Passer au contenu principal

Lucens: la centrale nucléaire sous haute surveillance

Réagissant à la hausse du taux de tritium dans l’eau, l’Office fédéral de la santé publique va faire des tests quotidiens sur le site de l’ex-centrale nucléaire.

La centrale de Lucens, fermée en 1969, après que son réacteur a complètement fondu, est sous surveillance continuelle.
La centrale de Lucens, fermée en 1969, après que son réacteur a complètement fondu, est sous surveillance continuelle.
Jean-Paul Guinnard - A

L’augmentation d’un isotope radioactif, le tritium, dans l’eau du système de drainage de l’ancienne centrale nucléaire de Lucens, est impressionnante. Une eau qui est déversée dans la Broye.

En dix ans, elle a passé de 15 à 230 becquerels par litre, a annoncé mercredi l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), qui a enregistré un pic fin 2011. Ce taux étant bien inférieur à la limite autorisée (12?000 Bq par litre), il n’y a pas de danger pour l’environnement et la population, assure l’OFSP.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.