La colline «Windows» est visée par un projet de décharge

Vallée de JouxPetite icône près du Lieu, le secteur de La Goune pourrait accueillir une décharge de matériaux inertes.

En raison de sa ressemblance avec le fameux fond d'écran, La Goune est surnommée la colline «Windows». C'est ses flancs et toute la cuvette arrière, en direction du Lieu, qui est visée par une décharge de matériaux de chantier.

En raison de sa ressemblance avec le fameux fond d'écran, La Goune est surnommée la colline «Windows». C'est ses flancs et toute la cuvette arrière, en direction du Lieu, qui est visée par une décharge de matériaux de chantier. Image: ERWAN LE BEC - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans le coin, elle s’appelle La Goune. Ou la colline «Windows». Un lieu-dit à la sortie du Lieu à la Vallée, qui donne au passant l’exacte perspective du fameux fond d’écran qui était fourni d’office avec le logiciel Windows XP. La similitude était telle qu’une légende urbaine a longtemps voulu que ce soit Bill Gates lui-même qui ait pris le cliché, en passant s’acheter une montre.

Aujourd’hui, c’est l’État de Vaud qui a jeté son dévolu sur ce recoin - les flancs de la colline et la cuvette qui la précède- dans l’idée d’en faire une décharge de type A et B. Un site pour enfouir les matériaux d’excavations issus des chantiers et entrant dans la catégorie des terres et cailloux naturels issus des excavations, mais aussi des matériaux inertes venant des travaux, comme les blocs de béton, les briques, la laine de verre, le bitume et certaines catégories de matériaux amiantés agglomérés.

Pour voir l'infographie en grand, cliquez ici.

En fait, il s’agit d’une petite décharge à l’échelle vaudoise. Mais sans doute pas la plus simple à faire passer: dans une verte Vallée à 90% recouverte de mesures de protection, le projet jouxte de quelques mètres l’intouchable Inventaire fédéral du paysage et l’inventaire des bas-marais. S’y ajoute que, pour les habitants du lieu, l’endroit alimente un petit ruisseau sensible. «Pas d’eau? Dites-leur d’aller marcher là-bas avec des bottes», ricanaient mardi, au fond de la salle du Conseil lors de la présentation du projet, quelques Combiers un rien sceptiques. Du côté des ONG, on se borne à souligner la relative sensibilité du secteur. Pour elles, les études d’impact, le suivi et la qualité des compensations et de la remise en état seront cruciaux.

Premiers pas visibles

En tout, le Canton évalue à un million de m3 le potentiel du site de 19 hectares environ, et s’avance avec une prudence peu subtile. Mardi soir le syndic et le mandataire du dossier, le bureau de l’ancien chef du Développement territorial Philipp Gmür, soulignaient à tour de rôle l’aspect encore très précoce et très, vraiment, très éventuel du projet. Il ne doit selon eux comprendre que la moitié du volume, et attend, effectivement, encore de passer par l’étape des études d’impact puis du plan d’affectation à faire approuver par le Conseil communal. Et probablement devant la population en cas de référendum, glissent les Combiers.

Le projet? Fournir un site pour les matériaux extraits par les chantiers à venir à la Vallée. Surtout du côté du Chenit où l’industrie horlogère se développe. Selon les estimations, 17 hectares de surfaces combières sont susceptibles d’être construites d’ici à 2040. La Commune insiste pour que les matériaux qui modifieront la topographie de la cuvette située derrière la colline de La Goune ne proviennent que de la Vallée et que le futur exploitant verse de quoi compenser le trafic et l’impact du balai de camions, à réglementer, sur les routes. «Nos anciens ont su comment développer la Vallée de manière intelligente. C’est maintenant à nous de le faire, entre nous, sans avoir besoin de Jacques Dubochet et de Greta Thunberg», a notamment plaidé le syndic, Patrick Cotting. Le Groupe Orllati, qui confirme travailler sur le projet de longue date, pourrait bien être retenu pour sa mise en œuvre. Aucun calendrier n’a encore été communiqué.

Créé: 12.12.2019, 21h09

Articles en relation

La fameuse colline de Windows ne vient pas de la Vallée de Joux

Vaud Avec la fin du support de son système d’exploitation des années 2000, Microsoft met aussi à mal une légende dans la Vallée de Joux Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.