À Concise, le projet de carrière est dynamité

PolitiqueUne large majorité des votants a soutenu le référendum. Le syndic craint pour les finances du village.

La carrière était imaginée sur les flancs du Mont-Aubert.

La carrière était imaginée sur les flancs du Mont-Aubert. Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Il y a eu une vraie prise de conscience, se réjouit Christos Nüssli, président du comité référendaire victorieux qui s’opposait à un projet de carrière sur le Mont-Aubert. Les Concisois ont compris à quel point la préservation du paysage et de la nature est importante. L’impressionnante mobilisation du jour le démontre. On est soulagé.» Dimanche, dans le village du bord du lac de Neuchâtel, le taux de participation a dépassé les 71%. «C’est énorme», commente Stéphane Fanchini, président du Conseil communal.

Il faut dire que l’enjeu était de taille. Appelée aux urnes à la suite du dépôt d’un référendum il y a quelques mois, la population devait décider si le projet de carrière de 24 hectares du Bois de la Côte sur le Mont-Aubert (voir infographie) allait se réaliser ou non. À environ 67 %, les votants ont décidé de le dynamiter en refusant que la servitude pour l’exploitation de la carrière puisse être signée par la Municipalité.

Vers une hausse d’impôts

Un profond fossé séparait pro et anticarrière, et il s’est fait sentir jusqu’aux dernières secondes du dépouillement. «Les opposants ont fait appel à des observateurs, reprend Stéphane Fanchini. C’est leur droit, mais cela traduit le fait qu’ils ne font pas confiance aux membres du bureau. Je trouve cela limite limite et pas très respectueux pour les miliciens qui passent leur dimanche à dépouiller les votes alors qu’ils auraient sûrement autre chose à faire.»

À l’inverse, du côté des vainqueurs, on se félicite de la bonne tenue des débats et des échanges qui ont nourri leur campagne. «La nature de cette partie du Nord vaudois est encore très préservée, argumente Christos Nüssli, qui n’osait pas espérer un résultat aussi franc. Veut-on voir la région devenir aussi bétonnée et saturée que l’arc lémanique? Le peuple a tranché. Chacun a eu l’occasion de forger son avis.»

Pour l’Exécutif de la localité, cependant, l’heure n’est pas à la fête. En effet, la carrière devait servir à renflouer les caisses de la Commune. Le syndic, Patrick Jaggi, assurait que son village avait impérativement besoin des retombées qu’elle générerait, soit 300'000 à 600'000 francs par année sur près de trente ans. Quelles sont désormais les pistes envisagées pour parvenir à l’équilibre financier? «Je n’ai pas de baguette magique, lâche le syndic, un peu amer. Il va soit falloir diminuer les services, qui sont déjà limités, soit augmenter le taux d’imposition. Dans tous les cas, le peuple s’est prononcé et son choix est on ne peut plus clair.» Il reprend, sans masquer ses inquiétudes: «J’espère maintenant que les opposants seront cohérents: on ne peut pas refuser la carrière puis s’opposer à une hausse de la fiscalité. Nous n’avons tout simplement plus le choix. Nous ne pouvons même plus assurer le minimum, comme l’entretien des bâtiments communaux. Nous allons devoir empoigner la question dès cette année car notre dette continue de grimper.»

Toujours selon l’édile, un des arguments des opposants risquerait à terme de se retourner contre eux. «Ils défendaient notamment que la carrière allait avoir un impact négatif sur la valeur des biens immobiliers à Concise, indique Patrick Jaggi. Ils se rendront compte qu’un taux d’imposition supérieur à 75 points aura aussi des conséquences peu souhaitables.»

«Rester mobilisés»

Si le fort soutien populaire rassure les initiateurs du référendum, ils ne se laissent pas tromper par l’euphorie générale: le résultat de dimanche ne représente «malheureusement» qu’une victoire d’étape. «Un nouveau projet du genre pourrait surgir dans les deux ou trois ans, prophétise Christos Nüssli. Il va falloir rester mobilisés. Mais d’ici là, avec l’Association des Amis du Mont Aubert, on espère convaincre les villages voisins et la région, voire tout le canton, que ce site naturel remarquable doit absolument être préservé.»

Créé: 09.02.2020, 19h44

Un grand non à la décharge de Cheyres

La population a tranché ce dimanche dans la commune fribourgeoise de Cheyres-Châbles. Et sans laisser planer le moindre doute sur ses intentions. L’initiative communale contre la création et l’exploitation d’une décharge pour matériaux de type A (matériaux d’excavation ou terreux et pierreux non pollués) au lieu dit Le Haut-Carro a été largement acceptée par 87,1% des votants de Cheyres-Châbles, soit 674voix contre 99 et 8bulletins blancs. Le taux de participation a atteint près de 47%.

Dans les faits, cette initiative n’avait qu’une faible portée juridique — certains parlent même de geste «quasi symbolique» — puisque les autorités de Cheyres-Châbles avaient finalement décidé d’abandonner le projet de décharge en juin 2019. À la suite, notamment, d’une forte mobilisation des habitants. Le Conseil communal (l’équivalent de la Municipalité en terres vaudoises) avait refusé le changement d’affectation de la zone agricole en zone spéciale, modification nécessaire à la création de la décharge (notre édition du 9octobre dernier).

Ainsi, l’exploitant, soit la société vaudoise Orllati, a déposé un recours auprès de la direction cantonale fribourgeoise de l’aménagement, de l’environnement et des constructions. «Cette procédure est toujours pendante et nous devrons encore aller de l’avant sur ce plan-là», confie le syndic broyard Pierre-Yves Dietlin.
Il complète: «L’Exécutif est cependant très satisfait du résultat. Ce dernier prouve que la population soutient son action. Le collège est rasséréné quant à sa position.»

Articles en relation

Concise: un profond fossé sépare pro et anticarrière

Vaud Une ultime séance d’information a été mise sur pied par les autorités. Les parties campent sur leurs positions. Plus...

La fronde anticarrière gagne les voisins de Concise

Politique Les Conseils d’Onnens et de Corcelles ont adopté une motion qui officialise leur opposition au projet prévu à Concise. Plus...

Le projet de carrière est visé par un référendum

Concise L’exploitation prévue sur les flancs du Mont-Aubert divise le village. Les opposants partent récolter des signatures. Plus...

Concise n’a pas dynamité le projet de carrière

Nord vaudois La Municipalité peut signer une servitude avec l’exploitant intéressé par le site. Mais devra rediscuter avec lui de sa convention d’exploitation. Plus...

Concise veut une carrière pour renflouer ses caisses

Projet La Commune a présenté mercredi à la population le projet prévu sur les flancs du Mont-Aubert. Les voisins sont circonspects. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.