Passer au contenu principal

Des bateaux d’Yvonand au Musée des transports

La société Grove Boats a mis à l’eau sur l’Arena trois embarcations électriques pour sensibiliser les visiteurs à la cause «verte».

Les visiteurs du Musée des transports peuvent voguer électrique jusqu’à la fin du mois d’octobre.
Les visiteurs du Musée des transports peuvent voguer électrique jusqu’à la fin du mois d’octobre.
GROVE BOATS

Spécialiste des bateaux électrosolaires et électriques, Grove Boats SA n’a pas encore placé l’une ou l’autre de ses embarcations sur le lac des Quatre-Cantons. L’entreprise d’Yvonand n’a pas moins amarré trois bateaux à Lucerne. Sur l’Arena, le grand bassin central du Musée suisse des transports.

Pour le directeur de la société nord-vaudoise, Guy Wolfensberger, ce n’est pas qu’un simple coup de pub. Tant s’en faut! «C’est une sorte d’évangélisation pour la cause de la mobilité électrique sur l’eau.» Quand le musée l’a approché, il n’a pas hésité longtemps. «Le vélo électrique est entré dans les mœurs. Grâce, notamment, à Tesla, c’est aussi le cas pour la voiture. Mais la mobilité électrique ne se limite pas à la route; il existe une vaste gamme d’alternatives aux moteurs à combustion pour les moyens de locomotion flottants, qu’ils soient professionnels ou de plaisance.»

Sur le plan d’eau lucernois de 945 m2, les visiteurs peuvent donc découvrir – sans frais supplémentaires – jusqu’à la fin du mois d’octobre une nouvelle façon de se déplacer sur l’eau. Parallèlement, ils peuvent voir une exposition sur l’histoire de la propulsion électrique des bateaux.

La société, comme ses ingénieurs, n’en sont pas à leur coup d’essai. Ces derniers, alors collaborateurs de MW Line dont Grove Boats a repris le flambeau, avaient par exemple réalisé les petites navettes qui permettaient d’accéder au monolithe de Morat, pendant Expo.02. En 2007, ils ont contribué à la première traversée transatlantique par un bateau propulsé à l’énergie solaire, le Sun21. Les petits bateaux mis à disposition du musée national n’ont pas été conçus par Grove Boats SA. «Notre cœur de métier, c’est le bateau solaire. Mais notre deuxième axe de travail, c’est d’assurer la promotion des embarcations électriques au sens large. À cet égard, nous commercialisons des bateaux électriques, comme ceux de Lucerne.»

Commencée ce printemps, l’expérience se déroule bien. La société Tapa-Sabllia n’a ainsi pas eu d’interventions techniques à effectuer depuis qu’elle a mis à l’eau les trois canots. À leur retour, ils seront sans doute vendus d’occasion. À Yverdon, le futur centre scientifico-ludique Kindercity sera installé juste devant un bassin. Un endroit idéal pour l’une de ces embarcations?

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.