La Cuisine du Parc prendra de l’embonpoint

Confrontée à différents défis, la structure sociale qui assure la restauration parascolaire va investir dans des locaux plus grands et mieux adaptés.

La Cuisine du Parc est aujourd'hui installée au restaurant scolaire des Isles, où elle se sent de plus en plus à l'étroit.

La Cuisine du Parc est aujourd'hui installée au restaurant scolaire des Isles, où elle se sent de plus en plus à l'étroit. Image: FRÉDÉRIC RAVUSSIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Cuisine du Parc doit voir plus grand. Il semble loin le temps où cette entreprise sociale de la Fondation Petitmaître d’Yverdon (FPY) préparait et servait quotidiennement une cinquantaine de repas, essentiellement aux enfants accueillis sur ses différents lieux de vie. Vingt ans plus tard, son équipe de quatre cuisiniers dont un maître socioprofessionnel et six apprentis âgés de 17 à 50 ans, en concocte jusqu’à 550 par jour, notamment pour les lieux de restauration parascolaire de la ville.

Les locaux dont elle dispose aux Isles et à la rue du Parc atteignent leurs limites en termes de production. Ils ne seront bientôt plus à même de faire face à une demande qui grandit, d’une part, et qui évolue d’autre part. Déjà parce que l’on prête davantage attention aux intolérances et autres allergies alimentaires. Et aussi parce que les communes doivent s’organiser pour offrir un accueil parascolaire. «On travaille vraiment au jour le jour, car nous n’avons pas de possibilité de stockage», relève Christian Weiler, président du conseil de fondation.

«Nous allons aussi être confrontés, dès la rentrée d’août 2019, aux conséquences de l’ouverture du nouveau collège des Rives. C’est ce qui nous a incités à chercher des solutions», souligne Marc Berger, directeur de la FPY. Sans compter que le partenariat qui lie la Fondation et la restauration scolaire de la ville est remis en question à compter de mi-2019, via un souhait de mise en concurrence.

La décision a donc été prise de relever ce nouveau défi en investissant dans un grand projet de cuisine de production, devisé à 4 millions de francs. Il prendra place aux portes de la ville, à la chaussée de Treycovagnes, dans un complexe de halles en passe de sortir de terre. «La Fondation Petitmaître occupera 1000 mètres carrés, répartis sur deux niveaux, des Halles du Mujon», relève le promoteur Pierre Gasser. Le rez sera occupé par une cafétéria, également ouverte aux entreprises qui travailleront sur ce site, et des cuisines modernes. «Nous pourrons y confectionner comme aujourd’hui des repas à partir de produits frais, de provenance locale. Mais notre capacité sera portée à 1000 repas», se réjouit Stéphane Vernier responsable de la Cuisine du Parc.

Il va de soi que la structure poursuivra son travail au bénéfice de la cohésion sociale. Au premier étage, la Fondation installera d’ailleurs l’un de ses deux modules d’activités temporaires et alternatives à la scolarité. En outre, elle entend y déménager sa direction et son administration. (24 heures)

Créé: 14.02.2018, 18h49

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Laeticia et l'héritage de Johnny
(Image: Valott) Plus...