Le chef de l'Urbanisme d'Yverdon pose son sac

Nord vaudoisLe fonctionnaire sur lequel repose le développement urbain de la deuxième ville du canton jette l'éponge. Son départ intervient dans un contexte tendu, entre démissions en série et débats sur la stratégie politique

Le stratégique dicastère de l'urbanisme, à Yverdon, perd son chef de service. Il souhaite «découvrir d'autres horizon».

Le stratégique dicastère de l'urbanisme, à Yverdon, perd son chef de service. Il souhaite «découvrir d'autres horizon». Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La saga continue. Après une série de départs au Service de l’urbanisme d’Yverdon en avril dernier, révélés par «24 heures», c’est le chef de l’équipe qui s’en va. Markus Bärtschi, en place depuis 15 ans et aux commandes des projets qui vont faire l’Yverdon du XXIe siècle, a donné sa démission jeudi matin. En moins d’un an, c’est ainsi la totalité des urbanistes de la deuxième ville du canton qui aura quitté la barque. Officiellement, celui qu’on a longtemps surnommé «l’architecte de la ville» part pour se lancer dans d’autres aventures. «J’avais le sentiment d’avoir fait le tour. À 48 ans, c’était le dernier moment pour examiner le territoire sans ses limites communales. On verra», lâche Markus Bärtschi, confirmant le contenu d’un communiqué pesé à la virgule. «Je pars avec le sentiment d’avoir lancé le développement de la ville vers son lac et d’avoir fait, avec mon équipe, du bon boulot, poursuit-il. Au-delà des questions politiques, il y a maintenant un consensus sur les réponses à apporter à la densification.»

La Ville dit regretter ce départ et se veut rassurante: aucun des projets majeurs en route (Gare-Lac, le réaménagement de la place d’Armes, et trois ou quatre plans de quartiers mastodontes) ne sera remis en question. «Les dossiers sont entre de bonnes mains et gérés par la filière des grands projets. En soi, ce départ tombe à un moment assez opportun pour le service», souligne Gloria Capt, la municipale de l’Urbanisme et des Bâtiments. Voilà pour les déclarations officielles.

Analyse des ressources humaines

Ce qu’on sait, c’est que la température montait depuis des mois. Dans le cénacle politique yverdonnois, des mots revenaient en boucle, évoquant l’«incompatibilité de caractère entre le chef de service et la municipale», des «grognes au sein de l’équipe». «Ils n’ont pas eu besoin de faire sauter le fusible», entend-on aujourd’hui. Selon un proche du dossier, «Markus Bärtschi plaidait pour une priorisation des projets, ce à quoi la Municipalité actuelle se refuse. Il avait une vision peut-être pas assez forte de l’urbanisme, alors que le politique pèse de plus en plus. C’était devenu intenable.» Gloria Capt se veut rassurante: «Les projets sont tous à des stades très avancés ou en examen préalable auprès du Canton. Nous sommes dans une bonne conjoncture. On va analyser la conduite du service et réfléchir au profil à engager, comme on se remet en question à chaque occasion.» Et sur la longue série de départs – plus de dix postes en cinq ans –, dont des cadres? «Un rapport a été fait par les ressources humaines et les conséquences en ont été tirées. Tout a été analysé, dont les rôles du chef de service et le mien», répond l’édile.

À ses côtés, Laurent Roquier, le chef du PLR, nuance l’historique du service, rappelant l’audit externe (non rendu public) suite au chantier de Benno Besson, aux coûts 44% supérieurs aux prévisions, et la réorganisation complète en 2017, en sus de l’hémorragie de personnel qualifié. «Ce sera l’occasion d’un nouveau départ. Mais le plus important, c’est que les projets n’ont jamais autant avancé dans ce dicastère.»

«Rien n’avance», s’exclame pour sa part Daniel Cochand, conseiller communal PLR et observateur attentif dudit dicastère: «C’est une des raisons pour lesquelles je me suis lancé en politique. Il y a un réel problème de coordination avec les autres services, des freins politiques aux actions et surtout un attentisme qui fait qu’URBAT n’est plus un instrument au service de la ville. Ce départ était inéluctable, mais il n’y a de loin pas que ça. Une mise à plat est nécessaire.» Autre élu de l’hémicycle, l’UDC Ruben Ramchurn ironise sur le profil du successeur: «On peut se demander s’il faut vraiment encore des urbanistes. On a assez de plans de quartiers pour les vingt années à venir.»

Indignation à gauche

La Ville rappelle que ce développement tous azimuts, découlant des inconnues de la LAT, a toujours été un cheval de bataille politique, surtout de la gauche yverdonnoise. Laquelle se réjouit sans surprise de récupérer la question du départ du chef de service dans son argumentaire. «Un nouveau manque de transparence. La conduite du dicastère reste celle d’une avocate, très juridique et empreinte d’une culture du secret», lâche le socialiste Stéphane Balet. «Il n’est pas impossible qu’on intervienne sur ces départs en série et la conduite des projets à venir, ajoute le Vert Vassilis Venizelos. Il faut vraiment une introspection. Yverdon ne peut plus poursuivre sur une stratégie de développement tiré tout droit des années 70 et 80.»

Gloria Capt regrette, quant à elle, une «personnalisation de la politique», rappelant que c’est sous l’égide de Markus Bärtschi – et d’elle-même – que le projet du parking souterrain de la place d’Armes, «pas la moindre des réalisations», a vu le jour. Bienvenue au futur chef de service.

Créé: 24.05.2019, 11h47

Articles en relation

Hémorragie au Service d’urbanisme d’une «ville en pleine croissance»

Yverdon-les-Bains En moins d'un an, Yverdon a dû remplacer tous ses urbanistes et une partie de sa police des constructions. Ces départs du dicastère qui conduit l'aménagement de la ville inquiètent. Plus...

Payerne s’offre un nouveau service des constructions

Administration Le service de l’urbanisme et travaux perd la police des constructions, qui devient une entité autonome. Plus...

Markus Bärtschi, formé en architecture à l'EPFL en 1998, a passé 15 ans au dicastère de l'Urbanisme d'Yverdon. (Image: Olivier Allenspach/A)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.