La Broye retrouvera son école professionnelle

ÉcolesUne nouvelle structure autonome devrait voir le jour à Payerne. Mais elle ne sera pas intercantonale.

Actuellement, les cours aux apprentis sont dispensés dans les locaux de l'ancien hôpital de Payerne.

Actuellement, les cours aux apprentis sont dispensés dans les locaux de l'ancien hôpital de Payerne. Image: SÉBASTIEN GALLIKER - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’École professionnelle de la Broye retrouvera-t-elle l’indépendance qu’elle a perdue en 2005 quand elle a été rattachée au Centre professionnel du Nord vaudois (CPNV)? La tendance est en tout cas à nouveau positive. Le printemps dernier, la députée socialiste Roxanne Meyer Keller et son homologue PDC fribourgeois Éric Collomb avaient déposé un postulat conjoint devant leurs parlements respectifs, réactivant un ancien dossier qui trouve un écho dans les travaux de planification conduits actuellement par le Département vaudois de la formation, de la jeunesse et de la culture. La conseillère d’État Cesla Amarelle planche actuellement sur une planification cantonale qui, si elle existe au niveau des gymnases, faisait défaut en termes de formation professionnelle. Et l’idée d’un centre autonome du côté de Payerne fait partie de la réflexion.

Sur Fribourg, le gouvernement s’est prononcé en juillet dernier, de manière négative. Il n’a pas souhaité donner suite à cette intervention, renonçant à entreprendre l’étude de faisabilité demandée par Éric Collomb. «Leur refus a été ressenti comme une douche froide dans la Broye fribourgeoise, où l’on regrette la frilosité des autorités pour des projets touchant le nord du canton», relève Roxanne Meyer Keller.

Apprentis déjà mobiles

Le propos vaudois est nettement plus nuancé. «Mais contrairement à ce que demande le texte des deux députés qui citent en exemple le gymnase de la Broye, cette nouvelle structure ne sera pas intercantonale», explique Cesla Amarelle, en charge depuis juillet dernier de la formation. Principale raison, selon l’édile socialiste, les écoles professionnelles sont toutes régies par les mêmes cadres et les mêmes règles au niveau fédéral. Ce qui n’est pas le cas des gymnases. À cela s’ajoute que la mobilité des apprentis est une réalité qui fonctionne déjà plutôt bien entre cantons romands. Et particulièrement dans le périmètre valdo-fribourgeois.

En 2017, le canton de Vaud a accueilli 2551 jeunes en formation en provenance d’autres cantons. Dont une majorité de Fribourgeois: 857, pour 569 Genevois, 511 Valaisans et 360 Neuchâtelois. En ce qui concerne «l’exportation», c’est également l’axe Vaud-Fribourg qui est le plus utilisé, bien que le ratio soit nettement moins marqué. Des 729 Vaudois qui apprennent un métier hors de nos frontières vertes et blanches, 262 se rendent sur territoire fribourgeois (et… 260 franchissent la Versoix en direction de Genève).

À Payerne, le CPNV s’est agrandi il y a quelques années et occupe quatre salles de classe supplémentaires installées provisoirement dans la cour de l’école et sur le parking. Il assure la formation d’apprentis des secteurs du commerce et de la vente qui viennent y suivre leurs cours théoriques. S’il voit le jour, le futur centre de formation sera installé ailleurs, du côté de la Maladaire. L’idée serait donc de restituer le bâtiment actuel à la commune et de construire un nouveau centre professionnel. «Des négociations sont en cours avec la Municipalité», note la conseillère d’État. «Dans les grandes lignes, nous avons déjà discuté les conditions», confirme la syndique payernoise, Christelle Luisier. Favorable à un tel projet, elle souligne néanmoins la question des délais. «Idéalement, il faudrait que l’on parvienne à définir un calendrier ce printemps avec comme objectif une réalisation entre 2021 et 2023.»

Se pose encore la question de son financement. Et qui dit absence d’intercantonalité dit manne exclusivement vaudoise. Fribourg paiera, certes, mais uniquement pour l’écolage de ses apprentis. Quant à la Commune de Payerne, elle ne devrait pas non plus mettre la main au porte-monnaie. Encore que… «Si la structure devait disposer de salles de sport dont nos élèves du secondaire pourraient bénéficier, nous serions favorables à une participation pécuniaire», reprend Christelle Luisier. (24 heures)

Créé: 21.03.2018, 16h01

Vers des centres de compétences

Si un centre professionnel broyard indépendant venait à voir le jour, quels apprentis accueillerait-il? Rien n’est évidemment encore inscrit sur un tableau noir et encore moins gravé dans le marbre. Toutefois, la conseillère d’État Cesla Amarelle est favorable à une organisation par «centres de compétences».

La valorisation passe par là selon elle. Certains pôles semblent donc se dessiner logiquement: le graphisme à Lausanne, les arts appliqués à Vevey et les métiers de bouche à Montreux. D’autres sont moins évidents.

Qui scolariser où, c’est toute la réflexion que conduit actuellement Michel Tatti, l’ex directeur du CPNV devenu conseiller personnel de Cesla Amarelle, en collaboration avec la Direction générale de l’enseignement post-obligatoire et les directeurs d’établissements.

Ils se penchent notamment sur les possibilités qu’offrent les bâtiments existants. Aujourd’hui, Payerne héberge des apprentis issus des filières du commerce et de la vente. Rien ne dit qu’il en ira autrement ces prochaines années, même si les murs du futur centre professionnel n’ont pas encore été couchés sur la planche à dessins d’un architecte.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 19 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...