Chantier record, le collège des Rives prépare sa rentrée

ConstructionL’un des plus grands projets publics qu’ait connus le Nord vaudois arrive à son terme à Yverdon. Il révèle un mariage de lumière et d’architecture.

Le plus grand chantier dans lequel se soit lancé la Ville d'Yverdon révèle un collège original et détonnant. Des jeux de structures, une perspective sur les quartiers environnant, une ventilation naturelle et des espaces pour la vie de ce collège qui marque, à l'emplacement des anciens arsenaux, le départ du projet Gare-Lac.

Le plus grand chantier dans lequel se soit lancé la Ville d'Yverdon révèle un collège original et détonnant. Des jeux de structures, une perspective sur les quartiers environnant, une ventilation naturelle et des espaces pour la vie de ce collège qui marque, à l'emplacement des anciens arsenaux, le départ du projet Gare-Lac. Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est sans doute le plus grand chantier de l’année dans la région. Et surtout le plus grand projet édilitaire dans lequel la Ville d’Yverdon se soit lancée. On parle d’un collège neuf pour 700 écoliers, abritant 35 salles normales, une triple salle de gymnastique, une vingtaine de salles spéciales. Une référence pour la Direction cantonale de l’enseignement, le premier pas du quartier Gare-Lac en lieu et place des anciens arsenaux et un projet majeur devisé à 56,5 millions de francs, et finalement adjugé à 32 millions, rien que pour l’édifice en tant que tel.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

En le visitant, on marche sur la poussière des coffrages et on entend la musique des ouvriers qui s’affairent dans les coins. Le hall résonne encore du cliquetis des échafaudages qu’on démonte. Un parfum inimitable de chantier qui tire sur sa fin. Et le résultat est bluffant. «L’architecte a voulu éviter l’alignement des salles dans une barre. Il a tordu le tout pour donner cet atrium», sourit sous son casque Guy Corbaz, chef de projet au Service des bâtiments de la Ville.

Une vaste cour fait respirer le rythme des étages et le jeu d’une grande ouverture de lumière sur les escaliers transversaux. Presque de quoi donner le vertige, même depuis le sol.

À la fois rationnel, simple et économe dans les structures, le bureau Pont12 a voulu faire écho à l’héritage industriel de la ville (depuis les étages, la vue sur les ateliers CFF voisins est saisissante) tout en réalisant un édifice intemporel. «Les matériaux et les teintes choisis sont sobres: du chêne pour les mains courantes et les encadrements, sinon du béton», commente Guy Corbaz.

Le béton, justement. Il donne le tournis. Le bâtiment en a consommé plus de 10 100 m3, maintenus par 1510 tonnes d’acier. C’est énorme. C’est, pour donner une idée, un cinquième de la production de béton d’un grand groupe immobilier vaudois de couleur bleu turquoise. Pourquoi autant? Il a fallu équilibrer le bâtiment, explique le fonctionnaire. Un défi d’ingénieur: le sol gorgé par la nappe phréatique poussait les substructures vers le haut, tandis que le radier devait être réalisé étape par étape. Impression d’espace

Autre particularité: chaque étage se découvre par d’impressionnantes coursives, des couloirs larges d’une dizaine de mètres. La surface ainsi créée est même amplifiée, en dessus des salles de gym, par une percée dans l’étage supérieur. «Des espaces originaux, note le chef du Service des bâtiments, Thomas Czáka. À l’interne, on sait que certains peuvent constituer des réserves pour de futures salles. Mais ce sont surtout des possibilités pour les enseignants. Ce sera à eux d’en faire quelque chose.» Pas que pour lancer des avions en papier ou d’autres facéties d’écoliers donc.

Intégré entre le parc des Rives, les ateliers CFF et la Marive, le collège se voit comme la porte d’entrée de Gare-Lac, via son chauffage à distance, son orientation et une préparation aux axes de mobilité douce par exemple. S’y ajoutent les panneaux thermiques et une ventilation naturelle de l’air, via les ouvertures du toit.

Les salles, réduites suite aux nouvelles normes, ont déjà reçu les supports pour le matériel informatique. La salle de gym, aux lourdes poutrelles métalliques, a déjà ses panneaux de basket et attend les sociétés locales, au moins autant que les élèves des cours d’éducation physique.

Si les délais ont été tenus – grâce notamment au constructeur Implenia, souligne la Ville –, le prochain défi est d’emménager l’entier de l’Établissement De Félice, actuellement réparti dans tout Yverdon, dans son nouveau cocon. Le corps enseignant et l’administration auront moins de trois semaines pour s’y installer avant la rentrée. Celle-ci marquera une nouvelle page de l’histoire d’Yverdon.

Créé: 13.02.2019, 07h57

Articles en relation

Le futur vaisseau amiral des écoles garde le cap à Yverdon

Construction Budgétée à 55 millions, la construction du Collège des Rives avance malgré des conditions difficiles. C’est le plus gros chantier du chef-lieu nord-vaudois. Plus...

Le Collège des Rives va sortir de terre à Yverdon

Projet La Ville a adjugé à l’entreprise Implenia le marché à 32 millions pour la réalisation d’une école qui doit être fonctionnelle pour la rentrée 2019. Plus...

Yverdon cherche un bâtisseur pour son Collège des Rives

Ecole L’appel d’offres pour la construction du collège à 60 millions sera bientôt publié. Le délai s'annonce serré. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.