Passer au contenu principal

Un coup d’œil différent sur le cœur de la cité thermale

Un Neuchâtelois a arpenté la ville des années durant pour la photographier. Il publie un ouvrage.

«Après le carnaval». Instantané de la rue du Four.
«Après le carnaval». Instantané de la rue du Four.
JOHN-PETER BAGATTINI

Le photographe neuchâtelois John-Peter Bagattini compare la ville d’Yverdon à la «Grande Musique». Cette musique que vous «devez écouter plusieurs fois pour qu’elle s’ouvre à vous, pour que vous puissiez en découvrir ses beautés les plus captivantes, les plus surprenantes, les plus intimes pour finir par être littéralement envoûté». Car lors de sa première «rencontre» avec la cité thermale, il était loin d’imaginer la trouver fascinante, au point de s’y rendre régulièrement durant plus de trois années pour la photographier sous toutes ses coutures.

«Ce jour-là, en descendant du train, il y avait, en face de moi, des bus et des cars postaux prêts à partir, se souvient John-Peter Bagattini. Un peu plus loin, caché par quelques arbres, un parking semblait s’étendre jusqu’à l’infini et, encore plus loin – séparée par une rue bruyante – une rangée de bâtiments, certes jolis, mais sans grande distinction.»

Le photographe, dont le travail a déjà été exposé à Neuchâtel et au Locle notamment, n’est cependant pas resté sur sa première impression. «J’y suis retourné un mois après et, en longeant le quai de la Thièle, en direction de la place Bel-Air, je me suis trouvé face à la rue du Lac, une rue qui ressemblait à une véritable ruche humaine, note John-Peter Bagattini. Des deux côtés, un bâtiment à l’architecture et aux couleurs choisies succédait à un autre et au fond s’élevait, fier et dominant, le temple.» Autant dire qu’il fut cette fois-ci «converti» pour de bon à la ville d’Yverdon.

Après près de trois ans et demi à traîner ses souliers dans les ruelles et parcs du chef-lieu nord-vaudois, avec 11 kilos de matériel sur le dos, il publie un ouvrage réunissant plusieurs dizaines de ses clichés. «Mon livre n’est pas mieux que les autres, insiste John-Peter Bagattini. Il est simplement différent.»

En effet, le photographe joue avec le flou, les couleurs et la lumière. Créant ainsi une œuvre aux antipodes d’un feuillet que diffuserait l’Office du tourisme local.

«Yverdon-les-Bains - Esquisses photographiques»

Prix: Fr. 56, Éd. Don Pietro. Disponible chez Payot à Yverdon

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.