne veuille pas faire pareil dans la Broye», explique l’UDC Jean-Daniel Chardonnens, qui avait interpellé le Canton au sujet de l’écloserie à poissons courant 2019, avant son enterrement définitif.

Un fiasco à 2,4 millions

Pour faire la lumière sur ce fiasco qui a coûté 2,4 millions de francs aux contribuables fribourgeois, les députés entendent demander la création d’une commission d’enquête parlementaire, lors de la session de février. En décembre, le Canton avait chiffré à 1,5 million de francs les transformations pour remettre la pisciculture en activité. Trop cher, avait-il décrété, avant d’annoncer une centralisation à Colombier.

Une décision qui avait entraîné le courroux du Conseil communal d’Estavayer, qui estimait que «cette infrastructure a une importance économique, écologique et pédagogique pour la région». L’Exécutif demandait aussi sa remise en activité. «Nous n’avons pas encore pris position sur la motion populaire qui vient d’être lancée», note le syndic, André Losey.

Créé: 20.01.2020, 09h55

Articles en relation

Mort-née, la pisciculture pourrait ne jamais rouvrir ses portes

Estavayer-le-Lac Minée par les défauts, la pisciculture d'Estavayer, qui a coûté 2,4 millions de francs, pourrait être abandonnée. Plus...

La pisciculture d'Estavayer-le-Lac est bel et bien coulée

Broye Le Conseil d’État fribourgeois reconnaît ses torts dans la débâcle de ce projet quasi mort-né. Une collaboration intercantonale avec Vaud et Neuchâtel est mise en place. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 8

Paru le 26 février 2020
(Image: Bénédicte) Plus...