Le Canton invalide le projet de référendum d'Orbe

Nord vaudoisLa cité urbigène ne votera pas, en tout cas pas tout de suite, sur sa nouvelle place du Marché. Le Conseil n'avait pas le droit de soumettre au vote une décision négative.

Le projet de nouvelle place du Marché au centre historique d'Orbe associe nouveaux arbres, pavés en granit et surtout moins de voitures. Le vote populaire est désormais toutefois repoussé.

Le projet de nouvelle place du Marché au centre historique d'Orbe associe nouveaux arbres, pavés en granit et surtout moins de voitures. Le vote populaire est désormais toutefois repoussé. Image: Dmarch - Architectes

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le débat de l’année n’aura pas lieu sur les pavés – au propre comme au figuré – de la place du Marché d’Orbe. En tout cas pas dans l’immédiat. Le projet de réaménagement du cœur de la deuxième commune du Nord vaudois, que l’Exécutif entendait soumettre aux Urbigènes, a été refusé par le Canton, indique Orbe dans un communiqué. La faute aux circonstances mêmes dans lesquelles s’est joué le début de l’affaire.

Retour au 5 septembre dernier, quand le projet de l’Exécutif échoue lors du débat en plénum, par 26 voix contre 23. Une partie des élus, notamment au sein de la droite et d’Union Libre, doutait de la pertinence de lancer maintenant ce projet inscrit au programme de la législature mais, selon eux, non prioritaire dans la liste des investissements. En fin de débat, le Parti socialiste obtenait toutefois que l’objet soit soumis à un référendum spontané et donc au vote des citoyens. Ni une ni deux, la campagne commençait déjà.

Raté. La loi sur l’exercice des droits politiques, rappelle le Canton, qui a vu passer la demande formelle de tenue du référendum, ne permet pas de faire voter le peuple sur un objet refusé. Selon la loi, une votation communale ne peut pas avoir comme but de se prononcer sur le maintien d’un état existant, en l’occurrence laisser la place telle quelle, comme l’a décidé le Conseil.

«Logique, admet le syndic, Henri Germond. Mais ça a été une surprise totale, nous ne sommes pas des juristes. Nous avons toutefois pris la décision de revenir devant le Conseil avec le projet et de parvenir à une votation.» Et l’élu de prendre l’exemple du cas de La Praz, qui avait soumis au vote une deuxième fois le même objet, à savoir le parc éolien du Mollendruz, après un résultat négatif lors d’un Conseil général où plusieurs citoyens étaient venus faire basculer le vote. «Pour nous, le Conseil avait approuvé l’idée d’un référendum et tous les groupes avaient trouvé le projet bon, enchaîne le syndic socialiste. On s’est rendu compte en discutant que le projet était parfois mal compris. C’est l’occasion de le présenter et de travailler sur certains aspects. Notamment la cohérence de la place remaniée avec le concept de stationnement qui a été, lui, accepté.»

Entre les lignes, l’Exécutif est aussi peut-être plus convaincu de ses chances dans les urnes que face aux élus.

Le projet pour la place, pour rappel, prévoit la suppression du stationnement, la réduction du trafic et la pose d’un sol de granit adapté aux piétons et aux manifestations locales.

Créé: 02.10.2019, 18h37

Articles en relation

Orbe devra voter sur l’avenir de son centre

Urbanisme Refusée par le Conseil, la mutation de la place du Marché passera par un référendum. Voilà vingt ans qu’Orbe attendait. Plus...

«Ramener Orbe dans les chiffres noirs n’est pas une victoire personnelle»

Politique Orbe boucle ses comptes avec un bénéfice de 12 000 francs. Une première depuis 2010. Interview de son syndic. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.