Passer au contenu principal

Un bateau fantôme traîne sa coque depuis décembre

Depuis près de 4 mois, un navire est en perdition. Son propriétaire a jusqu’à vendredi pour s’en occuper, affirme la police.

L'opération pour récupérer l'embarcation s’est avérée plus compliquée que prévu.
L'opération pour récupérer l'embarcation s’est avérée plus compliquée que prévu.
Jean-Paul Guinnard

À l’heure du café, sur les terrasses de Grandson, le mystérieux voilier jaune échoué juste devant le Camping du Pécos s’est progressivement imposé comme le sujet de discussion du moment. Certains, un peu las, assurent que le bateau était en perdition depuis la mi-décembre déjà. D’autres, plus remontés, s’inquiètent: «Et la pollution? Pourquoi personne ne vient le récupérer alors que tout ce qu’il contient pourrait se retrouver dans le lac? Et des parties du navire sont aussi concernées! Comme le mât qui fiche gentiment le camp et qui pourrait couler.»

Depuis plusieurs jours, le bateau attise aussi les échanges sur les réseaux sociaux. Sans que personne n’arrive à lever les mystères qui l’entourent.

Amarré au large

À quelques brasses de la position actuelle du voilier, une femme assure que la situation délicate de l’embarcation ne date pas d’hier. «Il avait déjà failli sombrer l’hiver dernier. Le bateau était complètement gelé.» Depuis l’établissement public où elle travaille, des bouées, situées non loin de la berge, sont visibles. «C’est de là que vient le bateau. Les amarres ont dû lâcher, imagine-t-elle. Je ne pense pas qu’il soit totalement à l’abandon, même s’il n’a pas bougé depuis un moment. J’ai vu plusieurs fois des gens aller dessus.»

Contacté, le garde-port confirme: «Ces bouées sont des emplacements privés, détaille Didier Rosenberger. Le voilier était d’abord coincé dans la vase durant quelque temps et ne bougeait pas. Cela fait maintenant environ une semaine qu’il s’est échoué et qu’il se trouve devant le camping.»

Nathalie Gigandet, municipale en charge du port, semble démunie face à la situation: «J’ai remarqué le bateau en début de semaine, confie-t-elle. À ma connaissance, la Commune n’a pas été alertée. Il faudrait voir qui est compétent dans cette affaire. Le bateau n’étant pas dans le port, je ne sais pas si les autorités pourraient intervenir.»

Elles n’en auront pas besoin. La police cantonale indique que le propriétaire a jusqu’à vendredi pour évacuer son bateau en piteux état. S’il n’y parvient pas, une entreprise pourrait être mandatée pour le sortir de l’eau. «Il n’y a cependant aucun risque de pollution, assure Alexandre Bisenz, chargé de communication à la police cantonale. Le bateau ne contient que des matières inertes.» Quelques affaires personnelles tout au plus, selon nos informations.

Récupération compliquée

Si l’affaire traîne en longueur depuis le mois de décembre, c’est que l’opération pour récupérer le voilier s’est avérée plus compliquée que prévu. «Le propriétaire a d’abord essayé de le faire par ses propres moyens mais le poids de l’embarcation n’avait pas permis de le sortir de l’eau, poursuit Alexandre Bisenz. Une société de sauvetage de la région avait également tenté de le sortir de l’eau, sans succès.»

Le chargé de communication ne sait pas comment le propriétaire va finalement s’y prendre d’ici à vendredi. Mais le voisinage peut se rassurer. Tout devrait bientôt être rentré dans l’ordre.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.