Les citoyens décideront de l’avenir des EMS broyards

PlanificationLes habitants de la Broye fribourgeoise diront le 8 mars s’ils acceptent sur le crédit de 57,8 millions demandé par les communes pour trois EMS.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Accepté à une large majorité par les représentants des 16 communes il y a deux semaines, le crédit de 57,8 millions pour remettre à niveau trois EMS de la Broye fribourgeoise sera-t-il également plébiscité par les habitants? Comme c’est le cas pour tout investissement dépassant 20 millions, cette enveloppe doit être soumise à un vote populaire et recueillir une double majorité: celle des communes et celle des citoyens.

Les représentants de la Commune de Domdidier, les seuls à refuser le budget, avaient manifesté leur opposition lors de la séance du 7 janvier. Ils préconisent de «concentrer les investissements sur les deux sites d’Estavayer et de Domdidier», estimant que «le projet des Fauvettes est trop cher», expliquait le syndic Pierre Wüthrich dans une lettre envoyée à toutes les communes.

«Nous ne prétendons pas que la solution choisie, avec la rénovation des Fauvettes à Montagny, des Mouettes à Estavayeret des Lilas à Domdidier, est la seule possible. Mais, si on veut remettre à niveau l’offre dans la région, nous devrons investir des millions, quoi qu’il en soit, estime Christophe Chardonnens, préfet de la Broye fribourgeoise. Il est faux de croire qu’on pourrait économiser des millions et échapper à une hausse d’impôt avec une autre solution.»

Remise aux normes nécessaire

Construits il y a plus de vingt ans, les trois EMS accusent le poids des ans. «Rien n’a été refait aux Mouettes depuis la construction il y a vingt-cinq ans», relève Danièle Küng, infirmière-chef de l’établissement staviacois. Les chambres à deux lits ne répondent plus aux standards actuels. «Certains changent de district pour avoir une chambre individuelle», indique Françoise Repond, infirmière-chef des Lilas. «Placer des résidents dans d’autres districts a également un coût pour les communes», ajoute Denis Chassot, municipal à Bussy.

Du côté de Domdidier, l’Exécutif ne va pas se lancer dans une campagne contre ce crédit. «Nous avons fait part de nos arguments en temps voulu, mais les délégués des communes ont accepté la planification proposée. Un groupe citoyen se formera peut-être», explique Violaine Cotting, vice-syndique. (24 heures)

Créé: 19.01.2015, 17h25

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.