Passer au contenu principal

Non cinglant de la France voisine aux éoliennes vaudoises

La première consultation des riverains français, concertée par le Canton et la France voisine, se solde par un non cinglant des riverains au projet éolien proche de la frontière.

Les mâts prévus sur la crête de Bel Coster, vues ici depuis Jougne (F), ont encore du chemin à faire. Dernière étape en date, une consultation transfrontalière concertée entre les parties s’achève de manière pour le moins tranchée.
Les mâts prévus sur la crête de Bel Coster, vues ici depuis Jougne (F), ont encore du chemin à faire. Dernière étape en date, une consultation transfrontalière concertée entre les parties s’achève de manière pour le moins tranchée.
DR/MONTAGE

C’était pourtant bien parti. En mai dernier, dans une démarche qui constitue une première dans la question éolienne vaudoise, le Canton, les maires et la préfecture du Doubs avaient demandé aux riverains français leur avis sur le projet éolien suisse de Bel Coster. Cet audit, consultatif, porte sur ce parc de neuf hélices prévues au-dessus de Ballaigues, L’Abergement et Lignerolle. C’est à deux pas de la frontière française, et surtout en surplomb de la région de Jougne, qui, à défaut de bénéficier d’électricité renouvelable, est promise à une vue imprenable sur les hélices d’Alpiq. Cet avis tricolore au dossier donc, le voici.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.